Présidentielle: Economie, éducation ou terrorisme... Les candidats divisés dans leurs projets

POLITIQUE Les candidats à la présidentielle François Fillon, Benoît Hamon, Marine Le Pen, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon participent à un débat télé sur TF1 et LCI ce lundi soir…

A.-L.B. avec T.L.G et C.L

— 

Le premier débat télévisé de l'élection présidentielle 2017 (capture LCI).

Le premier débat télévisé de l'élection présidentielle 2017 (capture LCI). — LCI

L’ESSENTIEL

  • Cinq candidats pour un exercice inédit : Marine Le Pen, Emmanuel Macron, François Fillon, Benoît Hamon, Jean-Luc Mélenchon se sont affronté pendant 3h20 ce lundi soir sur TF1 et LCI.
  • Ce débat a tourné autour des questions des modèles de société, économique et de la place pour la France dans le monde.
  • Ce débat a créé une polémique, car six candidats qualifiés pour l’élection présidentielle n’ont pas été invités par la chaîne.

A LIRE AUSSI

Que feront les six candidats recalés du débat de TF1?

«Ne divisez pas les Français», Macron s'en prend à Le Pen

Benoît Hamon accuse Marine Le Pen d'être «droguée aux faits divers»

 

1h08: Si vous n'avez pas (tout) suivi de ce débat, on vous fait le récap'

... et c'est à lire ci-dessous:

>>Présidentielle: Ce qu'il faut retenir du débat entre les cinq candidats

 

1h05: >> Présidentielle: Ce qu'il faut retenir du débat entre les cinq candidats

 

00h25: Fin de l'émission et du débat des candidats. Merci de l'avoir suivi avec nous et à très vite pour une nouvelle soirée 100% politique

>> A suivre sur 20minutes.fr, les synthèses de ce débat...

 

>> Débat: A quels candidats appartiennent ces punchlines?

 

00h24: Le journaliste termine l'émission en annonçant le programme à venir sur la chaîne, à savoir une série américaine, et fait ainsi réagir le public...

0014: Dernier mot des candidats

Frnaçois Fillon se place comme «le seul candidat» pour «mener l'alternance». Il se considère comme «le seul à disposer d'une majorité cohérente et stable» pour gouverner le pays. Il explique avoir aussi ses défauts, «mais qui n'en a pas».

Benoît Hamon propose «un vote utile, qui vous est utile, qui est utile à vos enfants et petits-enfants» et souhaite un «futur désirable»

Marine Le Pen attaque l'Europe qui «cadenasse». «Vous avez le droit de vous protéger des pluri-insécurités», dit la candidate qui parle d'une «mondialisation qui a été cauchemar». Elle souhaite la mise en place d'un référendum sur l'Europe. «Je vous appelle à la liberté, à remettre la France en ordre».

Jean-Luc Mélenchon estime que le monde est toujours plus dangereux. «A 65 ans je n’organise pas ma carrière». «J'assume ma mission, rendre la France aux Français en la libérant de l’oligarchie, rendre la République à la France en la libérant de la monarchie présidentielle». Le candidat se dit «prêt» à prendre des responsabilités.

Emmanuel Macron remercie les journalistes, ses concurrents, et revient sur son projet «d'alternance profonde» et de «renouvellement des usages» pour «réconcilier les vues».

00h08: Toujours sur le terrorisme

Marine Le Pen souhaite notamment «expulser les étrangers islamistes fichés S», s'appuyant également sur le retour à «la maîtrise de nos frontières».

François Fillon souhaite notamment diminuer le nombre d'interventions des armées françaises à l'étranger. 

Emmanuel Macron souhaite «beaucoup d’autorité et de responsabilité pour construire une action résolue.» «A l’extérieur en luttant contre le terrorisme islamiste en Syrie, en Irak, en continuant le travail avec la coalition»

Mélenchon évoque les liens entre LafargeHolcim et des groupes terroristes

EXPLICATION

 

Le géant suisse des matériaux de construction a admis avoir « indirectement » financé en 2013 et 2014 des groupes armés en Syrie, pays déchiré par la guerre civile, pour maintenir en activité sa cimenterie.

>> Lire l'article sur cette actualité par ici

00h01: Question sur le terrorisme

Jean-Luc Mélenchon estime que le «terrorisme est essentiellement le fait de l'islamisme politique. Dans tout ça la religion est un prétexte. Que faire ? Premièrement, arrêter les guerres. Deuxièmement, apprendre à se passer de gaz et de pétrole. Troisièmement, combattre l’ennemi». Il souhaite plus de renseignements, «ceux qui collaborent avec l'ennemi doivent être châtié», et il cite l'entreprise française Lafarge (en Syrie).

Benoît Hamon juge qu'il faut en finir avec «l'espèce de lune de miel» avec des pays du Golfe, comme le Qatar. 

23h54: Succès du débat... sur Twitter, comme le remarque notre journaliste Philippe Berry

 

23h42: Les relations internationales et la place de la France dans le monde

«Moins d'Amérique, ce doit être plus d'Europe» dit Benoît Hamon qui souhaite créer une défense européenne. Il souhaite +2% du PIB pour la défense.

Marine Le Pen veut moins d'interventions armées à l'étranger: «J'ai aimé Chirac quand il a dit non pour la guerre en Irak». «Je ne veux pas forcer nos soldats à faire des guerres que nous n'aurions pas décidé». La candidate souhaite un effort «tout de suite», «en 2018», puis un passage à «3%» à la fin du quinquennat. Un effort jugé «irréaliste» par François Fillon.

Pour Jean-Luc Mélenchon, «le monde est redevenu dangereux». Il tacle les «amis de la Défense». «L'Europe de la défense, c'est l'Europe de la guerre». Souhaitant «la paix», il souhaite une «autre alliance à monter» que l'Otan, l'organisation militaire qui inclut les Etats-Unis. Il penche pour une nouvelle considération de la Russie à qui «il faut parler».

François Fillon estime quant à lui que «la politique française contre l'Etat Islamique est un échec».

Emmanuel Macron adresse un nouveau bon point à François Fillon en estimant qu'il est le seul, avec le candidat des Républicains, à avoir réalisé un programme avec un «bouclage financier». Il rappelle ses engagements «d'indépendance». Il est raillé par Marine Le Pen qui lui lance: «c'est vide». Emmanuel Macron rappelle l'alliance entre la France et les Etats-Unis et souhaite «une vraie politique européenne». «C'est le vide sidéral», «On ne sait pas ce que vous voulez» lui lance encore Marine Le Pen.

23h35: Retraites, pénibilité, puis santé

Les thèmes s'enchaînent. A propos des retraites, Benoît Hamon veut une plus grande justice envers ceux qui «qui ont eu un métier pénible», quand Jean-Luc Mélenchon veut, lui, abaisser l'âge de la retraite. «Je trouve incroyable qu'on soit revenu au niveau des retraites quand elles ont été créées: on revient à la retraite à 60 ans et 40 annuités, je finance en payant les femmes autant que les hommes».
Marine Le Pen veut elle aussi un retour de la retraite à 60 ans.

Emmanuel Macron veut quant à lui «garder un système par répartition».

23h32: Pour le moment, aucun des candidats n'a dénoncé le système, relève le journaliste Jean-Michel Apathie

... et pourtant, depuis plusieurs semaines, tous les candidats estiment être «contre le système», comme 20 Minutes l'avait relevé ci-dessous...

 

« La Grande-Bretagne a une croissance qui est la double de la nôtre » affirme Marine Le Pen.

DESINTOX. VRAI.

La croissance de la Grande-Bretagne s’est établie à 2% pour l'année 2016 selon l'Office des statistiques nationales (ONS). En revanche, en France, le PIB n’a crû que de 1,1 %, a annoncé l’Insee sur la même année, loin de la prévision de 1,4 % émise par le gouvernement. La performance de l'économie du Royaume-Uni reste toutefois inférieure à celle de 2015, au cours de laquelle la croissance s'était élevée à 2,2%. Elle devrait encore baisse dans les années à venir. En raison du Brexit, l'Office public de responsabilité budgétaire (OBR) a en effet abaissé ses prévisions de croissance à 1,4%, contre un taux de 2,2% prévu en mars dernier.

23h11: Relancer le pouvoir d'achat

Emmanuel Macron est attaqué par le candidat François Fillon sur sa proposition d'alléger l'ISF. «C'est irréaliste. C'est la politique de Monsieur Macron, un petit peu à gauche, un petit peu à droite», dit-il. Le candidat d'En marche de son côté distribue les bons points entre les candidats de gauche ou de droite.

«Le vrai serial killer du pouvoir d'achat des Français, c'est Marine Le Pen», lance François Fillon à Marine Le Pen.

Le candidat multiplie les piques envers la présidente du FN, estimant que la sortie de l'euro voulue par Marine Le Pen serait un «chaos économique et social». «Cela s'appelle le projet peur», lui répond la candidate du Front national. 

 

>> A lire par ici: Affaires judiciaires : « Ne nous mettez pas tous dans le même sac » plaisante Mélenchon

 

Benoît Hamon évoque sa proposition du revenu universel
Le candidat PS l'a présenté au début de sa campagne, en août 2016. Mais la proposition a beaucoup changé depuis l'été. Le député des Yvelines a revu sa copie concernant la première étape de cette proposition. On vous en parle ici:

 

22h46: Reprise du débat, sur une relance de l'économie

François Fillon se réjouit d'avoir assoupli la durée légale du travail par semaine de 35 heures, mais explique «ne pas être assez loin».

Emmanuel Macron ne veut pas supprimer les 35h. Il renvoie aux accords en entreprises et de branche.

Benoît Hamon souhaite que les «pathologies psychiques liées au travail» (burn-out notamment) soient reconnues comme des maladies professionnelles.

Jean-Luc Mélenchon veut abroger la loi Travail du nom de la ministre El Khomri. «Une loi, la même pour tout le monde. A partir de 35h, il faut renchérir». Le candidat veut augmenter le Smic et critique la référence, souvent utilisée par Fillon, à la situation économique allemande. «Je veux un vrai dialogue social», renchérit Emmanuel Macron face à Mélenchon. «Vous avez de beaux principes qui aujourd'hui détruisent des emplois», lance le candidat En marche à celui de France insoumise.

François Fillon estime que les deux candidats ne sont pas clairs, ne fixant aucun chiffre. Il refuse une référence légale pour le temps de travail, qui est aujourd'hui, en Europe, de 48 heures par semaine.

«Vous avez échoué gravement» lance Benoît Hamon à François Fillon, qui lui répond que la baisse du travail n'a jamais agi pour lutter contre le chômage.

Marine Le Pen critique un débat «d'ultra-libéraux»

>> A lire par ici: «Ne divisez pas les Français»: Quand Macron s'en prend à Le Pen

 

22h41: Pause pub

VIDEO. Le clash Hamon-Macron...

 

22h38: Evolutions du nombre de mentions des candidats par minute sur Twitter 

 

22h26: Mélenchon accuse Le Pen et Fillon d'être touché par «les affaires» et ne veut pas «être mis dans le même sac»

Quant à Marine Le Pen, elle accuse «certains candidats» défendent «des intérêts privés (...) qui s'invitent dans cette élection présidentielle» ou encore font du pantouflage (passage entre le public et le privé) : «Il y a un pantouflage. On est formé dans les grandes écoles pour être fonctionnaire. On devient fonctionnaire, puis banquier», dit la présidente du FN. 

«Vous vous ennuieriez si je n'étais pas là», répond Emmanuel Macron, qui estime encore que les accusations de Marine Le Pen sont de la diffamation. «Je ne vous laisserez pas diffamer», dit le candidat En marche. 

 

VIDEO. Moi président, je serai...

 

 

22h18: Accrochage entre Benoît Hamon et Emmanuel Macron

Le candidat socialiste lance à Emmanuel Macron que les grands donateurs de sa campagne pourrraient l'influencer sur la conduite du pouvoir. Le candidat d'En marche se défend de toute influence. «N'êtes-vous pas financé par de grands patrons de l'industrie pharmaceutique ?», demande Hamon à Macron. 

Attention punchline: «Il faut bien qu'il y ait un débat au PS» balance Mélenchon à Emmanuel Macron et Benoît Hamon, suscitant le rire dans l'assistance. 

 

 

22h00: Le débat passe à la laïcité

EXPLICATION

La loi du 9 décembre 1905 portant séparation des Églises et de l'État consacre la neutralité des pouvoirs publics à l'égard des religions et la liberté de conscience et de culte, sous réserve du respect de l'ordre public. Si le texte fait globalement consensus, certains candidats, de droite notamment, proposent de l'amender pour permettre à l'État de mieux répondre aux défis d'organisation de l'islam, désormais la deuxième religion de France.

 

Premier accrochage entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron sur le burkini. Marine Le Pen lui dit: «Il y a quelques années, il n'y avait pas de burkini sur les plages. Emmanuel Macron, vous êtiez pour le burkini non?» Le candidat répond que c'est «un problème d'ordre public, pas de théorie». «Ne divisez pas les Français» «vous détournez la vérirté», lui assène-t-il encore. Jean-Luc Mélenchon lui emboîte le pas «vous créez deux catégories de français», lui balance-t-il. «C'est juste un débat entre Mélenchon et Le Pen ou on a le droit de parler?» s'interroge François Fillon, qui évoque la «montée de l'intégrisme» 

Une passe d'arme qui inspire un journaliste sur Twitter:..

 

22h00: Le débat passe à la laïcité

Premier accrochage entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron sur le burkini qui est «un problème d'ordre public», explique Emmanuel Macron. «Ne divisez pas les Français» «vous détournez la vérirté», lui assène-t-il encore. Jean-Luc Mélenchon lui emboîte le pas «vous créez deux catégories de français», lui balance-t-il. «C'est juste un débat entre Mélenchon et Le Pen ou on a le droit de parler?» s'interroge François Fillon, qui évoque la «montée de l'intégrisme»

 

21h49: Question sur les migrants

Là encore, les candidats de droite et de gauche s'opposent frontalement sur la question des migrants. Cafouillage de François Fillon, pour qui «l'immense majorité» des réfugiés ne sont pas des réfugiés.. 

Quant à Marine Le Pen, elle dit tout d'abord: «Je veux arrêter l'immigration» mais plaide immédiatement pour un solde de 10.000 entrées légales par an. 

 

Marine Le pen: «en réalité, sous Sarkozy, 12 500 postes de policiers et gendarmes ont été supprimés et ces effectifs non reconstitués.»

 

VERIFICATION. A PEU PRES VRAI

Il y a bien eu 13.000 suppressions de postes, comme l’affirme Marine Le Pen, réparties équitablement entre police et gendarmerie, mais aussi des emplois créés, comme les 2.700 adjoints de sécurité dans la police. Résultat, les effectifs cumulés sont passés de près de 249.700 fonctionnaires en 2007 à environ 240.500 en 2012. 
>> Cela représente au total 9.000 emplois en moins 

 

21h45: Marine Le Pen critique le bilan de la droite, et évoque «l'explosion de l'insécurité» en s'adressant à François Fillon et Emmanuel Macron

«Je me disais que vous soyez une droguée aux pages faits divers c'est une chose, mais vous êtes candidate», balance Benoît Hamon à Marine Le Pen. Le candidat PS refuse le tout carcéral. 

 

Benoît Hamon propose de mettre en place «la police de proximité»
 

KESAKO ?

La police de proximité a été instaurée par le gouvernement de Lionel Jospin en 1998. C'est l'une des grandes mesures du gouvernement socialiste. «La police de proximité ce n’est pas seulement une politique de territorialisation, c’est une police qui est à la fois préventive, dissuasive et répressive», expliquait Jean-Pierre Chevènement à l'époque de la mise en place. Elle a été supprimée par Nicolas Sarkozy en 2003.

21h30: Question sur la sécurité et la délinquance

Marine Le Pen fait état d'une insécurité croissante et souhaite notamment le rétablissement des peines planchers, une mesure également défendue par le candidat LR François Fillon. Ce candidat lui aussi parle d'une «insécurité galopante». Il souhaite un recrutement de 5.000 nouveaux policiers et de remettre sur le terrain 5.000 agents existants, parle d'une création de 16.000 places de prison ou encore la généralisation de l'armement pour les polices municipales.

Benoît Hamon souhaite tout d'abord le rétablissement de la police de proximité et de nouvelles recrues de policiers, mais aussi l'expérimentation du récépissé des contrôles d'identité pour éviter les contrôles au faciès.

Jean-Luc Mélenchon estime tout d'abord que «la France se fait voler» par les fraudes fiscales, et souhaite donc mettre l'accent sur «la police financière» et mettre fin à «la clochardisation de la justice». Il veut «en finir à une logique d'affrontement» et veut «mettre fin au contrôle au facciès» par les récépissés d'identité.

«Vous vous trompez si vous croyez que l'apprentissage doit être la voie royale de l'enseignement professionnel» dit Mélenchon

 

EXPLICATION

Les candidats s’écharpent sur l’apprentissage. L’orientation par défaut des jeunes vers cette filière, leur inadéquation aux attentes de l'entreprise et leur manque d'encadrement expliquent en partie que 28 % des contrats d’apprentissage ont été rompus avant leur terme théorique. On vous en parlait ci-dessous.

 

21h18: Premier thème: L'éducation

François Fillon (Les Républicains) rappelle les principaux points de son programme, et notamment «un point qui a pu faire sourire», l'uniforme. Il souhaite que les enseignants, «mieux payés», acceptent un «allongement du temps de présence» dans l'établissement scolaire.

Emmanuel Macron (En marche) met l'accent sur les «savoirs fondamentaux» avec plus d'heures de cours en primaire, avec des moyens supplémentaires dans les zones prioritaires «pour corriger les inégalités de la vie».

Jean-Luc Mélenchon (France insoumise): «Je ne partage pas le déclinisme morose qui parle de jeunes qui ne savent ni lire ni écrire ni compter. Vous vous trompez si vous pensez que l’apprentissage doit être la voie royale. Il existe déjà. Je vous demande pourquoi avez-vous fermé autant de lycées professionnels. Il s’en est fermé 170 ces dernières années. Je me propose de verser une alloc d’études aux jeunes qui choisissent cette voie».

Marine Le Pen (Front national) veut «supprimer l'apprentissage des langues d'origine» pour privilégier l'apprentissage du français. Elle est bousculée par Mélenchon qui lui lance: «Comment apprend -t-on le français si ce n'est en le pratiquant».

Benoît Hamon (Parti socialiste) veut «la paix» à l'école et mettre l'accent sur le CP, CE1 et CE2, et réduire le nombre d'élèves par classe en recrutant de nouveaux enseignants, et en rétablissant la formation initiale de ces derniers. Il tacle aussi la candidate FN: «Pour qu’il y ait la paix à l’école, encore ne faut-il pas la prendre en otage d’un débat assez nauséabond comme Marine Le Pen vient de l’illustrer sur les langues d'origine»

 

21h07: Quel président voulez-vous être?

François Fillon explique tout d'abord que les onze candidats ne sont pas sur ce plateau, taclant ici le choix de la chaîne de Bouygues. Le candidat Les Républicains indique être le seul candidat à pouvoir à avoir une «majorité stable»

Jean-Luc Mélenchon se présente comme le dernier président de la Ve République avant la mise en oeuvre d'une VIe, un régime plus écologique, plus social

Emmanuel Macron souligne au début de son intervention être jeune en politique, et a souhaité «prendre ses responsabilités (...) pour dépasser un clivage ancien».  «Le projet d'alternance profonde (...) porteur d'espoir»

Marine Le Pen s'oppose aussi au choix de TF1 sur la sélection des candidats. «Je veux être la présidente de la République (...) garant de l'indépendance nationale et l'intégrité du territoire»

Benoît Hamon demande aux électeurs de trancher sur plusieurs questions et affirme: «Je serai un président honnête et juste», «Je tournerai la page (..) et vous proposerai un futur désirable» 

 

21h05 Gilles Bouleau oublie le nom de famille de Jean-Luc Mélenchon

Stress? Première petite gaffe du journaliste Gilles Bouleau  pour présenter le candidat de France insoumise: il oublie son nom de famille..

21h04: C'est parti!

21h03: L'ancien bras droit d'Alain Juppé en mode troll

L'ancien candidat à la primaire à droite Alain Juppé et son ancien directeur de campagne Gilles Boyer regardent le débat ensemble. En mode zen... quitte à troller les candidats qui vont passer leur grand oral à la télé ce soir.. 

