Législatives: François Hollande assuré d'une majorité pour gouverner

18 contributions
Publié le 11 juin 2012.

POLITIQUE - L'abstention a marqué le premier tour, la droite encaisse mais résiste...

La perspective d’une cohabitation est définitivement exclue. Avec 46,3% des suffrages selon des résultats partiels du ministère de l'Intérieur, la gauche arrive en tête à l’issue du premier tour des législatives. Selon les projections en sièges réalisées par CSA, le PS et ses alliés obtiendraient 283 à 329 sièges. Ils ont déjà obtenu 20 sièges à l'issue du premier tour. Le parti du président de la République peut donc encore espérer la majorité absolue (289 sièges). Mais sans doute aura-t-il besoin de s’allier avec Europe-Ecologie-Les-Verts qui, selon ces mêmes projections, pourraient obtenir 12 à 18 députés (il en faut 15 pour constituer un groupe parlementaire). «Au vu des résultats de ce soir, je pense que la majorité existera sans le Front de gauche», a avancé Laurent Fabius. Avec 6,6% des voix et un 13 à 19 députés (contre 20 actuellement), il est vrai que le Front de gauche, dont le leader charismatique Jean-Luc Mélenchon a été battu à Hénin-Beaumont, ne réalise pas un score à la hauteur de ses espoirs.

Autre motif de satisfaction pour le PS,  aucun ministre ne semble en difficulté pour l’emporter, pas même ceux qui se présentaient dans des circonscriptions difficiles, comme Stéphane Le Foll dans la Sarthe ou Aurélie Filippetti en Moselle. Au moins cinq ministres ainsi que le Premier ministre s'offrent le luxe d'être élus dès le premier tour. Les dirigeants socialistes ont toutefois fait preuve de prudence dans leurs déclarations. «Je pense que rien n'est joué. Comme toujours, il faut en appeler à la mobilisation», a déclaré prudemment la première secrétaire du PS Martine Aubry. Tout aussi prudent, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a appelé «les Françaises et les Français à se mobiliser dimanche prochain pour donner au président de la République une majorité large».

L’UMP tient bon

Car la droite ne s’écroule pas pour autant. Avec 33,9% des suffrages, l’UMP et ses alliés peuvent obtenir entre 210 et 263 sièges. Le parti de Jean-François Copé, qui a au moins six élus dès le premier tour, peut donc encore espérer limiter la casse. Son espoir de préserver 250 sièges a encore des raisons d’être. Signe de ce maintien: d’anciens ministres du gouvernement Fillon qui étaient en difficulté sur le papier, comme Xavier Bertrand dans l’Aisne, se retrouvent en ballottage favorable. Aucune personnalité ne semble vraiment en difficulté à l'exception notable de l'ancienne secrétaire d'Etat Rama Yade, éliminée dès le premier tour. Elle se présentait face à un député UMP sortant. «Il n'y a pas de vague rose ce soir», a réagi François Fillon, en bonne position dès le premier tour à Paris.

L’autre vainqueur, l’abstention

Seul gagnant incontestable du premier tour: l’abstention. Selon l’estimation CSA, elle est de 41,1%. Un taux très supérieur à celui d’il y a cinq ans (39,56%). Et qui constituait déjà un record dans l’histoire des législatives. Un désintérêt des Français dont la première victime est le FN qui ne pourra pas se maintenir dans un nombre de circonscriptions à la hauteur de son score national (14,1%). Le parti d’extrême droite devrait obtenir entre 0 et 3 députés seulement, selon les estimations de CSA. Marion Maréchal Le Pen dans le Vaucluse et Gilbert Collard dans le Gard, arrivés en tête et qui se maintiennent dans le cadre d’une triangulaire, portent notamment les espoirs de la formation d’extrême droite qui n’a pas franchi la porte du palais Bourbon depuis vingt-six ans.

D’ores et déjà, l’UMP a prévenu qu’elle ne ferait pas d’alliance avec le FN en cas de triangulaire. «Chaque fois que nous le pourrons, nous nous maintiendrons», a indiqué le leader de l’UMP Jean-François Copé. Reste à trancher la position de l’UMP en cas de duel gauche-FN. Un bureau politique en décidera dès lundi. «Il est exclu de mon point de vue d’appeler à voter FN», a déclaré Alain Juppé. L’UMP appellera-t-elle à voter pour la gauche «au nom d’un soi-disant Front Républicain? Nous en débattrons demain», a-t-il ajouté. La réponse semble déjà contenue dans la question.

>>A consulter toute la soirée: la carte actualisée des résultats

>>Pour trouver le résultat précis dans votre circonscription ou votre ville c’est par ici.

Alexandre Sulzer

François Bayrou

Il est l'une des seules personnalités à être en mauvaise posture. François Bayrou est confronté dans son fief des Pyrénées-Atlantiques à une triangulaire délicate.

«Les résultats sont difficiles et annoncent un deuxième tour particulièrement ardu» a reconnu celui pour qui une partie de son électorat «n’a pas compris la décision» qui était la sienne de voter François Hollande au second tour de la présidentielle.

publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr