L'écrivain Didier Daeninckx prie Jean-Luc Mélenchon de retirer le triangle rouge qu'il épingle à sa veste

COUP DE GUEULE Une petite médaille rouge en forme de triangle, marquage auquel étaient soumis les prisonniers politiques dans les camps de concentration nazis…

C. Ape.

— 

Jean-Luc Mélenchon

Jean-Luc Mélenchon — SEBASTIEN BOZON / AFP

Quand on regarde de près Jean-Luc Mélenchon, on observe un signe assez particulier, toujours accroché à sa veste, quelle qu’elle soit. Le chef de file de La France insoumise arbore une petite médaille rouge en forme de triangle, marquage auquel étaient soumis les prisonniers politiques dans les camps de concentration nazis, explique l’écrivain Didier Daeninckx à Libération.

Un geste que regrette l’écrivain. Dans les colonnes du quotidien, il estime que Jean-Luc Mélenchon aurait dû sortir de son silence lorsque Marine Le Pen, qualifiée pour le second tour de la présidentielle, a laissé  la présidence du Front national à Jean-François Jalkh.

>> A lire aussi : Jean-François Jalkh, le nouveau président du Front national qui remplace Marine Le Pen

Et l’écrivain de rappeler, citant la revue Le Temps des savoirs (éd. Odile Jacob), que le nouveau numéro un du FN doute de l’utilisation du gaz Zyklon B dans les chambres à gaz nazies parce qu'« il faut plusieurs jours avant de décontaminer un local (…) où l’on a utilisé du Zyklon B ».

Une non-prise de position qui fait dire à l’écrivain que la décence devrait conduire Jean-Luc Mélenchon à se séparer de ce petit triangle rouge.