EN DIRECT. Législatives: Revivez la journée politique du mardi 12 juin

248 contributions
Publié le 12 juin 2012.
>> Ce live est désormais terminé. Retrouvez un résumé des événements de la journée en cliquant ici.


19h29: Chassain «doit être exclu» de l'UMP après son désistement pour le FN, juge Fillon
L'ancien Premier ministre François Fillon estime, dans une interview à paraître mercredi dans Ouest France, que Roland Chassain devrait «être exclu» de l'UMP après avoir annoncé son désistement en faveur du FN dans la 16e circonscription des Bouches-du-Rhône.


19h20: Marine Le Pen condamne «fermement» le retrait de la candidate FN dans le Vaucluse
La présidente du FN a condamné «de la manière la plus ferme l'attitude» de sa candidate dans la 5ème circonscription du Vaucluse (Carpentras-Nord), qui s'est retirée d'elle-même d'une triangulaire pour «faire barrage à la gauche».
«Je considère que c'est une grave malhonnêteté à l'égard du Rassemblement bleu marine (FN et alliés) et à l'égard des électeurs», a déclaré à l'AFP Marine Le Pen. Le FN ne s'est retiré que dans une autre des 32 circonscriptions où il est présent en triangulaire, dans les Pyrénées-Orientales.

19h17: Une candidate FN décide de se retirer dans le Vaucluse «pour faire barrage à la gauche»

19h10: Pour Ayrault, l'UMP a «franchi un cap» et «prépare une alliance stratégique avec le FN»
«Il faut que les Français soient éclairés par les intentions de l'UMP, je pense que l'UMP est en train de préparer une alliance stratégique avec le Front national», a déclaré Jean-Marc Ayrault. «Alors bien sûr ils y vont par petites touches», a-t-il enchaîné, «mais ce "ni-ni" c'est une rupture avec ce qui s'est passé depuis très longtemps».
«Je crois que c'était en marche avec Nicolas Sarkozy mais là l'UMP est en train de franchir un cap, et donc moi j'adresse un message à ceux qui n'ont pas voté pour François Hollande le 6 mai mais qui sont attachés à la République, qui sont au centre ou à droite et qui savent que la République est au-dessus de tout, je leur dis: vous avez l'occasion de dire non à cette dérive qui est en marche».

19h: A l'Elysée, une source indique qu'«il s’agit d’une conception moderne du couple»
Selon un collaborateur du chef de l'Etat, le soutien de Valérie Trierweiler à Olivier Falorni n'est qu'«une opinion purement personnelle qui ne relève pas bien évidemment de la parole officielle. François Hollande n’a pas donné son accord, la parole de sa compagne est libre». Et d'ajouter: «Il s’agit d’une conception moderne du couple et ça va continuer comme ça. Après tout à l’époque de Mitterrand, sa femme Danièle avait eu des opinions qui allaient contre ce que pensait l’Elysée, et sur des sujets bien plus importants comme la diplomatie avec Cuba.»

18h46: Le FN soutient l'UMP dans la 9e circonscription de Loire-Atlantique
Philippe Boënnec, député-maire (UMP) de Pornic et candidat à sa réélection dimanche prochain, a reçu ce mardi le soutien de la frontiste Marguerite Lussaud, qu’il avait sollicité. «Il partage beaucoup de nos idées», a justifié la candidate FN. «Pour l’instant, on n’a pas demandé de contreparties. On verra ça plus tard», a ajouté Marguerite Lussaud, qui avait obtenu au préalable le feu vert de Marine Le Pen.

18h37: Ayrault assure que lui et Hollande «soutiennent à fond la candidature» Royal

18h19: Valérie Trierweiler «tient à garder une parole libre», explique son entourage
«Il ne s’agit pas d’intervenir sur des questions politiques mais d’adresser un message d’encouragement à quelqu’un qu’elle connaît bien. Elle n’a en aucun cas prévenu le chef de l’Etat de ce message. Oui bien sûr, elle se rendait compte que cela aurait des répercussions politiques, mais elle tient à garder une parole libre», confie un collaborateur de Valérie Trierweiler. Par ailleurs, les communicants de l’Elysée se sont réunis 15 minutes ce mardi après-midi pour évoquer cette «affaire» et caler les réponses à apporter aux journalistes.

17h13: Le candidat FN Gilles Caïtucoli se maintient dans la 3e circonscription du Gard
Le candidat du Front national Gilles Caïtucoli a décidé de maintenir sa candidature dans la 3e circonscription du Gard, a-t-il indiqué à 20 Minutes.
Le frontiste est arrivé troisième avec 24,33% des voix, derrière le socialiste Patrice Prat (32,34%) et l’UMP  Jean-Marc Roubaud (31,35%). Le candidat est allé déposer sa candidature à la préfecture après avoir appris que le candidat UMP Etienne Mourrut se maintenait dans la circonscription voisine, en face du FN Gilbert Collard et de la socialiste Katy Guyot.

17h: Nadine Morano ironise après le message de soutien de Trierweiler

16h35: L'entourage de François Hollande affirme que le tweet de Trierweiler a été publié «à titre privé»

16h05: Marine Le Pen trouve «pitoyable» le soutien de Trierweiler à Falorni
La présidente du FN l'a écrit sur son compte Twitter.


15h55: Cohn-Bendit trouve «indécent» le message de Trierweiler
L'eurodéputé «trouve indécent que Valérie Trierweiler prenne position dans cette affaire». «Première dame ou pas, elle n'a rien à dire là-dessus. Ce n'est pas une question politique, c'est une question de civilité. Sa démarche est inutile et pas bien du tout», déclare-t-il au Parisien.fr
«Royal est la mère des quatre enfants de Hollande. Que Valérie Trierweiler ne l'oublie pas. Il faut avoir la décence, au moins, de ne pas égratigner celle qui est la mère des enfants de son compagnon François Hollande», insiste Daniel Cohn-Bendit.

15h34: Trierweiler aurait prévenu Falorni de son soutien
C'est ce qu'indique un journaliste d'iTélé sur son compte Twitter. François Hollande aurait d'ailleurs donné son accord pour qu'elle publie ce message, selon ce journaliste, qui cite l'entourage d'Olivier Falorni.

15h12: Gard: L'UMP Etienne Mourrut se maintient au second tour face à Gilbert Collard et au  PS
Le candidat UMP est arrivé troiisème dans la 3e circonscription du Gard avec 23,89%, derrière le FN Gilbert Collard (34,57%) et la socialiste Katy Guyot (32,87%).

14h50: La candidate FN se retire dans la 2e circonscription des Pyrénées-Orientales
Irina Kortanek était arrivée en troisième position avec 23,59% des voix, derrière la socialiste Toussainte Calabrese (32,14%) et l'UMP Fernand Sire (27,7%).

14h30: Falorni juge «grave» le soutien de Hollande à Royal
La candidat dissident a réagi sur RTL au soutien de François Hollande dont s’est prévalue Ségolène Royal (voir post de 10h20), en considérant «grave (...) d'instrumentaliser le chef de l'Etat». «Le Président de la République a toujours dit qu'il voulait être au-dessus des partis, qu'il ne se mêlerait pas des élections législatives, et il l'a fait», a-t-il déploré.
 

13h43: Royal ne se préoccupe que des Rochelais
De son côté, Ségolène Royal a indiqué à 20 Minutes qu'elle n'avait «pas de commentaire à faire» sur les encouragements de Trierweiler à Falorni. «Je m’occupe des Rochelais et de ma circonscription. Toutes mes pensées vont vers les électeurs de Charentes-Maritime. Toute mon énergie est dans ce combat difficile.»

13h40: Pour Aubry, la seule chose qui importe est «le soutien de François Hollande»
La première secrétaire du PS, Martine Aubry, a réagi au soutien affiché de Valérie Trierweiler à Olivier Falorni: «Nous sommes dans un combat face à la droite. Je suis une femme politique, comme Royal, comme Duflot. C’est déjà assez difficile comme ça. La seule chose qui m’importe est le soutien de François Hollande qui est clair et net. La politique est une chose sérieuse…»

13h37: Soupçons de fraude d'un candidat nationaliste à Bastia
«Nous avons informé officiellement les autorités de la disparition des listes d'émargement des 26 bureaux de la circonscription pendant une demi-heure à la clôture du scrutin», a déclaré Gilles Simeoni, qui a envoyé un courier au préfet et au procureur de la République à Bastia.
Gilles Siemoni est arrivé deuxième avec 24,73% des voix, derrière le député UMP sortant Sauveur Gandolfi-Scheit (31,19%) et devant le candidat PRG/PS Jean Zuccarelli (23,55%), fils du maire de Bastia Emile Zuccarelli. Les trois hommes s'affronteront au second tour dans une triangulaire. Pour Gilles Simeoni, «la disparition des listes, qui doivent être remises à la préfecture dès la clôture du scrutin, a permis de les photocopier dans les locaux de la mairie pour démarcher ensuite les abstentionnistes entre les deux tours».
Le maire de Bastia, Emile Zuccarelli, a rejeté ces accusations et dénoncé ces «manoeuvres alors que tout s'est passé dans la limpidité». «Une horde est venue demander les listes d'émargement alors que l'on était en train de les mettre dans des cartons. Elles étaient bien là, elles ont été montrées à ceux qui les demandaient», a dit le père du candidat de gauche, accusant Gilles Simeoni d'utiliser «le vieux fonds de commerce de Bastia capitale de la fraude».

13h25: Avis mitigés sur le tweet de Valérie Trierweiler dans les commentaires:

Pour Bach, «sur ce coup-là, la compagne du président n’est pas très élégante». Alors qu’elle «plait bien» à Jacques Declef, «car elle garde sa liberté d'idée et d'expression».

L’internaute Escampette n’a pas réellement encore tranché. «Dans un premier temps je me suis dit que comme il s'agit d'un fidèle de Hollande, elle a forcément dû le rencontrer et il s'agit donc d'un témoignage privé. Dans un second temps je me suis dit que ce n'était pas nécessaire de le twitter, à moins d'avoir..... très très envie de foutre le bazar.»

13h15: Olivier Falorni: «J’ai de l’amitié pour Valérie Trierweiler»
L’adversaire de Ségolène Royal dans la 1ere circonscription de Charente-Maritime a déclaré sur BFMTV avoir «de l’amitié pour Valérie Trierweiler». Mais, a-t-il assuré, «les  conversations que je peux avoir avec François Hollande, Valérie Trierweiler, d’autres personnes qui sont à titre privé, le resteront, et le resteront toujours».
 

12h43: Olivier Falorni est «touché par le message d'amitié» de Valérie Trierweiler
Il l'a dit à une journaliste du Figaro.

12h42: Valérie Trierweiler confirme l'authenticité de son tweet à l'AFP

12h30: Le tweet de Valérie Trierweiler vous choque-t-il?

Donnez-nous votre avis dans les commentaires ou écrivez-nous à
reporter-mobile@20minutes.fr

12h20: Le compte de Valérie Trierweiler a-t-il été piraté? se demande Valérie Pécresse

11h55: Valérie Trierweiler adresse un message de soutien à Olivier Falorni
La compagne de François Hollande - qui a lui écrit un mot de soutien sur la profession de foi de Ségolène Royal (lire post de 10h20) - a publié ce message sur Twitter:

11h35: La candidate FN battue en Essonne confirme l'appel à faire battre NKM
Brigitte Dupin, la candidate du Rassemblement Bleu Marine battue au 1er tour dans l'Essonne face à Nathalie Kosciusko-Morizet, a confirmé ce mardi l'appel de Marine Le Pen à faire battre l'ex-ministre UMP et à voter PS dans sa circonscription. «J'appelle tous les électeurs qui se sont portés sur mon nom le 10 juin à ne pas donner une seule voix à la députée sortante Nathalie Kosciusko-Morizet qui, d'une part a publié un livre infâmant et injurieux sur Marine Le Pen, d'autre part a déclaré qu'elle préfèrerait elle-même voter, plutôt que pour un candidat national, pour un candidat socialiste», a indiqué dans un communiqué Brigitte Dupin.

11h11: Pour le FN, le candidat PS à Hénin-Beaumont est un «couard» et un «godillot»
Le Front national critique Philippe Kemel, qui a refusé de débattre avec Marine Le Pen avant le second tour de l’élection législative. «La 11e circonscription (du Pas-de-Calais) a besoin d’un député courageux, pas d’un couard (…) un député qui ne jouera pas les godillots à l’Assemblée Nationale», écrit dans un communiqué le parti, qui dénonce une «fuite» du candidat.
 

11h: Ségolène Royal a déposé sa candidature pour le second tour
«Les divisions sont toujours difficiles», a-t-elle déclaré à la presse à la sortie de la préfecture. «C'est difficile humainement, c'est pénible sur tous les plans, mais j'ai du courage, et j'ai une capacité de rassemblement».

10h45: Nadine Morano en une de l'hebdomadaire d'extrême droite «Minute»
«A ce que je sache, le Front national n'est pas interdit par la République», dit- elle dans une intterview au magazine.

10h30: Ségolène Royal accueille Martine Aubry et Cécile Duflot à la gare de La Rochelle
Notre envoyée spéciale est sur place.

10h20: Un mot de François Hollande dans la profession de foi de Ségolène Royal
«François Hollande a dit très clairement que j’étais l’unique candidate qui pouvait se prévaloir de son soutien et qui pouvait représenter la majorité présidentielle», a indiqué la candidate dans la 1ère circonscription de Charente-Maritime ce matin.


10h05: Morano, Chassain et Arkilovitch, trois «candidats de la honte» selon SOS Racisme
L'association fustige ce matin trois «candidats de la honte», les UMP Nadine Morano et Roland Chassain, et la PS Catherine Arkilovitch.
SOS Racisme reproche à Nadine Morano ses «compromissions idéologiques pour sauver son siège de députée» et ses «appels du pied grossiers à l'endroit du FN» dans la 5e circonscritpion de Meurthe-et-Moselle.  Quant à l'UMP Roland Chassain, qui a choisi de se retirer dans la 16e circonscription des Bouches-du-Rhône, il «s'est officiellement placé dans le camp du Front national», selon SOS Racisme. L'association juge enfin que la décision de la socialiste Catherine Arkilovitch de se maintenir dans la 3e circonscription du Vaucluse est «d'autant plus inacceptable» qu'elle a été prise «dans une circonscription où la victoire du FN a été érigée en symbole par Jean-Marie Le Pen».

9h55: Florian Philippot pense que le FN peut obtenir de 5 à 7 sièges
Le porte-parole du Rassemblement Bleu Marine (FN et alliés) a estimé sur France 2 «parfaitement faisable» d'obtenir de 5 à 7 sièges pour son mouvement. «Il y a plusieurs circonscriptions où nous sommes très largement en mesure de l'emporter, que ce soit en duel ou en triangulaire», a-t-il précisé .
«Il pourrait y avoir une ou deux exceptions... Si nous ne sommes pas en mesure de l'emporter, peut-être dans une ou deux exceptions, très rares, on pourra se retirer», a toutefois ajouté Florian Philippot, sans vouloir en dire davantage.

9h40: Pierre Moscovici demande aux électeurs de La Rochelle de «ne pas être dans la confusion»
Le ministre de l'Economie a défendu Ségolène Royal ce mardi matin sur Europe 1, jugeant qu'«il y a une candidate du PS, qui devrait être la candidate de toute la gauche». Mais, a-t-il ajouté, il y a «des confusions» puisque «la droite qui est incapable de choisir entre le FN et le PS (...) se mêle aux affaires de La Rochelle». «Je dis aux électeurs de ne pas se tromper et de ne pas être dans la confusion», a-t-il lancé.


«La droite républicaine n'existe plus», a par ailleurs assuré Pierre Moscovici, après le choix de l’UMP d’opter pour la règle du «ni-ni» au second tour. La droite, qui est « en train de tomber dans le piège de Marine Le Pen»,  «n'a plus de clarté, de principe, elle n'a plus d'ordre et est dans la confusion absolue».

9h25: Arnaud Montebourg: «La gauche doit le respect et l’amitié à Ségolène Royal»
La ministre du Redressement productif a adressé son soutien à Ségolène Royal – dont il fut le porte-parole pendant la campagne présidentielle de 2007. «Elle est une femme courageuse, elle a ouvert le chemin d’idées nouvelles. La gauche lui doit le respect et l’amitié», a-t-il déclaré sur RTL. Arnaud Montebourg a appelé son adversaire, le candidat dissident Olivier Falorni, à retirer sa candidature car «il n’est pas honorable d’entrer dans des guerres fratricides».



9h15: Ségolène Royal espère faire changer d'avis Olivier Falorni
«Je ne lâche jamais, avec obstination, la volonté de rassemblement et d’unité», a-t-elle lancé sur BFMTV. «Et même si, comme le dit M. Falorni, je ne suis pas "Rochelaise de souche" - d’habitude c’est au Front National qu’on entend des expressions comme celle-là - comme le disent ici les élus et les associations, on me voit beaucoup présente que celui qui me traite de parachutée. Donc j’ai confiance», a-t-elle ajouté.
«François Hollande a dit très clairement que j’étais l’unique candidate qui pouvait se prévaloir de son soutien et qui pouvait représenter la majorité présidentielle. Surtout je crois qu’il a fait savoir, ainsi que le Premier ministre, qu’on ne pouvait pas se maintenir en candidat dissident surtout en recevant le soutien de l’UMP et des voix sarkozystes», a-t-elle insisté.

9h03: Ségolène Royal dit qu'elle n'arrêtera pas la politique si elle est battue à La Rochelle
La candidate en difficulté dans la première circonscription de Charente-Maritime a indiqué sur BFMTV que «si cela arrive [qu'elle soit battue] c’est vraiment dans un contexte assez malsain où des voix sarkozystes seront venues pour me faire barrage. C’est pour cela que cela n’arrivera pas parce que la morale politique, le travail doivent l’emporter.»

8h55: Martine Aubry et Cécile Duflot à La Rochelle pour soutenir Ségolène Royal
Martine Aubry, première secrétaire du PS, se rend, avec Cécile Duflot, à La Rochelle «pour soutenir Ségolène Royal» qui affronte le candidat PS dissident Olivier Falorni au second tour des législatives. Les deux femmes seront accueillies à la gare de La Rochelle par Ségolène Royal peu après 10h. Toutes trois se rendront ensuite à la préfecture de Charente-Maritime où est prévu à 11h le dépôt officiel de candidature de la présidente de Poitou-Charentes. Une conférence de presse devait ensuite avoir lieu, selon l'entourage de Ségolène Royal.

E.O.
publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr