Mon bulletin dans ton urne: Choc à distance Macron-Le Pen, durcissement sur l’immigration et mise en garde de Hamon

PRESIDENTIELLE Chaque matin, « 20 Minutes » vous livre les trois informations marquantes de la campagne…

M.C.

— 

Photomontage des candidats à la présidentielle, Marine Le Pen et Emmanuel Macron, réalisé le 21 février 2017, données en tête d'un sondage sur les intentions de vote des jeunes.

Photomontage des candidats à la présidentielle, Marine Le Pen et Emmanuel Macron, réalisé le 21 février 2017, données en tête d'un sondage sur les intentions de vote des jeunes. — JOEL SAGET / AFP

A peine le temps d’avaler un café ? En sortant des brumes matinales, attrapez aussi notre récap’ quotidien d’une campagne corsée et régulièrement relevée de polémiques.

Vous n’avez pas pu aller aux meetings de Macron et Le Pen à Paris ? On vous les fait revivre

Ils sont, depuis plusieurs mois maintenant, les favoris des sondages. Emmanuel Macron et Marine Le Pen se sont livrés à un duel à distance lundi à quelques heures d’intervalle. Le candidat d’En Marche ! a tenu un grand raout à Bercy en fin d’après midi. La présidente du Front national a quant à elle rassemblé ses partisans au Zénith parisien dans la soirée (voir ci-dessous). 20 Minutes s’est rendu aux deux rassemblements et vous livre le film du match de ces meetings.

Marine Le Pen veut un « moratoire immédiat » sur l’immigration

En tassement dans les sondages, Marine Le Pen durcit ses propositions sur l’immigration. A six jours du premier tour de la présidentielle, la candidate du Front national a proposé lundi d’instaurer un « moratoire immédiat sur toute l’immigration légale » si elle parvient à l’Elysée. Même si les frontistes évoquent souvent « l’arrêt de l’immigration » sur les plateaux télévisés, Marine Le Pen proposait jusque-là dans ses engagements présidentiels l’engagement de « réduire l’immigration légale à un solde annuel de 10.000 ». Lundi, elle a aussi mis en garde contre « demain, pourquoi pas, l’adhésion à l’UE du Maroc ou de l’Algérie ».

Benoît Hamon met en garde contre les « candidats malhonnêtes »

C’était parfois subtil mais chacun en a pris pour son grade lundi, lors du meeting de Benoît Hamon. Le candidat socialiste à la présidentielle a notamment appelé l’électorat à s’inquiéter de ce que feraient les « candidats malhonnêtes, intellectuellement, ou dans leur rapport à l’argent », avec les pouvoirs importants que confère la Ve République. Il a aussi attaqué deux de ses principaux adversaires en dénonçant la gauche « qui considère que dès qu’on gouverne on trahit » et « ceux qui veulent tellement gouverner qu’ils considèrent qu’il faut passer à droite pour continuer ». La revue des tacles par ici.