VIDEO. Présidentielle: «Il faudrait une "flat tax", une taxe variable qui concernerait un maximum de Français»

A VOS SOUHAITS Avant l’élection présidentielle, « 20 Minutes » est allé à la rencontre des Français pour prendre le pouls de la nation…

Floréal Hernandez

— 

Alain, kinésithérapeute à Paris, paie l'ISF, "un impôt totalement absurde, confiscatoire et injuste".

Alain, kinésithérapeute à Paris, paie l'ISF, "un impôt totalement absurde, confiscatoire et injuste". — F. Hernandez / 20 Minutes

Riches, pauvres, chômeurs, jeunes, retraités, zadistes… A l’approche de l’élection présidentielle des 23 avril et 7 mai, 20 Minutes est allé à la rencontre des Français de tous les âges et dans tout le pays, afin de prendre le pouls de la nation.

A chaque personne interrogée, trois questions ont été posées, toujours les mêmes. Aujourd’hui, c’est au tour d’Alain*, 75 ans, kinésithérapeute qui paie l’impôt sur la fortune (ISF), à Paris, d’y répondre.

Quelle première mesure doit être prise par le nouveau chef de l’Etat ?

Libérer le code du travailet aussi faire une harmonisation fiscale et sociale de manière à renforcer l’Europe.

Par rapport à l’ISF, mon avis est complètement tranché depuis des décennies qu’il existe. C’est très simple, c’est un impôt totalement absurde, confiscatoire, qui fait fuir nos élites et les gens qui pourraient créer des emplois en France et qui vont les créer ailleurs. Et par-dessus le marché, c’est un impôt totalement injuste car il y a des dizaines et des dizaines de personnes que je connais moi qui devraient être assujetties à l’ISF et qui ne le sont pas car elles n’ont jamais fait la déclaration. C’est l’impôt le plus imbécile que je connais. Et Dieu sait qu’il y en a.

D’ailleurs pour l’impôt sur le revenu, je suis favorable à la flat tax, une taxe variable qui concernerait le maximum de gens en fonction de leur revenu. Ça permettrait de tisser un lien entre les Français et leur pays la France. Ceux qui gagnent beaucoup seraient imposables jusqu’à 30 %. Pour certains, l’impôt ne serait que symbolique, 10 euros par exemple. Mais le payer est un geste fort.

Pourquoi êtes-vous intéressé par cette élection ?

Je m’intéresse beaucoup à la politique. Tout le temps. De toujours. Mais là particulièrement car il faut mettre un point final à ce quinquennat calamiteux, cauchemardesque. Il faut essayer de s’en sortir un petit peu. Je ne sais pas si on y arrivera, si les Français sont d’accord pour faire les efforts.

Avez-vous déjà finalisé votre vote ?

Oui, le seul homme capable de nous sortir de là, avec tous les problèmes qu’il a dû surmonter, qu’on lui a fait surmonter, et il s’est d’ailleurs très mal défendu, c’est François Fillon. C’est lui qui a le meilleur programme pour nous en sortir.

*Alain a préféré garder l’anonymat.