 

21h02: Les candidats prêts 

 

21h00: Les équipes de François Fillon envoient des éléments de langage à diffuser pendant le débat

Selon un document reçu par 20 Minutes, les équipes de Fillon envoient des éléments de langage à leurs troupes numériques.. 

Selon ce document, les équipes expliquent ainsi: «Votre mobilisation sur les réseaux sociaux sera très observée par les commentateurs, et sera donc primordiale. Nous vous invitons à relayer les propositions de François Fillon sur Twitter en utilisant le hashtag de l'émission #LeGrandDebat, et surtout notre hashtag : ​#FillonPrésident». Ces équipes envoient aussi plusieurs infographies expliquant le programme de leur candidat.

20h58: Pendant ce temps, le candidat Nicolas Dupont-Aignan est dans l'émission «TPMP»

 

20h46: Les candidats sont arrivés pour le débat, leurs soutiens en place dans les gradins

.. Penelope Fillon, épouse du candidat Les Républicains, est dans le public...

 

20h37: Qui dit quoi, dans quel ordre et pendant combien de temps?

-Une introduction d'une minute trente durant laquelle le/la candidat(e) dit pourquoi il/elle vise l'Elysée. L'ordre de passage a été tiré au sort. François Fillon parle en premier, puis au tour de Jean-Luc Mélenchon, Emmanuel Macron, Marine Le Pen et Benoît Hamon.

-Les trois grands thèmes de la soirée (post de 20h05) suivis d'une conclusion d'une minute trente. François Fillon parlera, puis Benoît Hamon, Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron.

20h35: «L'autre débat» avec Arthaud et Cheminade, organisé par Explicite, a commencé sur Facebook

 

20h28: Le plateau du débat, ambiance «Tron» 

Du noir et des grandes bandes blanches, c'est le décor futuriste du plateau qui accueille les candidats à la présidentielle. Et comme on aime la SF, ça nous fait penser à «Tron». Pas vous? 

Catherine Nayl, directrice générale de TF1, a diffusé quelques images du fameux plateau.. 

 

20h13: Mauvaise ambi dans les couloirs de TF1 selon la directrice de la communication de la campagne de Mélenchon

Sur Twitter, Sophia Chikirou, directrice de la com' du candidat Mélenchon se plaint d'une mauvaise ambiance dans les couloirs de la chapine qui accueille le débat. 

 

20h06: Benoît Hamon remercie l'un de ses supporters foufou

 

20h05: Trois thèmes entre 45 et 50 minutes chacun 

1/Quel modèle social pour la France ? (thèmes: éducation, écologie, sécurité, immigration)

2/Quel modèle économique pour la France ? (thèmes: fiscalité, le temps de travail et le chômage)

3/Quelle place pour la France dans le monde ? (thèmes : Europe, Russie, terrorisme...)

>> Participez avec nous à ce débat, dans les commentaires ci-dessous. On essayera de répondre au mieux, au plus juste et au plus vite

20h03: Que font les récalés du débat?

Six des onze candidats n'ont pas été invités à débattre par TF1/LCI ce lundi soir. 20 Minutes a demandé ce qu'ils allaient faire.. et toutes les réponses sont dans notre papier ci-dessous. Premier indice: Certains vont s'expliquer sur les réseaux sociaux...

 

Bienvenue dans le live de 20 Minutes pour ce premier débat télé de la présidentielle!

Premier débat pour cinq candidats à l'élection présidentielle sur TF1 et LCI ce soir. Avant l'exercice inédit de ce lundi, chacun des candidats est allé de son conseil, voire de sa prédiction. Dans le camp de François Fillon, distancé par Emmanuel Macron et Marine Le Pen au vu des sondages, on assurait qu'«il n'y a personne à abattre», tout en préparant des listes de critiques. Au Front national, on promettait un débat «très clivant». Emmanuel Macron a déploré dimanche soir d'être «devenu la cible principale» des différents candidats.

Le président de la République François Hollande s'est dit «très réservé» sur l'exercice devant des proches. «Si tout est banalisé, si on "primarise" l'élection présidentielle, on émiette et on fragmente, on met tout en équivalence»...