L'affiche tweetée par Manuel Valls
L'affiche tweetée par Manuel Valls - Twitter

Sans parti, mais pas sans étiquette. Manuel Valls, qui avait fait savoir la semaine dernière qu’il entendait mener sa campagne « en homme libre » après s’être vu refuser l’investiture par le mouvement d’Emmanuel Macron, a pourtant publié mercredi sur les réseaux sociaux une affiche de campagne pour les législatives de juin, sur laquelle il revendique l’étiquette « majorité présidentielle ».

L’affiche, dévoilée sur Twitter, présente un portrait de l’ancien Premier ministre accompagné du slogan « Toujours avec vous ! ». Elle est surplombée par l’inscription « majorité présidentielle », inscrite en lettres capitales dans un bandeau bleu clair.

Francis Lalanne, Dieudonné et le « gifleur » de Valls aussi sur les rangs

Dans un court texte qui accompagne cette affiche, Manuel Valls estime être, dans la circonscription d’Evry et Corbeil-Essonnes (Essonne) où il se représente, « le seul qui souhaite la réussite du quinquennat qui s’ouvre, dans l’intérêt de la France ». « Face aux défis qui sont devant nous, il faut être responsable et construire autour du président de la République une majorité forte et cohérente », ajoute-t-il.

>> A lire aussi : «Valls devrait se mettre à l’abri et se présenter à la présidentielle en 2022», dit-on dans la 1re circonscription de l’Essonne

Le PS, que le candidat malheureux à la primaire de gauche avait déclaré « mort », et la République en Marche !, ont décidé de lui laisser le champ libre : les deux formations n’alignent aucun candidat face à Manuel Valls dans la première circonscription de l’Essonne, où il a toujours gagné depuis 2002.

Ses concurrents politiques viennent d’un bord inattendu : le chanteur Francis Lalanne et l’humoriste controversé Dieudonné ont chacun annoncé leur candidature sur la circonscription ces derniers jours. Le premier en tant que suppléant d’un restaurateur d’Evry et sous l’étiquette du mouvement « éco-citoyen 100 % ». Le second aux côtés de Nolan Lapie, le jeune homme de 18 ans qui avait giflé Manuel Valls en janvier en Bretagne.

Mots-clés :