Mon bulletin dans ton urne: Majorité moins absolue que prévu, nombre record de femmes à l’Assemblée et déroute historique du PS

LEGISLATIVES Chaque matin, « 20 Minutes » vous livre les trois informations marquantes de la campagne…

M.C.

— 

Assemblée nationale (illustration).

Assemblée nationale (illustration). — NICOLAS MESSYASZ / SIPA

A peine le temps d’avaler un café ? En sortant des brumes matinales, attrapez aussi notre récap’quotidien d’une campagne corsée et régulièrement relevée de polémiques.

Majorité absolue pour les députés de Macron à l’Assemblée nationale, moins large que prévue

La « vague Macron » a été confirmée au second tour des élections législatives ce dimanche, dans un scrutin marqué par une abstention massive. L’Assemblée nationale comptera 350 députés de La République en marche et de son allié le Modem sur un total de 577, selon les résultats définitifs du ministère de l’Intérieur - même si les 11 sièges pour les Français de l’étranger doivent être officialisés lundi. Emmanuel Macron dispose ainsi d’une majorité absolue à l’Assemblée nationale (289 députés), mais elle est moins large que prévue, car les estimations de l’entre-deux tours lui donnaient entre 400 et 470 députés.

Près de 40 % de femmes à l’Assemblée, un record

On s’approche doucement de la parité. Au total, 223 femmes ont été élues députées dans la nouvelle Assemblée nationale, à l’issue du second tour des élections législatives dimanche. Il s’agit d’un record, alors qu’elles n’étaient que 155 en 2012. Les femmes représentent désormais 38,65 % des élus du Palais-Bourbon, avec un pic de 46,45 % d’élues au sein de La République en marche et de 46,34 % chez son allié du MoDem. Elles ne sont en revanche que 23,89 % chez Les Républicains. Les trois députés PRG de la nouvelle Assemblée sont des femmes.

Déroute historique pour le PS et ses alliés avec une quarantaine de sièges

Quarante-cinq députés PS-PRG-EELV-Divers gauche ont été élus au second tour des élections législatives ce dimanche. Un résultat historiquement bas, encore inférieur aux 57 sièges obtenus par le PS lors de la défaite historique de 1993. A l’annonce des résultats, le Premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis a déploré une « déroute sans appel » avant d’annoncer qu’il quittait la direction du parti. Une direction collégiale va être bientôt adoptée.