Nicolas Dupont-Aignan sur TF1, le 18 mars 2017.
Nicolas Dupont-Aignan sur TF1, le 18 mars 2017. - TF1

« J’ai le devoir aujourd’hui de quitter votre plateau et je donne deux jours à la chaîne TF1 pour inviter tous les candidats et pour permettre aux Français de trancher. » Refusant d’être interrompu par la journaliste qui devait l’interviewer samedi au journal de 20 heures de la première chaîne, Nicolas Dupont-Aignan a joint le geste à la parole en quittant le studio.

Le candidat à la présidentielle, qui a obtenu 707 parrainages d’élus, soit plus que Marine Le Pen, contestait son absence lors du débat prévu lundi sur la chaîne, limité aux cinq postulants à l’Elysée en tête des sondages : Marine Le Pen, Emmanuel Macron, François Fillon, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon, et excluant les six autres. « Je souhaite que ce geste, qui me coûte, réveille les Français sur la République, sur l’égalité, et que votre chaîne renoue un jour avec la démocratie », a ajouté Nicolas Dupont-Aignan.

>> A lire aussi : «Dégoûtés», certains maires s'abstiennent de parrainer un candidat

Le Conseil d’Etat a rejeté jeudi le recours du candidat, estimant que son absence du débat ne portait pas « une atteinte grave et manifestement illégale au pluralisme de l’expression des courants de pensée et d’opinion ».

Mots-clés :