VIDEO. Législatives: Farida Amrani (LFI) va recompter les bulletins en préfecture

RESULTATS La candidate de la France insoumise a annoncé qu’en parallèle, elle allait déposer un recours devant le Conseil constitutionnel…

20 Minutes avec AFP

— 

Farida Amrani, candidate France Insoumise dans l'Essonne

Farida Amrani, candidate France Insoumise dans l'Essonne — TLG/20mn

Pour Farida Amrani, les comptes ne sont pas bons. La candidate de La France insoumise aux législatives, qui conteste la victoire à l’ancien Premier ministre PS Manuel Valls dans l’Essonne, a annoncé ce lundi qu’elle allait « recompter » les bulletins de vote de la veille à partir de 9 h 00 à la préfecture d’Evry.

>> A lire aussi : Suivez tous les événements en direct au lendemain du second tour

Dimanche soir, Manuel Valls avait annoncé sa victoire par 50,3 %, soit avec 139 voix d’avance, sur sa concurrente. Mais cette dernière avait immédiatement contesté ce résultat.

Des soupçons sur un bureau à Evry

« On continue de contester le résultat, aujourd’hui, nous allons nous rendre en préfecture à 09 h 00 pour recompter les bulletins », a-t-elle déclaré à LCI, assurant que cette possibilité lui avait été « refusée » dimanche soir.

« Même les journalistes ont été exclus de ce recomptage, nous, on souhaite être présents à ce recomptage, ils nous l’ont refusé, ils l’ont refusé aux journalistes », a-t-elle déploré. Elle a rappelé que les points litigieux portaient sur quatre bureaux à Evry, dont « un où on a un gros soupçon ».

La candidate FI a affirmé avoir « assisté personnellement à des choses graves dans un bureau » sur BFMTV.

Valls conteste toute irrégularité

Farida Amrani a annoncé qu’en parallèle, elle allait déposer un recours devant le Conseil constitutionnel. « J’ai confiance dans la justice de notre pays, on ira simplement, sincèrement, en toute tranquillité, la démocratie doit s’exprimer, elle va s’exprimer, mais nous, on réfute ce qui s’est passé hier », a-t-elle conclu sur LCI.

Ce lundi matin, sur Twitter, Manuel Valls a remercié « ceux qui ont permis (son) élection ». « Il n’y a eu aucune irrégularité. Il faut accepter le verdict des urnes et respecter la démocratie », a-t-il enjoint.