VIDEO. Présidentielle: «Mettre d'importants moyens dans la petite enfance»

A VOS SOUHAITS Avant l’élection présidentielle, « 20 Minutes » est allé à la rencontre des Français pour prendre le pouls de la nation…

Mickaël Bosredon

— 

Marie Mérouze, patronne de la start-up Marbotic à Bègles

Marie Mérouze, patronne de la start-up Marbotic à Bègles — M.Bosredon/20Minutes

Riches, pauvres, chômeurs, jeunes, retraités, zadistes… A l’approche de l’élection présidentielle des 23 avril et 7 mai, 20 Minutes est allé à la rencontre des Français de tous les âges et dans tout le pays, afin de prendre le pouls de la nation.

A chaque personne interrogée, trois questions ont été posées, toujours les mêmes. Aujourd’hui, c’est au tour de Marie Mérouze, 34 ans, patronne de la start-up Marbotic à Bègles, près de Bordeaux.

Quelle première mesure doit être prise par le nouveau président de la République ?

De part mon activité professionnelle, je m’intéresse énormément àl’éducation, notamment dans les tout premiers âges de la vie, c’est-à-dire les 3-6 ans, et en maternelle il y a déjà énormément de choses qui se passent. Donc à la fois en tant que citoyenne et professionnelle de l’éducation, je pense que des moyens assez importants doivent être mis dans la petite enfance. Cela ne portera peut-être pas ses fruits dans les cinq ans à venir, mais ce sera une formation pour notre société dans les 20 ans ou 30 ans, pour que ces enfants soient mieux accompagnés et que les bases de leur personnalité soient bien solides.

Pourquoi êtes-vous intéressée à cette élection ?

Je m’intéresse à cette élection car depuis que je suis devenue chef d’entreprise, j’ai découvert beaucoup de choses auxquelles je n’avais pas vraiment pensé avant. On découvre un autre aspect de la réalité, par exemple dans notre activité de production de jouets et de produits physiques, comprendre comment sont fabriquées les choses, où elles sont fabriquées, quels sont les circuits de distribution, comment cela s’articule économiquement… Du coup j’ai un regard plus large sur l’actualité économique que celui que je pouvais avoir lorsque j’étais seulement ingénieure et employée dans une entreprise. Je suis intéressée par les solutions que les uns et les autres peuvent apporter à toutes ces problématiques.

Avez-vous déjà finalisé votre vote ?

Non, mon choix n’est pas encore fait. Je suis au jour le jour avec un amusement un peu triste tous les rebondissements de la campagne, dans tous les camps politiques. J’ai l’impression que celle-ci est un peu spéciale. J’ai vraiment envie de lire les propositions détaillées de chaque candidat, alors qu’on a beaucoup suivi les histoires personnelles des uns et des autres pour l’instant. C’est quand même la proposition politique qui doit rester la principale clé de décision.