Frais de campagne, temps de parole... Pourquoi le retrait de Hamon pour Mélenchon est improbable

POLITIQUE Le camp Mélenchon espère que le candidat socialiste retire sa candidature...

Thibaut Le Gal

— 

Les chemins de Hamon et Mélenchon se croiseront-ils de nouveau ?

Les chemins de Hamon et Mélenchon se croiseront-ils de nouveau ? — CHAMUSSY

En chute dans les sondages, Benoît Hamon pourrait-il retirer sa candidature au profit de Jean-Luc Mélenchon ? L’idée fait son chemin… dans l’équipe du candidat de la France insoumise. « Quand il voit nos meetings, cette force populaire qui se lève, la dynamique qui est autour de nous, et qu’il compare à toutes les trahisons qu’il subit de la part de ses « amis » qui passent leur temps à lui planter des poignards dans le dos, je lui dis « Benoît, ne sois pas un obstacle à cette volonté populaire qui monte »», a lancé Alexis Corbière, son porte-parole mercredi sur LCI.

>> A lire aussi: Que se passe-t-il avec la campagne de Benoît Hamon?

« J’espère que le maintien de la candidature de Benoît Hamon - c’est pour ça que j’ai appelé à un rapprochement - ne coûtera pas cette qualification » pour le second tour, a assuré le secrétaire national du Parti communiste, Pierre Laurent, à France Inter. Un retrait du candidat socialiste est-il possible ?

D’un point de vue politique : ça paraît compliqué

Après l’affaire du « faux SMS » relaté dans la presse, évoquant « un retrait » du candidat socialiste, l’entourage de Benoît Hamon a nié en bloc tout abandon. « Ce n’est pas du tout notre état d’esprit ! », a martelé au Figaro, Mathieu Hanotin, son directeur de campagne.

Le désistement de l’ancien ministre de l’Education paraît aujourd’hui peu probable, notamment dans la perspective des législatives. « Je suis moins sûr que vous », nous répond Gérard Filoche, qui milite depuis plusieurs mois maintenant pour un rapprochement. « Je peux témoigner qu’il y a encore beaucoup de contacts entre ceux qui se connaissent des deux côtés. Les entourages se parlent encore aujourd’hui d’une solution qui permettrait de gagner ».

Le membre du Bureau national du PS veut toujours y croire. « Sans accord politique, on prend le risque qu’une partie de l’électorat Hamon ne vote pas pour Mélenchon. Ce serait quand même rageur si 1 % venait à manquer du fait qu’il n’y ait pas eu d’accord… »

D’un point de vue constitutionnel : quasiment impossible

Oui mais voilà, à 11 jours du premier tour, l’opération relève de l’impossible. « La liste officielle du Conseil constitutionnel ne changera plus. Sauf si un des candidats était empêché (mort, maladie, etc.) », assure Michel Lascombe, professeur de droit constitutionnel à Sciences-Po Lille. « Si un candidat décide de se retirer, il ne se retire que d’un point de vue intellectuel, en disant "ne votez plus pour moi". Mais son nom serait toujours présent sur la liste officielle et n’importe qui pourrait encore voter pour lui », rappelle le spécialiste.

Resterait une question délicate, soulevée par le spécialiste : celle du temps de parole. « Ce serait insoluble car depuis lundi, il y a un principe d’égalité. Le candidat en retrait parlerait au profit d’un autre. Le CSA ne l’admettrait pas ».

D’un point de vue économique : impensable

Questions sous, le retrait serait tout aussi problématique. Au-delà des 5 % des voix, le candidat est remboursé pour ses frais de campagne, jusqu’à 8.004.225 euros. Dans le cas contraire, la somme remboursée ne serait que de 800 423 euros maximum. On imagine mal le Parti socialiste se passer des 14 millions déjà déboursés, selon les chiffres avancés par l’Express.

« C’est un vrai problème », reconnaît Gérard Filoche. « Mais celui qui est devant peut prendre en charge les frais de campagne de l’autre. Il ne s’agit que d’une question de présentation ». En réalité, c’est beaucoup plus complexe. « La fusion des frais n’est pas possible. Car Benoît Hamon, puisque l’on parle de lui, sera obligé de déposer un compte de campagne », répond Michel Lascombe. « Je ne vois d’ailleurs pas comment on pourrait imputer les dépenses de Hamon pendant la primaire dans le compte de campagne de Mélenchon qui n’y a pas participé. Un retrait me paraît invraisemblable ».