Manuel Valls, l'ancien Premier ministre lors d'une conférence de presse à Paris sur l'abstention au premier tour des élections présidentielles, le 5 mai 2017.
Manuel Valls, l'ancien Premier ministre lors d'une conférence de presse à Paris sur l'abstention au premier tour des élections présidentielles, le 5 mai 2017. - PHILIPPE LOPEZ / AFP

« Je serai candidat de la majorité présidentielle », a annoncé Manuel Valls sur RTL ce mardi matin, souhaitant s'« inscrire » dans le mouvement du président élu Emmanuel Macron.

« Comme j’invite d’ailleurs tous les députés sortants, les progressistes, ceux qui ont appelé à voter Emmanuel Macron avant le premier tour, ceux qui souhaitaient sa victoire, moi je serai candidat de la majorité présidentielle, et souhaite m’inscrire dans ce mouvement qui est le sien, la République en marche », a-t-il déclaré sur RTL.

>> A lire aussi : VIDEO. Présidentielle: Macron remercie Valls de son soutien, mais ne compte pas avoir d'anciens ministres dans son gouvernement

« Je veux la réussite d’Emmanuel Macron »

« Parce que je suis un républicain, parce que je suis un homme de gauche, parce que je reste un socialiste, je ne vais pas renier 30 ans de ma vie politique, parce que j’ai exercé les responsabilités, parce que je sais que gouverner la France c’est difficile, je ne suis pas en embuscade. Je veux la réussite d’Emmanuel Macron », a ajouté celui qui est redevenu député à Evry après sa démission du gouvernement en décembre. « Parlons franchement : nous nous retrouvons dans la plupart des propositions du projet qu’Emmanuel Macron porte, oui ou non ? Oui », a-t-il dit.

>> A lire aussi : En cas de victoire de François Fillon, Manuel Valls annonce vouloir «trouver des compromis avec la droite parlementaire»

De son côté, Benjamin Griveaux, porte-parole d’En Marche !, a précisé sur Europe 1 que l’ancien Premier ministre n’avait pas été investi par la commission nationale d’investiture, « ou alors sa candidature m’a échappée ». « La bannière sur laquelle les candidats aux législatives iront s’appelle la République en marche (…) la procédure est la même pour tout le monde, il lui reste 24 heures », a-t-il ajouté. Les candidats de « La République en marche » doivent être investis pour les législatives avant ce jeudi midi dans chacune des 577 circonscriptions. « A ce stade on a 500 » candidats, a précisé le responsable de la commission d’investitures, Jean-Paul Delevoye, sur France 2. « Donc nous sommes en train de travailler, la commission se réunira une dernière fois pour terminer cette liste et jeudi midi nous serons prêts », a-t-il dit.

Mots-clés :