Affaire Maëlys, Fiona, Estelle Mouzin... Les médiums peuvent-ils aider les enquêteurs à retrouver les enfants disparus?

ENQUETE En faisant part de leurs rêves, visions ou intuitions, de plus en plus de voyants tentent de résoudre les enquêtes concernant les disparitions d’enfants…

Hakima Bounemoura

— 

Le 29 août 2017, à Pont-de-Beauvoisin, en Isère. Des appels à témoins pour retrouver Maëlys, 9 ans, ont été placardés dans de nombreux commerces de la commune.

Le 29 août 2017, à Pont-de-Beauvoisin, en Isère. Des appels à témoins pour retrouver Maëlys, 9 ans, ont été placardés dans de nombreux commerces de la commune. — E. Frisullo/ 20 Minutes

  • Les voyants et médiums s’invitent aujourd’hui de plus en plus dans les enquêtes concernant les disparitions d’enfants.
  • Un groupe d’une vingtaine de médiums s’est créé sur Facebook pour tenter de retrouver Maëlys, disparue le 27 août à Pont-de-Beauvoisin.
  • Les enquêteurs expliquent qu’ils ne peuvent pas ignorer ces témoignages.

Estelle Mouzin, Fiona ou plus récemment Maëlys… A chaque affaire médiatisée de disparitions d’enfants, des voyants ou médiums contactent la police, affirmant détenir des informations capitales qui permettraient de faire avancer l’enquête. Faisant part de leurs rêves, visions ou intuitions, ils s’invitent de plus en plus dans les affaires criminelles.

« La plupart sont de bonne foi, et pensent sincèrement qu’ils peuvent aider les enquêteurs », explique à 20 Minutes Corinne Herrmann, avocate spécialisée dans les disparitions d’enfants et porte-parole de l’association « Estelle Mouzin ». « Mais bien souvent, c’est contre-productif car ces médiums ne font que ralentir l’enquête ». Mais que font-ils exactement, et sont-ils pris au sérieux par les enquêteurs ?

« On partage, on confronte et on recoupe tout »

Pour la première fois en France, un groupe d’une vingtaine de médiums s’est spontanément rassemblé sur Facebook début septembre pour tenter d’aider à retrouver Maëlys, disparue le 27 août à Pont-de-Beauvoisin (Isère). « On partage, on confronte et on recoupe tout. J’ai déjà fait part à plusieurs reprises de notre synthèse aux gendarmes », raconte la voyante à l’origine de ce collectif.

>> A lire aussi : Où en est l’enquête sur l'affaire Maëlys?

Les parents de la fillette ont eux-mêmes indiqué avoir eu recours à un médium, expliquant « n’avoir aujourd’hui plus rien à perdre ». Valérie, voyante installée aux Avenières en Isère, a affirmé être en contact régulier avec la famille de Maëlys. « Je ne vais pas vous le cacher, j’ai été contactée par des proches. Mais je ne vous en dirais pas plus, par confidentialité et par respect, car ils ne souhaitent pas communiquer sur le sujet », confie à 20 Minutes la médium, très touchée par le drame vécu par cette famille. « Je leur ai dit tout ce que j’avais vu, et dès qu’une info me vient, je leur en fais part. »

« Tout signalement est pris au sérieux »

Les « révélations » de ces médiums, voyants ou radiesthésistes sont-elles vraiment prises en compte par les enquêteurs ? « On ne peut pas se permettre de les ignorer, tout signalement doit en principe être pris au sérieux », confie  la gendarmerie de Pont-de-Beauvoisin (Isère) qui enquête sur la disparition de Maëlys. Expliquant recevoir « des dizaines et des dizaines » d’appels chaque jour de voyants assurant avoir eu une vision concernant Maëlys, la gendarmerie a indiqué début septembre au Dauphiné Libéré qu’une personne avait été chargée de tout faire remonter à une cellule d’enquête spécialisée.

>> A lire aussi : «Des certitudes inexplicables viennent à moi»

Ce phénomène n’est pourtant pas nouveau. Lors du procès aux assises de l’affaire Fiona en 2016, l’une des avocates des parties civiles avait été contactée par une voyante qui affirmait savoir où se trouvait le corps de la fillette. « Je suis médium, radiesthésiste et la petite Fiona m’a parlée », avait-elle déclaré en pleine audience, indiquant aux enquêteurs un lieu précis où mener leurs investigations. Quatre ans après le drame, de nombreux médiums et anonymes continuent de rechercher le corps de la fillette dans le Puy-de-Dôme. « Cela ne s’est jamais vraiment arrêté en fait. Régulièrement, on reçoit des appels ou des courriers de personnes qui prétendent savoir où se trouve Fiona. On vérifie ce qui semble sérieux comme le témoignage des promeneurs qui pensent avoir trouvé quelque chose en forêt. Mais pas tout ce qui relève de la communication avec l’au-delà… », avait déclaré début octobre à 20 Minutes le patron de la police judiciaire de Clermont-Ferrand.

>> A lire aussi : Les médiums et les chercheurs de cadavres s’activent avant le procès en appel de l'affaire Fiona

Quelques années auparavant, la disparition de la petite Estelle Mouzin avait déjà suscité beaucoup d’intérêt. « Pendant l’enquête, nous avions reçu des dizaines et des dizaines d’appels de voyants et d’amateurs de pendules », a raconté à France Info Jean-Marc Bloch, ancien chef de la direction régionale de la police judiciaire à Versailles en charge de l’enquête. « On vérifiait, en se disant « on ne sait jamais » ».

Aucune affaire résolue grâce à un médium

Les médiums s’investissent aujourd’hui de plus en plus dans les affaires criminelles, mais pour quels résultats ? « Je n’ai jamais eu aucune indication fiable venant d’un médium », assure Corinne Herrmann. « Et à ce que je sache, ils n’ont jamais résolu aucune affaire en France », ajoute l’avocate et porte-parole de l’association « Estelle Mouzin ».

>> A lire aussi : Estelle, Antoine, Yves, Stéphane... Retour sur les disparitions d’enfants les plus troublantes

Du côté des enquêteurs, c’est le même constat. « Personne n’a le souvenir d’affaire de disparition résolue grâce à un médium », s’accordent-ils tous à dire.Selon une étude britannique publiée en 1996 par le Journal of the Society for Psychical Research, la capacité des médiums à fournir des informations utiles lors d’enquêtes criminelles est quasiment nulle. D’autres études menées dans le monde pour tester l’efficacité des prétendus dons de ces voyants arrivent toutes à la même conclusion…