Le PS estime avoir «une vraie capacité à agir», l'UMP reconnaît la «victoire de la gauche»

1 contribution
Publié le 18 juin 2012.

Le PS s'est félicité dimanche des résultats du second tour des élections législatives, qui selon les premières estimations lui donnent "une vraie capacité à agir", tandis que l'UMP reconnaissait la "victoire de la gauche".

Le PS s'est félicité dimanche des résultats du second tour des élections législatives, qui selon les premières estimations lui donnent "une vraie capacité à agir", tandis que l'UMP reconnaissait la "victoire de la gauche".

"C'est une vraie capacité à agir que nous ont donnée les Français, le plus gros score qu'on ait jamais eu à l'Assemblée nationale", s'est félicité Bruno Le Roux, député PS de Seine-Saint-Denis et proche de François Hollande.

"Les Français ont amplifié la demande de changement", a déclaré la première secrétaire du Parti socialiste Martine Aubry, remerciant les Français de leur "confiance".

"Cette nouvelle majorité solide et large va nous permettre de faire voter les lois du changement et nous confère de grandes responsabilités en France et en Europe", a déclaré de son côté le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius.

Claude Bartolone, député PS de Seine-Saint-Denis, a salué "un vote de maturité et de reconnaissance" qui "permet de finir le travail de la présidentielle", alors que selon les premières estimations, le Parti socialiste et ses proches alliés remportent la majorité absolue des sièges à l'Assemblée.

Ségolène Royal, battue à la Rochelle par le dissident PS Olivier Falorni, a dit qu'elle gardait "intacte" sa "volonté de servir" le territoire, et entendait "continuer à peser sur les choix de la politique nationale".

L'ex-conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, Henry Guaino, a reconnu que ces élections marquaient "une victoire de la gauche". "C'est le jeu de l'alternance démocratique", a-t-il ajouté.

Le secrétaire général de l'UMP Jean-François Copé a pris "acte de la victoire de la gauche" et appelé l'UMP à "l'unité", mettant en garde contre les "querelles de personnes".

Admettant sa défaite en Meurthe-et-Moselle, l'ex-ministre UMP de l'Apprentissage Nadine Morano a dit partir avec "le sentiment du devoir accompli".

"Ce que je regrette le plus, ce sont les coups tordus, et notamment ceux de (Gérald) Dahan, qui est un militant socialiste qui, à 48h, des élections législatives a quelque peu sans doute pu intervenir sur ce scrutin de manière extrêmement négative".

Battu dans les Pyrénées-Atlantiques, le président du MoDem François Bayrou a dit que ce choix allait l'entraîner à "changer la forme de (son) engagement".

Le nouveau gouvernement doit être "à la hauteur de l'attente" à gauche, a prévenu Jean-Luc Mélenchon, ex-candidat du Front de Gauche à la présidentielle.

© 2012 AFP
Newsletter
La 13H

Votre point info
de la mi-journée

publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr