Carla Bruni-Sarkozy: «Je suis à côté de mon mari à 100%»

118 contributions
Publié le 16 février 2012.

INTERVIEW - Lors d'un déplacement pour sa Fondation à Ivry, la première dame s'est confiée sur la campagne de Nicolas Sarkozy...

Vous investirez-vous dans la campagne de votre mari?

Bien sûr, je m’investis. Pas de façon professionnelle mais humaine. J’accompagnerai mon mari quand il aura besoin de moi.

Comment le saurez-vous?

Il va me le dire. C’est comme ça que je vais faire la part des choses. Il aura besoin de moi dans les moments symboliques, dans les meetings…

Vous serez présente dimanche à Marseille et en mars à Villepinte?

Je serai à Marseille et sans doute à Villepinte.

C’est lui qui vous l’a demandé?

C’est naturel. Je suis à côté de lui à 100%.

Il est désormais candidat, ça change quelque chose?

Je suis contente qu’il se soit déclaré pour nous tous. Il est très bon, il a l’expérience et du courage. Donc, je suis contente que ce soit parti. C’est mon avis mais je ne suis pas objective. Quand je vois ce qui se passe en Grèce, j’ai peur. J’ai moins peur en me disant que c’est lui le président. Ca fait déjà plusieurs années que c’est lui et il a tenu le coup. C’est le plus à même de garder le cap pour notre pays. La conjoncture est difficile, les gens peuvent perdre pied. On peut tous avoir une grande dépression dans la vie et lâcher la corde.

Justement, on a dit que votre mari a eu des moments de doute ces temps-ci…

Non, non! Le problème, c’est que, quand on est dans sa position, si on parle tendrement, avec toute son humanité, ça ressemble tout de suite à un moment de doute. Il était juste normal, comme vous et moi, pendant trois secondes. Je peux vous dire que je me lève tous les matins et me couche tous les soirs avec lui et qu’il y a peu de gens qui ont aussi peu de doutes. Non pas qu’il ne doute pas de lui mais il n’a pas de doutes quant à son engagement.

Il n’est pas fatigué par les nuits agitées?

Elles le sont parce que j’ai une fille de quatre mois. Lui ne la nourrit pas. Généralement, ce sont les femmes qui s’y collent.

Vous n’avez pas d’inquiétudes pour lui au regard des sondages?

Ca ne m’inquiète pas. Il y a eu des gens qui avaient beaucoup d’avance et qui ont tout raté au dernier moment. C’est à se demander où ils font les sondages.

Vous aimez l’image du capitaine protecteur dans la tempête?

Il a une grande expérience de ces années de président. Et finalement, c’est comme si elles avaient compté double. La crise était et est toujours tellement violente...

Regrettez-vous une action entreprise par votre mari au cours des cinq dernières années?

Je ne m’y connais pas tellement mais franchement, je trouve qu’il a tout bien fait.

Soutenez-vous ces propositions d’organiser des référendums?

Là encore, je ne m’y connais pas. Généralement, je trouve que ses idées sont fabuleuses.

Propos recueillis par Alexandre Sulzer
publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr