Présidentielle : Les fidèles de François Fillon battent le pavé au Trocadéro

REPORTAGE Les partisans de François Fillon se sont regroupés place du Trocadéro à Paris ce dimanche après-midi pour soutenir leur champion à la présidentielle…

Anne-Laëtitia Béraud

— 

Le candidat LR à la présidentielle François Fillon parmi ses soutiens à un rassemblement place du Trocadéro à Paris le 5 mars 2017

Le candidat LR à la présidentielle François Fillon parmi ses soutiens à un rassemblement place du Trocadéro à Paris le 5 mars 2017 — Christophe Ena/AP/SIPA

Une pluie grise, froide et drue éclipsée par quelques rares éclaircies. Place du Trocadéro, le vent mauvais n’a pas empêché plusieurs dizaines de milliers de personnes de se réunir à l’appel de François Fillon ce dimanche après-midi. «200.000 personnes» annonce Bruno Retailleau, coordinateur de campagne. «500.000 personnes», lance-t-on encore à la fin de la manifestation. Contactée par 20 Minutes, la préfecture de police de Paris assure ne pas communiquer de chiffres sur ce type de rassemblement. «C'est un sujet politique», glisse-t-on.

>> Revivre notre live du rassemblement des soutiens de François Fillon au Trocadéro 

A sept semaines de la présidentielle, fragilisé dans l’affaire d’emplois présumés fictifs  au profit de son épouse et de deux de ses enfants, lâché par des soutiens et une partie de son équipe de campagne, François Fillon a fait appel à la base pour « résister ».

« L’électorat est très déterminé »

Un appel reçu 5 sur 5 par les fidèles venus avec leurs parapluies et leurs doudounes, remontés comme des coucous. « Personne ne va nous voler cette élection. Personne, que ce soient les magistrats, que ce soit la bobocratie médiatique, que ce soient les sondages ou que ce soit les lâcheurs qui font honte à notre famille politique », s’exclame Sylvie, militante parisienne.

Le rassemblement en faveur de François Fillon le 5 mars place du Trocadéro à Paris
Le rassemblement en faveur de François Fillon le 5 mars place du Trocadéro à Paris - Thibault Camus/AP/SIPA

Frigide Barjot, ex-chef de file de la Manif pour tous, abonde : « C’est vrai que l’on a le système médiatique contre nous. C’est vrai qu’il y a une pression considérable du système judiciaire (…) mais par ailleurs l’électorat est très déterminé », assure celle qui va « mettre, quoi qu’il arrive, un bulletin Fillon le 23 avril [jour du premier tour de la présidentielle]. »

A la tribune, François Fillon admet avoir commis une « erreur » et avoir une « part de responsabilité » dans cette affaire: « J’ai commis la première erreur autrefois, je vous l’ai dit, en demandant à ma femme de travailler pour moi, (…) Je n’aurais pas dû le faire. Et j’ai commis la seconde en hésitant sur la manière d’en parler », a-t-il expliqué. « Fillon président ! On va gagner », lui répond la foule. «On s’en fout de tes erreurs ! », crie un homme en agitant son drapeau distribué gratuitement un peu plus tôt par des militants. 

« La droite est foutue si aujourd’hui François Fillon s’en va »

Le ton combatif du candidat à la présidentielle qui enjoint ses « amis politiques » à faire leur « examen de conscience » requinque Bernard. « Ce qui se passe aujourd’hui est historique. On pourra dire comme en 68 : «On y était». Oui, aujourd’hui on a fait notre devoir de Français », souligne le sympathisant parisien, avant de féliciter une dame venue de Bordeaux participer à sa « première manif' » ce dimanche. « Même si François Fillon perd au premier tour, je serai fier de l’avoir comme candidat. Je préfère qu’il perde plutôt que d’avoir à voter pour Alain Juppé. Je suis légitimiste », assure le sexagénaire.

« On résistera, on ne lâchera rien. Parce qu’il n’y a pas d’autre solution. Parce que la droite est foutue si aujourd’hui François Fillon s’en va », estime Marie-Thérèse. Les paroles de François Fillon félicitant ses soutiens de « ne jamais baisser les bras » lui vont droit au cœur. « Il faut résister et porter la bonne parole », lance encore cette sympathisante. «Oui, résister...»