Nord: Une octogénaire interpellée avec 830.000 euros en liquide dans un sac

JUSTICE Une Franco-Belge de 85 ans a voulu rapatrier la totalité de ses économies en France, soit 830 000 euros en espèces…

E.G

— 

Elle avait plus de 800.000 euros en liquide dans un sac poubelle (illustration).

Elle avait plus de 800.000 euros en liquide dans un sac poubelle (illustration). — A. GELEBART / 20 MINUTES

Elle se promenait avec 830 000 euros dans un sac plastique. Une dame de 85 ans a été jugée, vendredi, par le tribunal correctionnel de Lille pour une histoire peu banale.

Le 19 mai  2015, cette ancienne institutrice franco-belge se rend à sa banque en Belgique. Elle souhaite régulariser sa situation auprès du Trésor public français, en rapatriant l’argent qui dort sur un compte ouvert en… 1945. L’opération se révèle d’une simplicité pour le moins surprenante : la vieille dame retire au guichet de sa banque privée belge 830 000 euros en coupures de 100 euros. Sa voiture chargée de billets, elle repart vers la France et est arrêtée par la douane à la frontière, à Baisieux. Les fonctionnaires tombent, ébahis, sur la fortune de la conductrice.

>> A lire aussi : Un homme arrêté avec 1,8 million d'euros en liquide

Le banquier n’a pas respecté les procédures

Selon la Voix du Nord, le président du tribunal, Jean-Marc Defossez, précise que « transporter de l’argent est légal. Mais, à partir de 10 000 euros, il faut déclarer les sommes. Cela permet de lutter contre l’argent sale. » S’il s’agit bien d’argent propre dans cette affaire, la somme retrouvée dans le véhicule de la prévenue interpelle le magistrat. « Mais comment est-il possible qu’un banquier vous ait laissée partir comme ça ? » demande-t-il. « Je ne sais pas, explique la prévenue. Lui voulait tout boucler dans les huit jours… » Son avocat, Thibaud Lemaitre, se pose les mêmes questions. « Le banquier n’a pas respecté les procédures et n’a pas averti ma cliente des risques encourus. » Et de remarquer que « bizarrement, elle arrive à la frontière et trouve un comité d’accueil qui fouille tout de suite sa voiture… »

Des circonstances atténuantes

En l’absence d’enquête, le défenseur émet une hypothèse : « Comme les dénonciateurs sont payés par les douanes, on peut imaginer que le banquier a sciemment laissé repartir ma cliente avec cet argent pour la dénoncer… »

La vieille dame, qui risquait 206 000 euros d’amende pour manquement aux obligations déclaratives douanières, s’en tire avec une sanction de 50 000 euros. « Le juge a retenu des circonstances atténuantes, estime l’avocat. Ma cliente est soulagée. » En attendant, l’argent, aujourd’hui en France, est consigné. Les impôts devraient ponctionner 799 000 euros de la somme… une autre bataille commence pour la retraitée.