Législatives: Si elle est éliminée dimanche, NKM devra «trouver un autre emploi pour vivre»

POLE EMPLOI Elle est en ballotage défavorable dans la deuxième circonscription de Paris...

L.G. avec AFP

— 

NKM (LR-UDI) à Paris

NKM (LR-UDI) à Paris — SIPA

Va-t-elle pointer au chômage ? Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate Les Républicains, a confié mardi à plusieurs médias, qu’elle n’avait pas de « plan B » si elle était éliminée dimanche lors du second tour des législatives : « En n’ayant que mon seul mandat parisien, je vais devoir trouver un autre emploi pour vivre ».

Si elle est encore cheffe de file de la droite au conseil de Paris, NKM est arrivée dimanche dernier en 2nde position derrière un candidat LREM. « J’ai pris des risques en politique : j’ai pris des risques quand je suis allée candidater à la mairie de Paris, c’était pas facile, j’ai pris des risques en présentant ma candidature à la primaire, j’ai pris des risques personnels en démissionnant de la fonction publique parce que je trouvais que c’était plus équitable vis-à-vis de ceux qui viennent du privé. Je mets toute mon énergie sur les plans A ».

>> A lire aussi : Législatives: Dans la 2e circonscription de Paris, «c’est le grand bazar»

Va-t-elle rejoindre la majorité présidentielle ?

Elle multiplie en tout cas les appels du pied. « Je suis toujours dans la logique de la main tendue au chef de l’Etat. Mais il faut des députés qui soient suffisamment indépendants pour être capables de dire non à certaines réformes pour que leur oui sur d’autres ait de la valeur », confiait-elle lundi. Elle n’a pas écartée l’idée d’accepter un ministère, même si l’éventualité qu’Emmanuel Macron la lui propose paraît « vraiment très peu probable ».

Clairement dans le viseur de plusieurs élus parisiens, elle pourrait, selon Le Monde, ne pas se représenter à la présidence du groupe MR au Conseil de Paris, dont le vote aura lieu début juillet.