Législatives: «Il serait temps de comprendre ce mal-être des urnes»

ELECTIONS Ils seraient 53 % à ne pas se rendre aux urnes dimanche, d’après un sondage Odoxa diffusé ce vendredi…

Martin Guimier

— 

Les taux d'abstention battent tous les records lors de ces élections législatives 2017

Les taux d'abstention battent tous les records lors de ces élections législatives 2017 — KENZO TRIBOUILLARD / AFP

L’abstention pourrait être la grande gagnante de ces élections législatives. Alors que le premier tour avait déjà été marqué par un taux record de non-votants, les électeurs seraient encore plus nombreux à choisir de boycotter les urnes dimanche (53 % d’après un sondage Odoxa pour franceinfo publié ce vendredi). 20 Minutes a demandé à des abstentionnistes potentiels les raisons de ce rejet.

>> A lire aussi : Législatives: La République en marche lagement en tête, mais avec une abstention record?

« Une mascarade »

En hausse depuis 20 ans, l’abstention témoigne d’un désamour renforcé par la récente élection présidentielle et par la campagne en cours, notamment marquées par les affaires : « Les deux campagnes auxquelles nous avons assisté sont, par leurs débats, leurs traitements médiatiques, la qualité des responsables politiques de tous bords, indignes de la France et des Français. Je ne m’associe pas à cette mascarade qui est une honte pour notre démocratie » regrette RedGatimel. « La campagne présidentielle et ses magouilles m’ont totalement écœuré », reconnaît aussi Bernard.

« Les dés sont jetés »

L’écrasant score supposé de La République En Marche en décourage également plus d’un d’aller voter dimanche : « Je vote à chaque scrutin, mais dimanche je n’irai pas car les dés sont jetés et que j’en ai marre de faire un vote par dépit », avoue Jessica. Certains s’agacent, comme Sandrine, du « manque de cohérence du scrutin […] ; il est inutile de voter quand les sièges à l’Assemblée ne représentent en rien les votes des électeurs ». D’autres se refusent à un vote par défaut : « Je ne voterai pas ce dimanche car le choix est entre une candidate LR et LREM et je ne veux pas choisir entre la peste et le choléra », explique Gael. « La gauche n’étant pas présente dans ma circonscription au second tour j’ai le choix entre FN et EM…..Le risque FN étant très faible, je ne veux pas une majorité écrasante pour Macron. […] L’abstention dans ce cas est un acte politique et réfléchi », renchérit Martine.

>> A lire aussi : Bretagne: Qui pourra faire barrage à La République en marche dimanche soir?

« Rendre le résultat illégitime »

La volonté d’amenuiser par l’abstention la légitimité du résultat de ces élections législatives est souvent exprimée. Beaucoup considèrent que rester chez soi est aujourd’hui le meilleur moyen d’exprimer son mécontentement, à l’instar de Frédéric, qui a « le souhait que l’abstention atteigne des niveaux tels que le résultat des urnes ne soit pas légitime […] puisque le système ne fonctionne plus et est rejeté par une majorité écœurée ». Même son de cloche pour Lilia : « Il aurait mieux valu que tout le monde s’abstienne déjà pour les présidentielles qu’ils comprennent qu’on ne veut pas d’eux. Là les abstentions c’est juste un ras-le-bol. Du dégoût ! Il serait temps de comprendre ce mal-être des urnes ».