Les onze candidats à la présidentielle de 2017
Les onze candidats à la présidentielle de 2017 - JOEL SAGET, Eric FEFERBERG / AFP

A trois jours d’une élection présidentielle, un policier a été tué et deux autres blessés jeudi soir lors d’une fusillade sur l’avenue des Champs-Elysées à Paris, dont l’auteur a été abattu. Une enquête a été ouverte. Alors qu’ils passaient à tour de rôle une interview télé de 15 minutes chacune sur France 2, les candidats à la présidentielle ont réagi sur Twitter à ce drame, avant de l'évoquer à la fin de l'émission quand ils ont été tous réunis.

Alors que le caractère terroriste n’a pas établi jeudi soir par les enquêteurs, Benoît Hamon a évoqué le terrorisme dans un premier message, avant d’évoquer son « immense tristesse à la nouvelle du décès d’un second policier. La nation doit honorer leur dévouement et leur sacrifice » dans un second message qu’il a ensuite supprimé mais que 20 Minutes avait enregistré.

Capture écran message Twitter de Benoît Hamon le 20 avril 2017
Capture écran message Twitter de Benoît Hamon le 20 avril 2017 - Twitter/20 Minutes

Nicolas Dupont-Aignan, le candidat de Debout la France, a lui aussi écrit un message de soutien.

Marine Le Pen, candidate du Front national, a évoqué son « émotion » et sa « solidarité » pour leurs forces de l’ordre, « à nouveau prises pour cible. »

François Fillon, candidat Les Républicains, a lui aussi rendu « hommage aux forces de l’ordre qui donnent leur vie pour protéger les nôtres. »

Vers 22h15, Emmanuel Macron a été le premier à réagir à l’antenne. « Cette menace, cet impondérable, fait partie du quotidien des prochaines années. Je veux témoigner toute ma solidarité à l’égard de nos forces de police et plus largement nos forces de l’ordre. Et je veux avoir une pensée pour la famille de la victime », a-t-il dit. 

A 22H30, Jean-Luc Mélenchon a publié sur Twitter un message où il a dit sa « pensée émue pour les policiers morts et blessés et leurs familles. Les actes terroristes ne seront jamais impunis, les complices jamais oubliés »

Interrogé sur le plateau à 22h45, Jean Lassalle a lui aussi réagi au début de son entretien. « Je me sens profondément près des familles des victimes », « je me sens profondément Français », a-t-il ajouté.

Peu après, François Fillon, dernier candidat à passer son entretien, a dit «la lutte contre le terrorisme doit être la priorité absolue du prochain président». «On est en face d'un acte qui ressemble terriblement à un acte terroriste», a-t-il dit. Il a ajouté: «on nous laisse entendre qu'il y a d'autres violences dans Paris». Un propos faux: à cet horaire, aucune source de police ou du ministère de l'Intérieur évoque des violences dans la capitale.

Dans la dernière séquence, Philippe Poutou s'est dit «attristé» par ce drame, et a appelé à la fin du commerce avec l'Egypte et le Qatar; «financeurs» du terrorisme.

François Asselineau a adressé ses condoléances aux familles des victimes, quand Nathalie Arthaud a dit toute «(s)a solidarité avec les victimes d'attentat».

Mots-clés :