Présidentielle: Sur le plateau de France 2, les candidats rendent hommage aux victimes de la fusillade aux Champs-Elysées

LIVE Revivez le passage des onze candidats sur France 2 pour une grande interview télé de 15 minutes chacun...

O.P-V., A-L. B. et T.L.G.

— 

Le plateau de « 15 minutes pour convaincre », le dernier grand rendez-vous des onze candidats avant l'élection, le 20 avril 2017.

Le plateau de « 15 minutes pour convaincre », le dernier grand rendez-vous des onze candidats avant l'élection, le 20 avril 2017. — Capture d'écran / France 2

23h55: Ce live est désormais terminé, merci de nous avoir suivi.

«N'oubliez pas d'aller voter, ça compte», conclut David Pujadas.

23h30 : Chaque candidat a 2 minutes 30 pour conclure

Jean-Luc Mélenchon : « Puisque j’ai cet avantage, je crois m’exprimer au nom de tous pour dire que nous adressons une pensée émue à la famille du policier tué et la famille du policier blessé. Dans l’attente d’informations plus sûres, pas de panique, n’interrompons pas notre processus démocratique. Notre devoir de citoyen est de ne pas s’abaisser à des polémiques dont rêve l’ennemi. Conformément à la philosophie qui m’anime, nous serons d’autant plus unies que nous aurons un grand projet en commun. Cette feuille de route nous est donnée par la devise de la patrie : liberté, égalité, fraternité »

 

Benoît Hamon : « Je partage une pensée pour la famille de ce policier tué. Dire que cet évènement que nous sommes au cœur d’une crise que les Français vivent intensément. Il faut être implacable à l’égard de ceux qui veulent remettre en cause les principes dont nous nous sommes dotés dans la démocratie. Cette crise suppose que nous fassions des choix. Je crois que cette campagne n’a pas tout à fait à la hauteur des attentes des Français. Notre démocratie s’honore quand elle s’adresse à l’intelligence collective, ce que j’ai essayé de faire tout au long de cette campagne. »

 

François Fillon : « Je considère que dans le contexte que nous vivions, il n’y a pas lieu de poursuivre notre campagne électorale. Nous devons montrer notre solidarité avec une population française de plus en plus inquiète face à la montée de cet intégrisme. Ce doit être la priorité absolue du prochain président de la République. Cela passe par une lutte sans merci contre les intégristes.

 

Philippe Poutou : « La lutte contre le terrorisme c’est d’abord contre la politique française internationale. Il faut commencer par combattre les terreaux du terrorisme. Ce qui est regrettable, c’est qu’il n’y a pas eu de confrontation entre candidats. Ce qui va compter c’est que les gens d’en bas relèvent la tête contre les privilégiés du système. »

 

Jean Lassalle : « Une découverte de cette campagne a été de voir l’appauvrissement du débat démocratique dans notre pays, dont je me fais une certaine idée. Je vois la faiblesse du débat d’idée, le théâtre d’ombre que nous représentons hélas aujourd’hui, la perte d’influence de notre pays. Il faut éclairer de nouveau une Europe qui souffre et un monde qui a besoin d’un chemin. Il faudra se poser des questions sur les sondages, sur le rôle de notre presse, si faible aujourd’hui. J’espère que dimanche, vous ne vous laisserez pas avoir par ces bouts de projet. Moi je propose un projet pour retrouver une France joyeuse. »

 

Jacques Cheminade : « Je voudrais être la voix des sans-vois, pour construire une alliance pour le progrès et contre la dictature financière. Il faut construire une alliance dans le monde aussi, comme la route de la soie en Chine. Je ne pense pas gagner cette présidentielle, mais je peux être l’outsider qui défiera l’oligarchie. »

 

François Asselineau : « Je partage l’émotion de tous ce soir et je présente à la famille de la victime toutes mes condoléances. Cette campagne m’a confirmé que le peuple français veut un retour de la démocratie. Je  ferai tout pour lui donner le plus grand pouvoir possible si je suis élu. Je veux redonner du pouvoir aux Français en leur proposant calmement de sortir de l’Union européenne par l’article 50. Il y a une vie après la construction européenne, elle s’appelle la France. »

 

Nicolas Dupont-Aignan : « Je pense comme vous tous à la famille de se policier et je pense à nos forces de l’ordre. Le meilleur hommage que l’on puisse leur rendre est d’agir enfin pour vaincre les barbares qui menacent la survie de notre nation libre. Le choix que vous allez faire dimanche, c’est le choix de la France comme nation libre. Oui, je suis candidat car je crois qu’on ne traite pas les causes des problèmes et que je sais qu’une autre politique est possible. C’est par exemple enfin savoir que pour assurer notre sécurité, il faut rétablir le contrôle de nos frontières nationales. Tout cela ne pourra être fait que si on arrête d’obéir à Bruxelles.

 

Nathalie Arthaud : « Je veux exprimer ma solidarité avec les victimes de cet attentat, mais je rejette toute solidarité avec la possibilité de l’Etat français, qui aggrave la situation et nourrit le terrorisme. Nos dirigeants ont donné naissance à des monstres qu’ils ne contrôlent plus. J’appelle les travailleuses et travailleurs à refuser tous les amalgames dans les jours qui viennent. Il faut au contraire que le monde du travail se soude derrière ses intérêts. Aucun travailleur ou chômeur n’a intérêt à ces guerres à travers le monde ». 

 

Emmanuel Macron : « Je veux redire toute ma solidarité aux victimes et leurs familles. C’est la preuve que notre pays est attaqué en son cœur par des terroristes et que nous vivrons durablement sous cette menace. Présider c’est protéger. J’y suis prêt. Mais nous ne devons pas céder à la peur, aux diktats de nos adversaires. A un moment de doute sur ce qui tient notre pays sur ses valeurs, il faut faire un choix, le choix de l’avenir. Moi je veux rassembler autour d’un projet cohérent de modernisation du pays. Je veux continuer à construire l’Europe, une Europe plus juste, plus efficace, une Europe de l’investissement. »

 

Marine Le Pen : « J’ai appris que le cauchemar recommençait en quittant votre plateau tout à l’heure. J’ai un sentiment de tristesse pour les forces de l’ordre, et de colère sourde, car j’ai le sentiment que tout n’est pas fait pour mettre nos compatriotes à l’abri. Je crois que nos compatriotes attendent autre chose que de la compassion, ils attendent des moyens. Je ne veux pas que l’on dise à notre jeunesse qu’elle vivra durablement avec ces dangers. Il faut de la lucidité, du courage, de la détermination, c’est cela que les François doivent choisir désormais. »

23h25: C'est le moment de la conclusion avec tous les candidats

23h21: «Si on ne veut pas discuter avec la Russie, alors on va rentrer en conflit avec eux»
L'ancien Premier ministre explique au sujet de la Syrie qu'«il faut discuter avec la Russie, accepter un compromis, les Occidentaux ne sont plus les maîtres du jeu».
 

23h17: Fillon dit qu'on «nous laisse entendre qu'il y a d'autres violences dans Paris»

Ce qui n'est pas le cas.

 

23h15 : La carte blanche de François Fillon porte sur le terrorisme

«La question de l’unité de la nation est menacée par la montée du communautarisme. Je veux que l’école de la République apprenne les fondamentaux mais aussi une Histoire qui fasse que les jeunes Français se sentent membre d’une communauté nationale. Il faut que nous aidions les musulmans de France, dont l’immense majorité veut vivre en paix, à éradiquer l’islamisme», déclare le candidat Les Républicains.

«Ceux qui partent faire le djihad en Syrie, ils ne reviendront pas. J’utiliserai un article oublié qui permet la déchéance de nationalité», précise-t-il.

23h11: Marine Le Pen annonce aussi qu'elle annule ses déplacements vendredi, comme François Fillon

>> A lire aussi : EN DIRECT. Fusillade sur les Champs-Elysées: La mort d'un second policier pas confirmée

 

23h10: François Fillon est le dernier candidat à passer et il parle de la fusillade

Le candidat LR est venu sans objet : «Je n’ai rien amené car je ne suis pas fétichiste. Je veux d’abord dire que la nation est solidaire avec les policiers. Cela ressemble terriblement à un acte terroriste. Dans ses conditions, j’annule les déplacements prévues dans ma campagne demain.»

23h06: Les candidats réagissent à la fusillade

>> A lire aussi : Présidentielle : Les candidats réagissent à la fusillade sur les Champs-Elysées

 

23h05: L'émission bousculée par l'attaque sur les Champs-Élysées

 

22h55: La «campagne de France» comme grande cause nationale, c'est la carte blanche de Jean Lassalle

«Je souhaite réunir la France», dit le député des Pyrénées-Atlantique, qui insiste sur la ruralité : «Est-ce que nous abandonnons 60% de notre territoire sans rien dire ? De sombrer définitivement dans ce matérialisme ? C'est pour ça que j'ai prévu ce débat, comme grande cause nationale, auquel l'ensemble de la nation doit participer. 260 exploitations agricoles ferment chaque semaine.»

 

22h51: «Je veux relancer la diplomatie française», dit Lassalle

Qui n'est plus au niveau, estime-t-il, tout en proposant la création d'un quatrièlme corps armé, dédié à la cybercriminalité. Les deux journalistes le relancent sur ses visites à Bachar Al-Assad en Syrie : «Je me suis intéressé à ce qu'il s'est passé, pourquoi avons-nous fermé l'ambassade de France à Damas ? J'ai vu les contrats faramineux que nous vendions au Qatar et à l'Arabie saoudite. J'ai voulu voir sur le terrain, ce qui m'a amené à cette rencontre avec Bachar.»

22h50: Le candidat-fils de berger met en avant deux de ses livres

Ceux écrits à l'issue de sa marche à travers la France puis l'Europe en 2013. Jean Lassalle rend ensuite hommage aux deux policiers tués sur les Champs-Elysées.

22h45: Jean Lassalle arrive sur le plateau

Il est l'avant-dernier prétendants à l'Elysée à passer ce soir. Pour lire notre interview du candidat de Résistons!, c'est ci-dessous.

 

22h43: Et on finit avec le programme spatial de Jacques Cheminade

La grande marotte du candidat est de retour cinq ans après. Cheminade veut mettre en place une grande politique spatiale : «La NASA a calculé qu'un dollar investi dans l'espace, c'est 14 dollars de retombées sur Terre.»

22h40: Le candidat ponctue son passage en mettant en doute la version officielle des attentats du 11 septembre 2001 en Etats-Unis

Des propos qu'il avait déjà tenus il y a six ans, rappelle David Pujadas.

22h36: Cheminade insiste sur la culture dans sa carte blanche

Le candidat choisit de parler de la culture et de l’éducation, car «il faut rendre l’art au peuple».

22h34: Jacques Cheminade contre le monde de la finance et les Etats-Unis

Il parle de son cheval de bataille : «L'euro est une courroie de transmission de la finance internationale etr son représentant s'appelle Mario Draghi», lance le candidat de Solidarité & Progrès, qui participe à sa troisième campagne.

Cheminade parle en outre de «guerre cognitive» menée selon lui par les Etats-Unis pour imposer leur culture.

22h32 : Cheminade est interpellé sur sa volonté d’augmenter la TVA de 3 %

Il rétorque en soulignant qu’il veut dans le même temps augmenter le SMIC à 1700 euros.

22h30: Au tour de Jacques Cheminade

22h24: Question sur la Syrie et le bombardement américain contre le régime

«Je désapprouve l'utilisation des armes chimiques par Bachar El Assad

(...) Je suis prêt à ce que l'on prenne nos responsabilités avec des frappes ponctuelles»  pour détruire les stocks d'armes chimiques détenues par le régime syrien, dit le candidat 

«Je ne suis pas tellement un homme de regret. Je suis un guerrier, un battant, je ne suis pas un homme de regret» Avez-vous fait des erreurs? «On en fait toujours. (...) J'ai blessé des gens» (sur ses propos sur la colonisation).

 

22h19: La carte blanche du candidat: l'éducation

Interrogé sur son programme sur l'éducation, Emmanuel Macron dit ne pas faire de discrimination positive mais....«J'arrête l'hypocrisie égalitariste» à l'école, dit Emmanuel Macron à propos des moyens supplémentaires donnés aux établissements dans les zones les plus sensibles, et l'autonomie des établissements.

22h18: Après Benoît Hamon puis Nicolas Dupont-Aignan, François Fillon et Marine Le Pen réagissent ce soir à la fusillade sur les Champs-Elysées

 

22h11: Emmanuel Macron arrive sur le plateau

>> Le grand entretien de 20 Minutes avec Emmanuel Macron ci-dessous

Il dit avoir laissé un livre de grammaire dans sa loge pour pouvoir parler de ce qui s'est passé sur les Champs-Elysées. Il salue les forces de l'ordre et a une pensée pour la famille du policier tué ce soir.  «Je voulais parler de cela dans ces premières minutes pour apporter toute ma solidarité aux forces de police et aux forces de l'ordre»

> Quel est le programme d'Emmanuel Macron? Moralisation de la vie politique, régime des retraites... à lire ci-dessous 

Le candidat est interrogé sur son programme économique et notamment sur la fiscalité. Faut-il baisser l'impôt des ménages? Cette question divise les candidats, à retrouver ci-dessous 

Le candidat a démenti, une nouvelle fois, vouloir mettre en place une «taxe sur les loyers fictifs».

Retour en VIDEO. Nicolas Dupont-Aignan: «Tous les Français ont compris qu'il y avait un candidat chouchou»

 

22h02: Pendant ce temps, Benoît Hamon et Nicolas Dupont-Aignan évoquent sur Twitter la fusillade sur les Champs-Elysées à Paris

Alors qu'aucune source n'indique que la fusillade sur les Champs-Elysées est un attentat terroriste, le candidat à la présidentielle Benoît Hamon a réagi.

.. Ainsi que Nicolas Dupont-Aignan... 

 

21h52: Place à Philippe Poutou (NPA)

>> Notre grande interview de Philippe Poutou par 20 Minutes ci-dessous

Le candidat a apporté le drapeau vert-jaune de la Guyane, pour appuyer le mouvement de lutte qui s'y déroule. 

>> Qu'est-ce qui se passe en Guyane? Comment la situation a évolué? A lire ci-dessous?

Le candidat revient sur sa proposition d'un Smic à 1700 euros net. Interrogé sur d'éventuels patrons modèles, il répond «le cirque Romanès, c'est fabuleux (...) ou Mathieu, patron de pizzeria». Il rappelle aussi le modèle que le NPA propose: «C'est possible d'avoir une économie qui répond aux besoins des gens (...) en autogestion». 

Le candidat rappelle qu'il souhaite basculer sur les énergies renouvelables, ou encore passer à 100% d'agriculture biologique. Il souhaite «éviter le gaspillage dans ce système capitaliste» ou encore une «une planète sans frontière». 

Il dit avoir un regret, celui de ne pas avoir eu un second débat télé avec tous les candidats, «de dire à des Fillon et des Le Pen que ce sont des voleurs et des menteurs»

>> LIVE A SUIVRE PAR ICI:  Fusillade sur les Champs-Elysées: Un policier tué et un autre blessé, le tireur présumé neutralisé...

 

21h42: Emmanuel Macron? «Le candidat chouchou» des médias, dénonce Nicolas Dupont-Aignan

Le candidat dénonce le poids des médias et notamment un «grand patron de presse», industriel, qui l'aurait snobé dans «son journal». Il lit des échanges avec ce grand patron de presse.... A 20 Minutes, on met une pièce sur Dassault, patron de Figaro. Et vous, qu'en dites-vous?

Le candidat rappelle enfin son slogan de campagne, à savoir «rendre le pouvoir aux Français».

21h40: Nicolas Dupont-Aignan ne veut pas la sortie de l'euro, comme en 2012, il souhaite un «euro-franc», plus «flexible», qui aurait «les bienfaits de l'euro sans ses inconvénients»

21h38: VIDEO. Retour sur François Asselineau mimant sa sortie de l'Europe 

 

21h33: Au tour de Nicolas Dupont-Aignan

Le député-maire de Yerres, président de Debout la France, a apporté une figure réalisée par un enfant en situation de handicap. Une manière de dire que l'on ne parle pas assez du handicap pendant cette présidentielle. 

Nicolas Dupont-Aignan parle ensuite du travail et veut que les «minimaux sociaux soient conditionnés» à des heures de travail d'intérêt général.

>A retrouver ci-dessous, la grande interview du candidat par 20 Minutes 

 

21h32: «On a la classe politique que l'on mérite. On aura une démocratie médiocre avec une classe politique médiocre»

Benoît Hamon déplore qu'il n'y ait pas ce soir de «débat démocratique», et critique implicitement François Fillon qui a refusé de répondre aux questions de certains médias, dont 20 Minutes...

21h30: Benoît parle encore du revenu universel

Comment fonctionnerait ce revenu universel? À partir de janvier 2018, le dispositif concernera les résidents de plus de 18 ans, étudiants, travailleurs ou chômeurs, touchant maximum 1,9 Smic brut par mois, soit 2.800 euros pour une personne seule, 5.600 pour un couple. Le RSA sera revalorisé dès 2018 à 600 euros. Pour les 18-25 ans et les travailleurs, ce revenu universel leur serait versé de manière dégressive selon leurs conditions de ressources, de 600 euros pour ceux n'ayant aucun revenu jusqu'à zéro pour ceux touchant plus de 1,9 Smic. À terme (l’année n’est pas précisée), ce revenu universel devrait atteindre 750 euros.

21h26: «Pas de solution politique avec Bachar El Assad»

«Je ne hiérarchise pas l'horreur entre Daech et Bachar El Assad», souligne-t-il. «Je ne suis pas pour des frappes unilatérales» précise Benoît Hamon, ajoutant qu'il souhaite «une France indépendante de la Russie et des Etats-Unis »

21h20: Benoît Hamon explique que le revenu universel «va améliorer la fiche de paie»  

 
«Le seul candidat qui améliore la feuille de paie des salariés, c'est moi», ajoute-t-il.

>> A nos lecteurs: La préfecture de police de Paris vous conseille «d'éviter le secteur des Champs Élysées» ce jeudi soir. 

Plus d'informations à suivre sur 20 Minutes 

 

21h16: Benoît Hamon a pris une carte Vitale, la carte de la protection sociale

Il a pris cette carte «car elle est menacée». «On en a pas tellement parlé (...) le spectacle a pris le dessus sur les programmes», déplore le candidat.

> Retrouvez ci-dessous la grande interview de Benoît Hamon à 20 Minutes

 

21h15: Place à Benoît Hamon, candidat du PS

 

21h13: «Je suis un homme de paix et je fais ça en mémoire de mon grand-père» dit François Asselineau

 

21h07: Et voilà un autre papier sur les militants Asselineau

 

21h03: François Asselineau montre le rapport des grandes orientations économiques de la Commission européenne

«Voilà le programme de tous les autres candidats: baisse TVA, gel SMIC, réforme du droit du travail, déremboursement de la sécurité sociale... Moi je veux sortir de ça», lance-t-il, en déchirant la feuille. «L'UE nous coûte trop chère».

Concernant la sortie de l'euro qu'il préconise, «je prends l'engagement que la sortie de l'euro ne changera en rien les dettes publiques et des ménages... de toute manière l'euro va finir par exploser. En sortant de l'euro, nous allons faire changer le chômage de 1.5 millions en catégorie A».

21h : François Asselineau veut renforcer les services publics

«Les Français n’attendent pas du chef de l’Etat qu’il soit un polémiste, qu’il stigmatise, mais qu’il assure l’égalité entre tous», assure-t-il. Le candidat veut renforcer les services publics. « Ils sont menacés par les traités européens. Je veux rendre aux Français leurs services publics en l'inscrivant dans la Constitution ».

21h: Et voici notre interview du candidat

 

20h57: L'objet apporté par Asselineau est un rameau d'olivier

Le symbole de son parti, l'Union populaire républicaine.

20h57: C'est au tour de François Asselineau

 

20h55: Marine Le Pen veut se battre «Je ne ferai rien sans le peuple français ni contre lui»

Interrogé sur la sortie de l'euro, Marine Le Pen assure qu'elle organisera un référendum.

 

20h50 : Marine Le Pen et Schengen

Comme Marine Le Pen l’a souvent dit durant cette campagne, elle souhaite rétablir les frontières dans l’espace Schengen. Cependant, Marine Le Pen était absente le 16 février 2017 lors d’un vote au Parlement européen qui avait précisément pour but de renforcer les contrôles aux frontières extérieures de l’Union européenne, rapportait un journaliste de Contexte. A lire ci-dessous

 

 

 

20h48: Marine Le Pen défend ses propositions contre le terrorisme

 

Il y a quelques jours, Marine Le Pen lancé : « Avec moi, il n’y aurait pas eu les terroristes migrants du Bataclan, de Merah le tueur de militaire et d’enfants juifs. » Elle est interrogée sur cette déclaration:

«Avec toutes les mesures que je veux mettre en oeuvre, tous ces gens là auraient été expulsés ou mis en prison. Il n'existe pas de risque 0, mais on ne peut pas ajouter la honte de ne pas avoir fait tout ce qui pouvait l'être»

20h44: La carte blanche de Marine Le Pen: la sécurité

«Rien n'a a été fait, sur l'insécurité classique, nous subissons le laxisme depuis des années... Quand au terrorisme, sujet majeur, là encore, rien n'a été fait. Nous devons maîtrsier nos frontières nationales. Nous devons créer de postes de gendarmes et de police. Il faut s'attaquer au développement du fondamentalisme religieux dans nos banlieues», assure Marine Le Pen.

20h41: Marine Le Pen n'a pas répondu à nos sollicitations d'interview

A la place, voilà les principales mesures de son programme

 

20h40: L'objet de Marine Le Pen est une clé

Son objet est la clé d'une entreprise de Moselle que lui a confiée un patron. Elle l'a apportée pour symboliser qu'elle souhaite rendre les clés de la Nation au peuple.

20h39: C'est au tour de Marine Le Pen

20h38: Quelle référence pour Nathalie Arthaud?

 

 

20h34: Voilà l'intérieur du QG de Nathalie Arthaud

 

20h28: L'objet de Nathalie Arthaud... est une photo

 

20h27: Quelle carte blanche pour Arthaud?

Carte blanche de Nathalie Arthaud: imposer le contrôle des travailleurs sur les entreprises. «Il faut permettre aux salariés et ouvriers de dire toutes les informations qu'ils ont. Transformer tous les salariés en lanceurs d'alerte»

 

KESAKO: Le «Contrôle des travailleurs sur les entreprises»?

Selon Lutte Ouvrière, 

«Il faut permettre aux comptables, aux secrétaires, aux magasiniers, à tous les travailleurs, de communiquer et de centraliser les informations dont ils disposent. Ils pourraient ainsi constater que les licenciements et les suppressions d’emplois sont le plus souvent le résultat d’une politique et d’un choix, celui des capitalistes de privilégier leurs profits au détriment des emplois et des salaires»

20h26: «Un jour ou l'autre, les travailleurs se lèveront», dit Nathalie Arthaud

«Il y a cette classe capitaliste qui mène une guerre contre le monde du travail. On ne peut pas la laisser faire», assure Nathalie Arthaud. La candidate défend la nationalisation des banques.

20h22: Et c'est désormais au tour de Nathalie Arthaud

Voici notre interview:

 

20h20: Jean-Luc Mélenchon dit qu'il y a «2000 morts dans la rue»

VERIFICATION. PROBABLE 
Il n'existe pas de chiffres précis des personnes décédées dans la rue chaque année. Dans son rapport 2016, le collectif des morts dans la rue a recensé 501 décès. Cependant, l'association explique que ce chiffre serait très inférieur à la réalité. 
 
Selon une étude datant de novembre 2015 du Centre d’épidémiologie sur les causes médicales de décès (CépiDc), ce rapport estime à 6.730 le nombre de sans-domicile décédés entre janvier 2008 et décembre 2010. Soit un peu plus de 2.000 morts par an.

20h15: «L'Europe, on la change ou on la quitte»

Le candidat évoque ses positions internationales, en insistant sur la sortie de l'Otan. Concernant l'Europe, il assure vouloir renégocier les traités européens actuels. Sinon, le candidat assure qu'il quittera l'UE.

 

20h14: Vous ne connaissez pas le programme de Mélenchon?

Voilà plus de précisions:

 

20h09 : Mélenchon veut « abolir la monarchie présidentielle »

Chaque candidat dispose d’une carte blanche : il peut parler de ce qu’il souhaite. Jean-Luc Mélenchon a décidé d’évoquer son projet de nouvelle constituante, qui devra créer une VIe République. Il souhaite notamment mettre en place dans cette nouvelle Constitution le référendum révocatoire, qui permet de révoquer n’importe quel élu.

 

 

20h05 : « A partir d’un certain niveau de salaire, on taxe à 90 % », assure mélenchon

« Mon objectif n’est pas de confisquer, mais tout le monde participe à hauteur de ses moyens », assure Jean-Luc Mélenchon, qui détaille sa proposition d’une nouvelle grille d’imposition.

Pourra-t-il mettre en place cette nouvelle grille d’imposition ?

Lors de son entretien avec 20 Minutes, le candidat reconnaissait pouvoir connaître des difficultés avant la mise en place de la VIe République.
« Avant l’adoption de la nouvelle Constitution, il y aura peut-être des blocages à certains moments car le Conseil constitutionnel fonctionnera d’après sa jurisprudence. Mais concernant la dernière tranche d’imposition à 90 %, ce n’est même pas sûr qu’il y ait un problème car le Conseil constitutionnel évalue le niveau d’imposition à la moyenne de toutes les tranches, et pas à la dernière. »

20h: Et l'objet apporté de Mélenchon est... un réveil!

Pour le candidat, c'est un symbole pour réveiller les Français face à l'urgence écologiste.

20h: Et on commence avec Jean-Luc Mélenchon

Le député européen commence l'émission. Vous pouvez relire notre interview avec le candidat de la France insoumise

 

20h: Et n'oubliez pas les commentaires, si vous avez des questions, on y répond!

20h: Et c'est parti !!!

19h00: Selon nos informations, chaque candidat devra apporter un objet

Ce soir chaque candidat devra apporter un objet, il disposera d'une minute pour en parler aux téléspectateurs...

19h00: Dans quel ordre passent les candidats? 

Il y a eu un tirage au sort, voici l'ordre de passage des candidats interviewés par les journalistes David Pujadas et Léa Salamé:

Jean-Luc Mélenchon, Nathalie Arthaud, Marine Le Pen, François Asselineau, Benoît Hamon, Nicolas Dupont-Aignan, Philippe Poutou, Emmanuel Macron, Jacques Cheminade, Jean Lassalle et François Fillon.

19h00: Pour tout savoir de l'émission de ce soir

 

19h00: C'est la dernière ligne droite. A trois petits jours du premier tour, les onze candidats à l'élection présidentielle se retrouvent sur France 2 pour une dernière émission. Mais ce soir, il n'y aura pas de débat à proprement parlé: les candidats disposeront chacun d'un quart d'heure de temps de parole en direct, mais les uns après les autres, séparement.

Au menu de la soirée: pouvoir d'achat, chômage, international, Europe... et «une ou deux questions de précision du programme». Chacun aura également «une carte blanche» sur la thématique de son choix. Ils se retrouveront tous ensemble enfin vers 22h45 pour une conclusion de 2 minutes 30 chacun. L'émission également diffusée sur France Inter et à la télévision par TV5Monde et franceinfo, débute à 20 heures.