Législatives: Le résumé de la journée politique du mercredi 30 mai

16 contributions
Publié le 30 mai 2012.

POLITIQUE - Polémiques, grandes et petites phrases... «20 Minutes» retrace pour vous l'actualité politique de la journée...

La guerre des Fronts à Hénin-Beaumont

C’est un des points chauds de ces législatives: Jean-Luc Mélenchon pour le Front de gauche et Marine Le Pen pour le Front national s’affrontent dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais, à Hénin-Beaumont. Leur opposition a franchi un nouveau stade ce mercredi, chaque camp ayant déposé plainte contre l’autre. Au cœur de la dispute, un faux tract distribué par le FN appelant, en français et dans un arabe approximatif, à voter pour Mélenchon, reprenant une phrase prononcée en avril par celui-ci: «Il n’y a pas d’avenir pour la France sans les Arabes et les Berbères du Maghreb.»

Le FG a porté plainte contre X pour «engagement illicite de frais de campagne» et «distribution de tracts anonymes». De son côté, le FN a déposé plainte pour «séquestration» après que des militants FG ont coincé dans leur van les militants FN distribuant les tracts en question. Les deux camps ont commenté l’affaire, Jean-Luc Mélenchon dénonçant «l’escroquerie» du FN et celui-ci affirmant que «le camp communiste perd les pédales».

Fillon taclé par Royal pour son langage trop fleuri

Après la concertation de mardi entre les syndicats et le gouvernement, François Fillon avait prévenu que les représentants syndicaux seraient les «premiers cocus de la gauche», estimant que celle-ci les décevrait forcément. «François Fillon est bien vulgaire, bien méprisant, mais c'est dans la ligne de ce qui s'est passé pendant ces cinq années où les représentants de salariés et des organisations syndicales ont été plus que méprisés», a réprimandé Ségolène Royal.

Hollande n’attire pas les foules au JT de France 2

Pour sa première interview télévisée en tant que président de la République, François Hollande n’a pas fait un très bon score d’audience. Il a été regardé par 6,23 millions de téléspectateurs (24,3% de part d’audience). En 2007, Nicolas Sarkozy avait réuni 11,6 millions de personnes (48,9% d'audience) le 20 juin 2007 sur TF1. Jean-François Copé n’a d’ailleurs pas manqué de le faire remarquer ce mercredi, parlant d’une «faible audience» représentant «deux fois moins que l'audience de Nicolas Sarkozy» il y a cinq ans.

Valls remplace le trio de tête de la police française

A l’issue du conseil des ministres, Manuel Valls a acté le changement attendu à la tête de la police et du renseignement. L'actuel préfet de police de Paris Michel Gaudin, considéré comme un proche de Nicolas Sarkozy, cède la place au préfet Bernard Boucault. De même, Frédéric Péchenard et Bernard Squarcini, respectivement directeur général de la Police nationale (DGPN) et directeur central du Renseignement intérieur (DCRI), également proches de l'ex-président, sont remplacés respectivement par Claude Baland et Patrick Calvar. En réaction, Jean-François Copé a déploré «l’honneur piétiné» des trois hauts responsables policiers. Plus fair-play, Claude Guéant a positivement accueilli la nouvelle, décrivant Calvar et Boucault comme de «grands professionnels». Et à propos de Claude Baland, l’ancien ministre de l’Intérieur a affirmé: «Si j’avais eu à remplacer Frédéric Péchenard, c’est lui que j’aurai proposé au gouvernement et au président de la République.»

Nicolas Bégasse
publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr