Présidentielle: Sarkozy va annoncer qu'il votera Macron au second tour

SOUTIEN L’ancien chef de l’Etat devrait prendre la parole dans les jours à venir…

Manon Aublanc avec AFP

— 

Nicolas Sarkozy en pleine discussion avec Emmanuel Macron durant la cérémonie d'hommage à Michel Rocard, à l'Hôtel des Invalides, le 7 juillet 2016.

Nicolas Sarkozy en pleine discussion avec Emmanuel Macron durant la cérémonie d'hommage à Michel Rocard, à l'Hôtel des Invalides, le 7 juillet 2016. — ETIENNE LAURENT / POOL / AFP

L’ancien président Nicolas Sarkozy va annoncer qu’il votera en faveur d’Emmanuel Macron au second tour de l’élection présidentielle, ont indiqué des sources LR concordantes ce mardi à l’AFP.

Aucune des sources n’a été toutefois en mesure de préciser si l’ex-chef de l’Etat allait voter pour le candidat d’En marche ! « à titre personnel » ou s’il allait appeler son camp à voter en sa faveur. L’une des sources a ajouté que l’ancien président devrait également dire qu’il « respecte les autres choix de sa famille politique ». « Nicolas Sarkozy s’exprimera d’ici quelques jours », a-t-on affirmé, sans plus de précisions.

>> A lire aussi : Présidentielle. Emmanuel Macron, ou l'ascension éclair d'un homme pressé

Lundi soir, le bureau politique de LR a adopté un texte appelant « à voter contre Marine Le Pen pour la faire battre au second tour de l’élection présidentielle ». « Face au Front national, l’abstention ne peut être un choix », est-il écrit. Le rôle que pourrait jouer Nicolas Sarkozy après la défaite de François Fillon a par ailleurs été abordé mardi lors du petit déjeuner bimestriel des sarkozystes, qui réunit environ soixante-dix élus. « Nicolas Sarkozy, président élu des Républicains qui s’était mis en retrait pour faire la campagne de la primaire, est notre leader naturel et a un rôle à jouer pour garantir l’unité de la famille, en tant qu’autorité politique et morale, mais pas forcément avec un rôle opérationnel », a affirmé à l’AFP Daniel Fasquelle, trésorier du parti.

En cas de cohabitation, François Baroin, pressenti pour être Premier ministre 

La direction opérationnelle de la campagne des législatives serait confiée à Christian Jacob, président des députés LR, sa direction politique (ou coordination) à François Baroin, président des maires de France, selon plusieurs sources LR. Après une réunion du bureau politique du parti, il avait été confié lundi « une mission » à Christian Jacob « pour établir, en lien avec l’UDI, une équipe de direction de campagne pour les prochaines élections législatives ». Laurent Wauquiez, vice-président des Républicains, deviendrait le leader du parti, en attendant l’élection par le congrès d’un nouveau président, prévue à l’automne, selon des sources LR. « En cas de cohabitation », si la droite et le centre réunis devenaient majoritaires à l’Assemblée en juin, François Baroin aurait vocation à devenir Premier ministre, selon plusieurs élus sarkozystes. Le sénateur-maire de Troyes était déjà pressenti comme chef de gouvernement de François Fillon.

>> A lire aussi : Les Républicains. La primaire? Brice Hortefeux ne veut plus en entendre parler

Un élu LR regrette « le début d’hémorragie » d’élus de son parti vers le camp Macron, évoquant notamment Bruno Le Maire, décidé à voter Macron le 7 mai, voire à intégrer son gouvernement. « Christian Estrosi pourrait être tenté de rejoindre le camp Macron », estime un autre. Au cours du petit déjeuner, une altercation s’est produite entre les députés Georges Fenech et Luc Chatel, que tous deux ont rapporté à l’AFP. Le premier, qui refuse de voter Macron « même si c’est la consigne », a reproché au second d’appeler à voter pour le candidat d’En marche ! et de faire ainsi « courir un risque mortel à [leur] famille politique ». « Si tout le monde avait fait campagne comme moi pour Fillon, on n’en serait pas là », a répliqué Luc Chatel à Georges Fenech, lequel avait milité pour le retrait du candidat Fillon compte tenu de ses affaires judiciaires.