Présidentielle: Quatre choses à savoir avant de regarder ce soir le premier débat sur TF1

POLITIQUE «Quel modèle de société?», «quel modèle économique?» et «quelle place pour la France dans le monde?» sont les trois thématiques autour desquelles débattront ce lundi sur TF1 les cinq «grands» candidats...

M.B.

— 

Jean-Luc Mélenchon, Emmanuel Macron, Benoît Hamon, François Fillon et Marine Le Pen participeront lundi 20 mars 2017 au débat sur TF1.

Jean-Luc Mélenchon, Emmanuel Macron, Benoît Hamon, François Fillon et Marine Le Pen participeront lundi 20 mars 2017 au débat sur TF1. — JOEL SAGET / AFP

Ce pourrait être « le point culminant de la campagne » selon Anne-Claire Ruel, spécialiste en communication politique. A un peu plus d’un mois du premier tour, TF1 et LCI diffusent ce lundi soir à partir de 21 heures, le premier grand débat de l’élection présidentielle. Participants, thèmes abordés, déroulé de la soirée… 20 Minutes compile tout ce qu’il faut savoir sur ce rendez-vous politique très attendu.

  • Les participants

Un débat à cinq. Seuls les « grands » candidats ont été retenus pour ce débat à savoir Jean-Luc Mélenchon, Emmanuel Macron, Benoît Hamon, François Fillon et Marine Le Pen. Ce qui n’a pas manqué de faire enrager les « petits » candidats à l’instar du candidat de Debout la France qui a parlé de « viol démocratique » et d'« assassinat politique ». Nicolas Dupont-Aignan a d’ailleurs déposé un recours devant le Conseil d’Etat mais qui a été rejeté au motif que son absence au débat ne contrevient pas au « principe d’équité ». De son côté, TF1 a fait savoir que les candidats qui ne participeront pas au grand débat auront droit à des interviews « réalisées lors des grands carrefours d’information de la chaîne ».

>> A lire aussi: Nicolas Dupont-Aignan dénonce un «viol démocratique» et appelle au boycott

Le même jour à 19h, juste avant le débat de TF1,le média vidéo créé par des anciens d’i-Télé, Explicite, souhaite organiser sur Facebook un débat avec tous les candidats, notamment ceux écartés du débat de TF1. BFMTV et CNews souhaitent organiser de leur côté un débat avec tous les candidats le mardi 4 avril tandis que France 2 en a prévu un le jeudi 20 avril, trois jours avant le premier tour.

  • Le dispositif

Organisé dans un studio de La Plaine Saint-Denis, au nord de Paris, le débat se déroulera devant 420 personnes (soutiens et salariés de TF1) dans un décor « solennel, dans des tons beige marron comme les pierres de l’Élysée », explique Philippe Morand, chef adjoint du service politique de TF1. Les candidats seront disposés dans un cercle incluant les présentateurs Gilles Bouleau et Anne-Claire Coudray, contrairement aux débats des primaires où les postulants étaient en arc de cercle. « L’idée, c’est qu’ils se regardent, pour vraiment favoriser le débat et les échanges », souligne Philippe Morand. « Le public sera disposé dans des gradins autour du cercle, comme dans une agora, et derrière chaque candidat sur les quatre premiers rangs, il y aura ses soutiens », soit 36 personnes au total par candidat.

>> A lire aussi : « Cette émission peut être le point culminant de la campagne »

  • Le déroulement de la soirée

En introduction, les candidats devront répondre en maximum 1 minute 30 à la question « Quel président voulez-vous être ? ». L’ordre de passage a été déterminé par tirage au sort, avec François Fillon en premier, suivi de Jean-Luc Mélenchon, d’Emmanuel Macron, Marine Le Pen et enfin Benoît Hamon.

Même durée pour la conclusion où François Fillon parlera de nouveau en premier, suivi par Benoît Hamon, Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon puis Emmanuel Macron. Pendant le débat, chaque candidat aura deux minutes pour répondre et pourra se faire interpeller par un adversaire à partir d’1 minute 30.

  • Les thèmes abordés

Les trois parties du débat dureront entre 45 et 50 minutes, avec une première thématique « société » (éducation, écologie, sécurité…), une autre sur l’économie (temps de travail, fiscalité…) et une dernière sur l’international. Les thèmes ont été préparés avec le staff des candidats début mars. « On a beaucoup parlé des affaires mais pas beaucoup du fond. On espère pouvoir le faire avec ce débat », souligne Philippe Morand.