VIDEO. Attentat à Marseille: L'enquête progresse, la personnalité du tueur Ahmed H. se dessine

ENQUETE Du cannabis a été découvert dans ses analyses toxicologiques... 

J.S.-M.

— 

Des passants devant la gare Saint-Charles après l'attaque qui a fait deux morts, le 1er octobre 2017.

Des passants devant la gare Saint-Charles après l'attaque qui a fait deux morts, le 1er octobre 2017. — BERTRAND LANGLOIS / AFP

  • Un escroc qui consommait de la drogue : voilà le portrait qui se dégage des premiers jours d'enquête sur la personnalité d'Ahmed H..
  • Alors que l'attaque a été revendiquée par Daesh et qu'Ahmed H. avait regardé des chants religieux, les enquêteurs n'ont pas découvert de lien entre l'assaillant et une organisation terroriste.

Quatre jours après l’attaque au couteau qui a fait deux victimes, gare Saint-Charles à Marseille, l’enquête progresse sur la personnalité de l’assaillant, Ahmed H.. 20 Minutes vous résume les dernières infos à son sujet.

Il avait consommé du cannabis… Mais pas d’autres drogues. La Provence révèle ce jeudi soir que des traces de cannabis ont été découvertes lors des analyses toxicologiques. « Cette histoire de Daesh, pour moi c’est impossible, je ne veux pas l’entendre (…) Peut-être qu’il était sous l’effet de la drogue », indiquait justement son père à l’AFP. Avait-il consommé du cannabis juste avant de tuer Mauranne et Laura, gare Saint-Charles ? C’est encore trop tôt pour le dire : c’est traces peuvent être la conséquence d’une consommation ancienne.

>> A lire aussi : VIDEO. Attentat à Marseille: Le portable d’Ahmed H. avait plusieurs puces

Il utilisait plusieurs puces avec son téléphone. L’iPhone d’Ahmed H. continue de parler. Selon Le Parisien, il a fonctionné avec de nombreuses puces. Impossible de savoir si c’était pour échapper à la surveillance de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) ou pour une autre raison. Des investigations sont en cours.

Il escroquait ses proches. Les enquêteurs s’interrogent sur ces 2.000 euros versés sur le compte du suspect, dans les jours précédant l’attaque. Toujours selon Le Parisien, il pourrait s’agir d’une « escroquerie à la charité » : Ahmed H. réclamait de l’argent aux cinq suspects interrogés depuis mardi, pour vivre et payer son loyer.

Pas de lien établi avec un groupe terroriste. « Nous n’avons pas vraiment de liens aujourd’hui ou de preuve qui prouve l’attachement, quand cette personne était en Tunisie, avec Daesh », a indiqué le Premier ministre tunisien  Youssef Chahed, qui précise que l’enquête se poursuit de l’autre côté de la Méditerranée.