VIDEO. Présidentielle: «Il faut offrir une vraie citoyenneté aux personnes en situation de handicap»

A VOS SOUHAITS Avant l’élection présidentielle, « 20 Minutes » est allé à la rencontre des Français pour prendre le pouls de la nation…

Gilles Durand

— 

Nicolas Karasiewicz est le responsable de l'entreprise Tyrésias qui s'occupe de valoriser le handicap.

Nicolas Karasiewicz est le responsable de l'entreprise Tyrésias qui s'occupe de valoriser le handicap. — G. Durand / 20 Minutes

Riches, pauvres, chômeurs, jeunes, retraités, zadistes… A l’approche de l’élection présidentielle des 23 avril et 7 mai, 20 Minutes est allé à la rencontre des Français de tous les âges et dans tout le pays, afin de prendre le pouls de la nation.

A chaque personne interrogée, trois questions ont été posées, toujours les mêmes. Aujourd’hui, c’est au tour de Nicolas Karasiewicz, 30 ans, malvoyant et chef d’entreprise d’une start-up sociale à Lille, d’y répondre.

Quelle première mesure doit être prise par le nouveau chef de l’Etat ?

Je ne suis pas objectif car je vis mon handicap au quotidien, mais la première mesure serait d’offrir une vraie citoyenneté aux personnes en situation de handicap. Une étude du CSA montre que la représentativité des handicapés est de 0,8 % dans le paysage médiatique. Cette représentativité ne peut passer que par l’emploi. Pour que nous soyons reconnus à notre juste place, il faudrait non pas imposer des quotas aux entreprises, mais faire de la pédagogie pour expliquer l’atout d’un travailleur handicapé dans une boîte, par exemple dans l’innovation sensorielle.

Pourquoi êtes-vous intéressé par cette élection ?

J’ai beaucoup d’attente vis-à-vis des candidats et j’aspire à du changement. Je m’intéresse beaucoup à la politique et moi-même, je serais prêt à m’engager dans une campagne électorale si on me le demandait. A chaque élection, je suis de très près certaines thématiques. Mais dans cette campagne, on s’est vite écarté des vraies questions que sont la sécurité, l’emploi, l’avenir des entreprises françaises, la santé et la protection sociale. On risque d’avoir beaucoup d’abstention dimanche.

Avez-vous déjà finalisé votre vote ?

J’avoue que j’ai été séduit au début par un candidat : Emmanuel Macron. Hélas pour lui et heureusement pour moi, le ralliement de nombreux ténors de la politique – et d’autres qu’on risque d’entendre aussi dès dimanche soir – m’a convaincu que le changement, ce n’était pas ça. Je suis revenu sur mes premières convictions et vers la seule personnalité qui évoque vraiment le handicap :  Marine Le Pen. Je ne suis pas d’accord sur certains sujets mais c’est la seule qui se rapproche des personnes handicapées. J’ai eu affaire à elle directement sur le sujet il y a quelques années, quand je présidais une association.