Rassemblement place de la République: les militants de Benoît Hamon espèrent sans trop y croire

MEETING Pour son dernier grand rassemblement, place de la République, Benoît Hamon a mis en garde ses électeurs contre la tentation du vote utile…

Caroline Politi

— 

Rassemblement de Benoît Hamon, place de la République à Paris

Rassemblement de Benoît Hamon, place de la République à Paris — Caroline Politi

« J’ai sûrement chopé une pneumonie mais je suis contente », s’esclaffe Julie, 28 ans, à peine le discours de Benoît Hamon terminé. Cette Parisienne « pure souche » est désormais convaincue du bulletin qu’elle déposera dimanche dans l’urne pour la présidentielle. « Je me reconnais à 100 % dans son programme, ses idées », assure-t-elle en tirant une bouffée de cigarette. Comme elle, ils étaient près de 20.000 selon les équipes de campagne du candidat socialiste, réunis sur la place de la République, à Paris, pour assister à son dernier rassemblement. 20.000 à braver le froid glacial et à scander « Hamon président ». Mais combien sont-ils à y croire vraiment ? Combien sont-ils à penser que le candidat socialiste, cloué à 8 % d’intention de vote, peut encore se qualifier au second tour de l’élection présidentielle ?

La tentation du vote utile

A cette question, ils sont beaucoup à faire une grimace, une petite mou pour dire qu’ils ne se font pas d’illusion. Tous louent ses « idées novatrices », « son progressisme » mais considèrent la partie comme pliée. « J’y crois moyennement, confie Simon, 27 ans. Son score ne sera peut-être pas aussi bas que ce qu’annoncent les sondages mais entre Mélenchon et Macron, c’est compliqué ». Un drapeau de l’Europe dans une main et un second du parti socialiste dans l’autre, Christian, 54 ans, semble s’être fait une raison. « Il faut se battre jusqu’au bout, au moins pour faire entendre ses idées. Après le résultat… »

Ce cadre supérieur, militant socialiste depuis 1981, refuse l’idée du vote utile. « Ca ne veut rien dire ». Pourtant, autour de lui, il a vu de nombreux amis rejoindre les rangs de Jean-Luc Mélenchon et d’ Emmanuel Macron. Ce jour-là sur la place de la République, ils sont nombreux à confier s’être eux-même posé la question. Blaise, par exemple, a participé aux meetings des trois candidats avant de faire son choix. Finalement, qu’importe ce que disent les sondages, à ses yeux, Benoît Hamon  a « une honnêteté intellectuelle » et la « fraîcheur des idées ». Fanny, en revanche, hésite encore. Si politiquement, elle se sent plus proche du candidat socialiste, notamment en matière d’écologie, la jeune femme de 24 ans hésite à donner sa voix « un peu plus à gauche ». « Je sais qu’il faut voter par conviction mais je pense aussi au second tour… »

«Il faut se méfier des chefs charismatiques»

« Vous n’avez pas le droit de céder à la facilité, à la peur ou au découragement », les a pourtant mis en garde le candidat socialiste. Dans son discours, Benoît Hamon a dénoncé la tentation Macron « un giscardisme déguisé », à la solde de la politique d’austérité d’Angela Merkel. Mais il a réservé sa principale charge à Mélenchon. « Il faut nous méfier des chefs charismatiques », a-t-il déclaré, citant Primo Lévi. « En démocratie, par principe, chaque voie est utile à exprimer le désir d’un citoyen », poursuit le candidat. « Je vous demande d’être fidèle à vous-même, à vos rêves, à vos besoins. » « Il a raison, note Benjamin, militant écologiste rallié à la cause socialiste. Si on ne vote pas en fonction de ses convictions, on a aucune chance de les voir un jour triompher. »

« Il est bon quand même, je ne comprends pas ce qu’il s’est passé », s’étonne Lucie, en sautillant pour se réchauffer. Cette étudiante de 19 ans se rend aux urnes pour la première fois. « Je ne voulais pas me tromper, j’ai lu les programmes de tous les candidats », explique-t-elle. Enfin, ceux de Benoît Hamon, Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron. « Il a un programme bien plus abouti », estime-t-elle. « Il a moins de charisme et on sait bien que les gens se foutent du fond », assène sa sœur aînée. «Je sais mais c'est un peu déprimant», lâche la jeune électrice. 

>> Quel candidat à l'élection présidentielle correspond le mieux à vos idées ? Testez notre boussole ici dans sa version optimisée ou ci-dessous.​