Législatives: Une enquête ouverte après l'altercation de NKM avec un passant à Paris

AGRESSION Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate LR aux législatives à Paris, a fait un malaise ce jeudi alors qu’elle tractait sur un marché de la circonscription où elle est candidate…

D. D. avec AFP

— 

Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate LR aux législatives à Paris, a perdu connaissance plusieurs minutes jeudi matin, après une altercation avec un passant.

Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate LR aux législatives à Paris, a perdu connaissance plusieurs minutes jeudi matin, après une altercation avec un passant. — GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

  • NKM a fait un malaise après avoir chuté à la suite d’une altercation avec un passant alors qu’elle tractait dans la 2e circonscription de Paris où elle est candidate.
  • Une enquête pour « violences volontaires » a été ouverte par le parquet de Paris.
  • Sa directrice de campagne a indiqué avoir déposé plainte.
  • Aucun suspect n’a encore été interpellé.

La campagne de NKM n’est pas de tout repos. En ballottage défavorable dans la 2e circonscription de Paris face à un candidat LREM, elle a fait un malaise après une altercation avec un passant alors qu’elle tractait sur un marché. Un homme d’une cinquantaine d’années lui a pris les tracts des mains pour les lui envoyer au visage, la traitant notamment de « bobo de merde ». Une enquête pour « violences volontaires » a été ouverte par le parquet de Paris et confiée au 3e district de la police judiciaire de Paris. Sa directrice de campagne a indiqué avoir déposé plainte.

Déséquilibrée et cherchant à se protéger de la main, l’ancienne ministre a chuté sur le sol et perdu connaissance durant plusieurs minutes sous une forte chaleur. Les pompiers sont intervenus sur ce marché de la place Maubert. Se tenant la tête, elle a été installée dans leur camion et conduite à l' hôpital Cochin. Après cette altercation, l’homme est parti en courant vers la bouche de métro la plus proche.

>> A lire aussi : Juppé, Hidalgo, Raffarin... Après son agression, NKM reçoit de nombreux messages de soutien

« Retournez dans l’Essonne ! »

« C’est votre faute si on a Hidalgo aujourd’hui comme maire » à Paris, lui avait-il dit, lançant également : « Retournez dans l’Essonne ! », département dont elle est actuellement députée. Un bénévole de l’équipe de NKM, Jean-Baptiste Goulard, a poursuivi dans le métro l’homme qui est sorti à la station Cluny-La Sorbonne (ligne 10). Il a affirmé à l’AFP avoir alors reçu des coups de sa part. L’homme a, là encore, pris la fuite. Son signalement a été donné à la police.

Plusieurs personnalités politiques ont rapidement apporté leur soutien à Nathalie Kosciusko-Morizet.

Anne Hidalgo a « condamné avec la plus grande fermeté » l’acte « lâche et intolérable » qui a visé son ancienne rivale à la mairie de Paris sur Twitter.

Laurent Wauquiez, le vice-président des Républicains, a également apporté son soutien à NKM.

L’ancien Premier ministre et ministre de l’Intérieur Manuel Valls, lui aussi en campagne législative, dans l’Essonne, a condamné « cette agression intolérable que rien ne pourra justifier ».

Gilles Legendre, son concurrent dans la 2e circonscription, lui souhaite de « se rétablir très vite ».

Edouard Philippe a rendu visite à NKM à l’hôpital après son altercation avec un passant selon l’entourage du Premier ministre.