Son choix est fait. Manuel Valls ne votera pas pour Benoît Hamon en mai prochain. Son vote ira à l’ancien locataire de Bercy, Emmanuel Macron.

L’ancien Premier ministre a expliqué son choix ce mercredi matin sur le plateau de RMC/BFMTV.

Macron pour éviter un duel Le Pen - Fillon ?

Interrogé sur BFM TV/RMC sur le fait de savoir s’il allait voter pour le candidat d’En Marche après avoir progressivement rompu avec le candidat socialiste depuis fin janvier, Manuel Valls a répondu : « Oui, parce que je pense qu’il ne faut prendre aucun risque pour la République. Donc je voterai pour Emmanuel Macron (…) Je prends mes responsabilités ».

« Est-ce un ralliement ou une simple voix ? », l’interroge Jean-Jacques Bourdin. « Je ne prendrais aucun risque pour la France. Je ne veux pas que le soir du premier tour qu’on se retrouve face au choix Marine Le Pen - François Fillon. Je veux donner le plus de voix au candidat progressiste », a déclaré celui qui a été battu par Benoît Hamon à la primaire élargie du PS, expliquant qu’il ne prendrait pas part à la campagne du fondateur d’En Marche !.

>> A lire aussi : Le «vote utile» est-il en train de pourrir la campagne de Benoît Hamon?

« Je n’ai rien à négocier et je ne demanderai rien. C’est un vote responsable », a affirmé Manuel Valls. « Ce n’est pas de gaîté de cœur », a-t-il lâché, alors qu’Emmanuel Macron a déclaré la veille ne pas vouloir de soutiens ni de gauche ni de la droite. « C’est le choix de la raison. »

Remerciement

Alors que Jean-Jacques Bourdin lui rappelle qu’il avait signé la charte de la primaire, qui l’engageait à en soutenir le vainqueur, Manuel Valls a déclaré « c’est vrai et j’ai évidemment réfléchi avant de venir » et de tacler « assez drôle de recevoir des leçons de trahison de ceux qui ont voté la censure contre leur gouvernement ! Moi, je serais exclu par ceux qui n’ont respecté aucune règle pendant 5 ans ? ».

Emmanuel Macron a « remercié » Manuel Valls de son soutien mais insisté en indiquant qu’il ne comptait pas installer d’anciens ministres au sein de son futur gouvernement car il « prône le renouveau des visages ».