Marine Le Pen veut une «vraie opposition»... quitte à ne pas entrer à l'Assemblée nationale

54 contributions
Publié le 1 juin 2012.

LEGISLATIVES - La présidente du Front national tenait un meeting national ce vendredi soir à Paris...

«L’objectif de l’UMPS est clair: aucun député du Rassemblement bleu marine à l’Assemblée nationale», lance Marine Le Pen lors de son meeting national pour les élections législatives, ce vendredi soir à la salle Equinoxe à Paris. «Ils appelleraient à voter pour n’importe qui pour que nous n’entrions pas», ajoute la présidente du FN qui dénonce un «système qui veut nous empêcher car ça changerait avec nous».

Avec un score historique au premier tour de l’élection présidentielle (17,9% des suffrages), Marine Le Pen pourrait avoir intérêt à ne voir aucun candidat du «Rassemblement bleu marine» qu’elle mène accéder au Parlement. L’hypothèse semble paradoxale. C’est pourtant ce qu’avance un membre de l’équipe frontiste: si le parti fait de bons scores aux législatives mais n’obtient aucun député, les failles du système électoral se révéleraient au grand jour, au profit du FN qui appelle à l’application du scrutin à la proportionnelle. «Par contre, si l’on a seulement un ou deux députés, on verra que les Français ont choisi et le système continuera», ajoute-t-il. En entrant à l’Assemblée nationale avec une poignée de députés, l’opposition que souhaite Marine Le Pen serait alors diluée, par manque de poids.

Appel à une «vraie opposition»

Car la présidente du FN appelle ce vendredi soir à une «vraie opposition», à des «opposants résolus» après les élections législatives. Elle prédit d’ailleurs une victoire de la gauche, l’UMP étant devenue, après l’échec de Nicolas Sarkozy à la présidentielle, «un champ de ruine», «un assemblage hétéroclite qui n’a plus de direction», «dévoré par la guerre des chefs Copé-Fillon». Marine Le Pen ne veut pas de cette «fausse opposition qu’est l’UMP» dont «certains membres dans leurs rangs veulent le droit de vote pour les étrangers», dénonce-t-elle à la tribune de la salle de 900 places, au quatre-cinquième remplie.

Marine Le Pen veut des «patriotes qui chérissent leur patrie (…) des patriotes qui exigeront le respect de notre peuple face à l’explosion du racisme anti-blanc et anti-français». Quitte à rester en dehors de l’exercice du pouvoir, afin de mener la contestation? Les résultats du prochain scrutin détermineront l’attitude du parti.

Anne-Laëtitia Béraud
publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr