Législatives: La liste de candidats d'En marche! n’a pas «l’assentiment» du MoDem, affirme Bayrou...

LIVE Revivez avec nous les événements de ce jeudi...

O.G et D.B.

— 

François Bayrou, président du MoDem

François Bayrou, président du MoDem — JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

L'ESSENTIEL

  • On connaît le nom de 428 candidats aux législatives d'En marche !
  • Jean-Luc Mélenchon a décidé de se présenter aux législatives à Marseille face à Patrick Menucci (PS).
  • L'avenir politique de Manuel Valls toujours en point d'interrogation

 

A LIRE AUSSI Candidat EELV en Bretagne, Bernard Martin part dormir chez ses électeurs

La femme du maire de Béziers, Emmanuelle Ménard, brigue un mandat de députée dans l'Hérault

23h15: Ce live est terminé pour aujourd'hui.

22h54: Edouard Philippe se demande si Emmanuel Macron va choisir la « transgression » plutôt que la « tradition »

Edouard Philippe, maire LR du Havre, un des pressentis à Matignon, a estimé jeudi soir que si le président nouvellement élu choisissait la « transgression » plutôt que la « tradition » en prenant un Premier ministre extérieur à son mouvement, la situation serait totalement nouvelle et qu'il était impossible d'y « répondre par avance ».

22h04: Macron veut « une majorité de courtisans » pour le secrétaire du PCF, Pierre Laurent

20h33: Pourquoi le mouvement de Macron n’a pas (encore) investi de candidats dans 148 circonscriptions ?

Au lieu de publier comme promis les noms des candidats investis dans les 577 circonscriptions françaises, La République en marche a préféré en dévoiler seulement 428 ce jeudi.

Les premiers éléments de réponse compilés par notre journaliste se trouvent juste ici.

20h32: Gantzer, Villani, Marie Sara... La République en marche investit une demi-douzaine de personnalités

Gaspard Gantzer, conseiller de François Hollande, le mathématicien Cédric Villani, la torera Marie Sara et deux ex-magistrats comptent parmi les quelques personnalités investies par le mouvement d’Emmanuel Macron, La République en marche, pour les législatives.

On vous dresse leur portrait par là

20h18: « Les personnes investies aujourd’hui resteront investies », assure Ferrand

Le secrétaire général de La République en marche était interrogé par David Pujadas sur le plateau du JT de France. A la question, « allez-vous modifier la liste des personnes investies, qui n’a pas l’assentiment de François Bayrou », Richard Ferrad s’est montré ferme.

 

20h11: Xavier Bertrand a dit « non » à Macron

Xavier Bertrand a « répondu non » aux équipes Macron qui l’ont approché entre les deux tours de la présidentielle, a-t-il déclaré dans une interview au Figaro diffusée jeudi.

« Je n’ai jamais eu de dialogue, d’entretien, de contact direct avec Emmanuel Macron », a-t-il raconté. « Le vendredi de l’entre-deux-tours, j’ai été contacté par son équipe à propos de mes déclarations : à savoir que j’avais l’intention de voter Macron mais que je restais un homme de droite », a-t-il dit.

« Elle voulait savoir si c’étaient bien mes convictions et si j’étais prêt à le rallier. J’ai répondu oui à la première question et non à la seconde », a-t-il ajouté.

20h10: François Bayrou convoque un bureau politique vendredi soir

20h00: François Pupponi, le maire de Sarcelles, est surpris de son investiture

Il dément avoir sollicité cette investiture.

 

19h30: La liste de candidats publiée par En Marche ! n’a pas « l’assentiment » du MoDem

François Bayrou, président du MoDem allié à Emmanuel Macron, a indiqué jeudi à l’AFP que la liste de candidats présentée par En Marche ! n’avait pas « l’assentiment » de son parti.

« Je convoque le bureau politique du MoDem demain (vendredi) soir en souhaitant que dans les heures qui viennent, un mouvement de raison permette des investitures communes dans toutes les circonscriptions comme Emmanuel Macron et moi en sommes convenus depuis le premier jour de notre entente », a déclaré à l’AFP le maire de Pau.

19h21: Augustin Augier dément être candidat En Marche !

 

19h19: Manuel Valls « salue » la décision d’En Marche ! de ne pas lui opposer de candidat

 

18h39: Barouin voit dans ces investitures « une opération de recyclage du parti socialiste en déshérence »

François Baroin, chef de file LR pour les législatives, a vivement critiqué ces investitures de LREM.

« On a un sentiment d’approximation », « ils ont récupéré les méthodes à l’ancienne d’un vieux parti de gouvernement », a affirmé à la presse le chef de file de « l’équipe de campagne de la droite et du centre » pour les législatives. Il effectuait dans le Nord son premier déplacement de campagne, accompagné d’Eric Woerth, chargé du projet, et de Christian Jacob, président du comité de campagne et chef de file des députés LR.

« C’est une opération de recyclage du parti socialiste en déshérence. Plusieurs députés socialistes sortants sont intégrés, il y a beaucoup de membres de collaborateurs des ministères sortants de la présidence Hollande », a insisté le sénateur-maire LR de Troyes.

Selon lui, « au fond, En Marche ! devient le nouveau Parti socialiste, qui tente de se moderniser derrière l’élan d’Emmanuel Macron », ce qui « permet déjà de lever les ambiguïtés ».

18h25: Pas d'élus LR (pour le moment) mais trois collaborateurs des Républicains investis

Deux collaboratrices de l'ancienne équipe Juppé, Aurore Bergé et Marie Guévenoux, ont été investies par la République en Marche pour les élections législatives ainsi qu'un ancien collaborateur de Jean-Pierre Raffarin, Blaise Mistler.

Aurore Bergé, élue LR à Magny, a été investie dans la 10e circonscription des Yvelines. Elle avait contribué à la campagne digitale d'Alain Juppé pour la primaire de la droite de l'automne 2016 et avait rejoint Emmanuel Macron mi-février.

Blaise Mistler, ancien collaborateur de Jean-Pierre Raffarin et de Dominique de Villepin et actuel directeur des relations institutionnelles de la Sacem, a été désigné dans la 4e circonscription de la Manche, actuellement détenue par la suppléante de Bernard Cazeneuve, Geneviève Gosselin-Fleury.

18h17: Encore une erreur dans la liste des candidats LREM...

Cette fois repérée par L'Express... Thierry Robert, député sortant MoDem de La Réunion, figure dans la liste des 428 premiers noms investis par La République en marche. Or il contrevient à l'un des critères pour être sélectioné: la probité. Selon l'équipe d'Emmanuel Macron, tous les candidats ont un casier judiciaire vierge. Or, l'élu ultramarin a été condamné au pénal pour diffamation. Contacté par L'Express, l'équipe de LREM a répondu : il «s'agit d'une erreur» et qu'un rectificatif sera publié «rapidement». 

18h03: Deuxième couac... Stéphane Saint-André censé être investi par LREM dément

D'autres erreurs semblent s'être glissées dans la liste des candidats investi par La République en marche. Le député radical du Pas-de-Calais Stéphane Saint-André dément être candidat sur Facebook. «Après un échange cet après-midi avec Jean-Paul Delevoye [le président de la commission d'investiture] j'ai décliné l'investiture par La République en marche aux prochaines élections législatives», y écrit-il. 

18h02: Quid de la candidate qui devait être investie par LREM face à Manuel Valls? 

Elle serait tout de même investie, mais dans la 3e circonscription de l'Essonne....

 

17h55: Marie Guévenoux, qui faisait partie de l'équipe de Juppé, également investie par LREM

Marie Guévenoux, une ancienne attachée parlementaire d'Alain Madelin a été chargée de collecter les dons d'Alain Juppé puis de François Fillon, a donc rejoint les rangs de Macron. 

 

17h51: Deux anciens élus verts investis par LREM

Barbara Pompili et François De Rugy sont également investis par le parti d'Emmanuel Macron. 

 

17h36: Aucun candidat contre NKM, Gilles Boyer, Bruno Le Maire, Franck Riester et Thierry Solère

Pour le moment, LREM n'a pas désigné de candidat contre les LR NKM, Bruno Le Maire, Thierry Solère, Gilles Boyer ou Franck Riester, ce qui laisse la porte ouverte à d'éventuels ralliements dans les prochains jours, d'après la liste des 428 candidats dévoilés jeudi.ces quatre candidats de la droite et du centre. Une situation qui pourrait changer d'ici mercredi... si certains rejoignent le mouvement de Macron ou si LREM décide d'investir des candidats...

 

17h32: Les ex-magistrats Eric Halphen et Laurence Vichnievsky investis par En marche!

 Les anciens juges d'instruction Eric Halphen et Laurence Vichnievsky ont été investis jeudi par la République en marche pour les législatives, selon le dossier dévoilé par le parti d'Emmanuel Macron.

Le juge Halphen, qui avait annoncé son soutien au président élu en début d'année, a été investi dans la 2e circonscription du Calvados, actuellement détenue par la socialiste Laurence Dumont qui brigue un nouveau mandat. L'ex-juge d'instruction Laurence Vichnievsky (MoDem) l'a été dans la 3e circonscription du Puy-de-Dôme, dont la députée sortante est l'écologiste Danielle Auroi.

17h20: «Nous sommes tous parachutés dans la vie»​ Retrouvez en vidéo l'annonce de Mélenchon qui se présente à Marseille pour les législatives

«Nous sommes tous parachutés dans la vie», s'est justifié le leader de La France Insoumise. 

 

17h15: Pour le moment, LREM n'a pas investi de candidat dans la 2e circonscription de Paris où se présence NKM
Mais cela peut évoluer d'ici mercredi prochain étant donné qu'on ne connaît pas encore le nom des 577 candidats... 

 

17h12: Mourad Boudjellal, président du RC Toulon, était marqué sur la liste de LREM mais ne sera pas investi dans le Var...

Premier couac... Mourad Boudjellal, président du Rugby club toulonnais, a été investi candidat d'En Marche! aux élections législatives dans la 1e circonscription du Var, selon le dossier dévoilé jeudi par le parti d'Emmanuel Macron.

M. Boudjellal, 56 ans, est un homme d'affaires qui a fait fortune dans la bande dessinée. La circonscription qu'il vise est actuellement détenue par Geneviève Levy (LR).

Une annonce que l'intéressé vient de démentir... 

Explication de l'équipe de Macron: Mourad Boudjellal, le président du RC Toulon, n'est finalement pas investi. «Il était question qu'il soit investi, mais c'est une petite erreur matérielle. C'est un mauvais copié-collé. Nous allons le retirer», vient d'expliquer à franceinfo Sibeth Ndiaye, la chargée des relations presse d'Emmanuel Macron. 

17h08: Le mathématicien Cédric Villani investi par En Marche! dans l'Essonne

Le mathématicien Cédric Villani, médaille Fields, a été investi pour les élections législatives dans l'Essonne par le parti d'Emmanuel Macron, La République en Marche, selon le dossier dévoilé jeudi.

Cédric Villani, 43 ans, avait signé le 1er mai un appel de scientifiques à voter pour Emmanuel Macron, «pour barrer la route au pire». Il est investi dans la 5e circonscription de l'Essonne, qui comprend notamment le plateau de Saclay et dont la députée est actuellement la socialiste Maud Olivier.

 

17h07: Pendant ce temps, Mélenchon étrille le PS à Marseille...

«Je ne veux pas affaiblir le PS, je veux le remplacer», a déclaré jeudi à Marseille le leader de La France Insoumise Jean-Luc Mélenchon, venu officialiser sa candidature aux législatives dans une circonscription tenue par le socialiste Patrick Mennucci.

«Je ne viens pas pour telle ou telle personnalité, je viens pour une raison de politique nationale», a poursuivi Jean-Luc Mélenchon au cours d'une conférence de presse: «Une cohabitation est en gestation en France, soit avec les Républicains, soit avec nous».

 

17h05: Philippot affirme qu'il quitterait le FN si la sortie de l'euro était abandonnée

Alors que l'abandon de l'euro fait débat au sein du FN, le numéro 2 du Front national Florian Philippot a déclaré jeudi qu'il quitterait le parti si la question de la sortie de l'euro était abandonnée.

Comme on lui demandait s'il resterait au FN si, au sortir des législatives et du prochain congrès, la sortie de l'euro n'était plus au programme, il a répondu sur RMC: «Si le Front demain garde l'euro ? Non. Bien sûr que non. Je suis pas là pour garder un poste à tout prix et défendre l'inverse de mes convictions profondes. [...] Je ne crois pas un seul instant qu'un parti qui défende la nation, la France [...] renonce à un débat qui est essentiel».

17h02: Une torera affrontera Gilbert Collard dans le Gard

L'ancienne torera à cheval Marie Sara, sollicitée par Emmanuel Macron, a été investie par En Marche! dans la 2e circonscription du Gard face au député FN sortant Gilbert Collard, a confirmé jeudi à l'AFP l'intéressée.

«Le président de la République (Emmanuel Macron) m'a sollicitée, il m'a demandé d'aller défendre ses valeurs dans mon territoire, mes terres de Petite Camargue pour combattre le FN et l'obscurantisme», a indiqué à l'AFP Marie Sara.

«Ça a été un peu une surprise, j'ai hésité pendant quelques heures, c'est un engagement sérieux, un changement de vie», a ajouté l'éleveuse de toros qui s'engage en politique pour «la première fois» à l'âge de 52 ans.

16h56: Gaspard Gantzer, conseiller de Hollande, investi par En Marche! en Ille-et-Vilaine, à Rennes

C'est l'homme de l'ombre. Et une des révélations de la fameuse liste des 428 candidats d'En Marche! pour les législatives de juin. Gaspard Gantzer, conseiller de Hollande mais aussi camarade de Macron à l'ENA a été investi par En Marche! en Ille-et-Vilaine, à Rennes. On fait le point par ici. 

 

16h54: Pourquoi Mélenchon a choisi Marseille? Il répond

 

16h52: Plus de 7.000 voix pour le second tour annulées en Loire-Atlantique

Aïe! Plus de 7.000 votes au second tour de l’élection présidentielle – 7.040 exactement – ont été annulés dans le département de Loire-Atlantique. Une décision du Conseil constitutionnel qui a proclamé mercredi les résultats définitifs du scrutin et annulé au total près de 16.500 suffrages un peu partout en France. Le point par ici. 

16h42: A Marseille, Mélenchon officialise sa candidature aux législatives

 

16h37: Est-ce que Macron a tranché pour certains cas?

Apparemment oui. Richard Ferrand explique que «la commission nationale d’investiture et le conseil d’administration, dont [Macron] ne fait plus partie, a saisi le président de la République sur quelques cas qui relevaient d’un aspect particulier». «Sur quelques cas, son avis a été requis», insiste-t-il.
 

16h29: Des députés socialistes qui voulaient se présenter ont été retoqués

«Et ils sont nombreux!», précise Ferrand, qui assure qu'il ne donnera aucun nom...

16h27: Et pour les députés Modem?

Les candidats Modem font partie des candidats présentés aujourd'hui par LRM. 

 

16h23: Les 428 candidats ont passé un entretien avec la commission... sauf les députés sortants

Notre journaliste interroge sur  est ce que les 428 candidats investis ont passé un entretien avec la commission? Oui, répond l'équipe de Macron. Mais les 24 anciens députés n'ont pas passé cet entretien. 

Les entretiens portaient sur 3 critères: la connaissance du programme, l'empathie, la capacité opérationnelle de pouvoir faire une campagne. Beaucoup découvraient ce qu'était une campagne et qu'ils n'avaient pas le profil adéquat. 

16h18 : « Pas de passe-droit » pour Valls

Richard Ferrand revient sur le cas Valls… et critique les journalistes très curieux sur cette question : « Au moment où nous rassemblons nous ne pouvons claquer la porte au nez à un ancien Premier ministre. Nous ne bougerons pas nos critères, pas de passe-droit. Mais nous prenons acte d’une singularité et nous ne cherchons pas à mener querelle. »

 

16h04: D'ici mercredi, LRM espère encore rassembler

24 parlementaires sont aujourd'hui investis par En Marche! et ce sont des députés socialistes sortants. Il n'y a donc pas à ce jour des députés LR qui ont rejoint les rangs de La République en marche. 

 

16h06: «Nous n'investissons pas Valls mais nous ne lui opposons pas de candidat.»

Pascal Ferrand répond sur la question d'un journaliste sur le cas Valls: «Notre conseil d'administration a pris la décision suivante. Un ancien Premier ministre qui a décidé de nous proposer une candidature est une situation spécifique.»

«La candidature ne répondait pas aux critères, aucun candidat ne peut être investi s’il a déjà fait trois mandats de parlementaire. Mais au moment où nous voulons rassembler largement, nous ne voulons pas humilier, rejeter, d’être dans une vindicte, à ce stade nous n’investissons pas l’intéressé mais nous ne lui opposons pas de candidat face à lui. 

 

16h06 : Ferrand insiste sur le renouvellement sans précédent

« Notre mouvement marche sur deux jambes, le rassemblement, le renouvellement. Jamais vous pouvez vous plonger dans les annales un mouvement politique français porte l’audace d’investir pour devenir députés des candidats qui n’ont pas un CV ou une antériorité politique. »

«428? Vous allez me dire il en manque. Nous continuons à poursuivre des travaux sur certains territoires. Nous souhaitons laisser un espace et du temps pour que celles et ceux qui souhaiteraient se manifester pour amplifier le rassemblement puissent le faire.»

 

16h02: La liste respecte les 5 critères établis par Macron: 52% de la société civile

Renouvellement: 52% des candidats viennent de la société civile «la promesse de renouvellement est ainsi tenu»

Sur la parité: 214 candidats hommes/ 214 femmes

Probité: aucun casier judiciaire ou peine inéligibilité

Age moyen: 46 ans

93% des candidats travaillent

 

15h53: 19.999 dossiers... plus des centaines ces derniers jours

En tout, il y a eu 19.999 dossiers, dont 71% de dossiers masculins et 29% de dossiers féminins. Ensuite, 1.700 entretiens téléphoniques ou physiques conduits par dix personnes (salariés ou bénévoles du mouvement). Puis une liste respectant les 5 critères établis par Macron. 

 

15h54 : Ferrand rappelle le processus de sélection des candidats

Richard Ferrand ajoute : « Après un processus de sélection d’une rigueur, d’une objectivité et d’une impartialité sans précédent sous la Ve république, je suis très fier de présenter celles et ceux qui porteront nos couleurs pour mettre en œuvre le projet d’Emmanuel Macron. Le 19 janvier dernier, Emmanuel Macron a fixé les objectifs de sélection de nos candidats et annoncé la création d'une commission d'investiture, composée de 9 membres.»

15h52: La conférence de presse commence

Parité, transfuge des Républicains, cas Valls... On devrait en savoir plus avec la conférence de presse d'En Marche! qui doit dévoile environ 450 candidats pour les législatives. Richard Ferrand explique: «Nous avons l'objectif de bâtir une majorité de changement et d'obtenir une majorité absolue à l'Assemblée nationale.» 


 

15h50: Bonne nouvelle, notre journaliste au QG de LREM a enfin pu entrer...

La conférence de presse ne devrait donc plus tarder...

 

15h46 : Najat Vallaud Belkacem s’est déjà lancée dans sa campagne pour les législatives à Villeurbanne

L’ancienne ministre de l’Education organisait un conseil de proximité mercredi soir. Et sur Twitter ce jeudi, elle l’affirme : elle se lance à fond dans cette campagne pour les législatives. Najat Vallaud Belkacem est investie pour le PS alors que le mouvement En Marche ! de Macron a obtenu 80 % des voix au second tour de la présidentielle….

 

15h41: En attendant de connaître les autres candidats de La République en marche qui viennent de la société civile, portrait d'une Nantaise qui se lance en politique

Qui est Valérie Oppelt, cette chef d'entreprise nantaise en marche vers les législatives? Nos reporters nantais l'ont rencontré. 

15h24: Bon ben pour la ponctualité on repassera... Finalement la conférence de presse d'En Marche! devrait se tenir vers 15h45 au lieu de 14h30

Du coup, on a le temps de lire cet article sur le piratage informatique de l'équipe de Macron... Comment l'équipe de campagne d'Emmanuel Macron a fait face aux hackers, à lire ici. 

15h19: La ministre des Familles fait aussi de l'humour...

Laurence Rossignol, ministre des Familles, de l'enfance et des droits des femmes souhaite du courage à son ou sa successeur... Qui devra en plus des dossiers prendre soin d'un chat... 

 

15h17: Macron se rendra à l'Hôtel de Ville juste après la passation de pouvoir

Pour son premier rendez-vous juste après la passation de pouvoir, le nouveau Président se rendra à la Mairie de Paris. Anne Hidalgo a annoncé sur Twitter qu'elle recevra Emmanuel Macron à l'Hôtel de ville dimanche à 17h. 

 

15h01: Alors qu'En Marche! se fait désirer... 

On vous propose notre petit j'ai testé: On a postulé pour être candidat En Marche! aux législatives dans le Bas-Rhin par ici...

14h55: Valls se confie: «moi je suis déterminé à porter les couleurs du progrès»

Sur BFMTV, Manuel Valls s'est montré confiant: «Il faut attendre. Moi je suis déterminé à porter les couleurs du progrès et je serai de toute façon engagé dans la majorité présidentielle.» 

«Je suis engagé sur le terrain. Je suis un républicain, un homme de gauche ouvert», a ajouté l'ancien Premier ministre qui souhaite rejoindre le mouvement d'Emmanuel Macron mais dont l'avenir reste suspendu à la décision de La République en marche...

 

14h47: Au fait, c'est quoi les conditions sine qua non pour se présenter aux élections avec LRM?

Comme le rappelle notre journaliste, Emmanuel Macron s'était engagé sur cinq critères importants... Va-t-il les remplir?

 

14h44: Selon «Marsactu», Stéphane Ravier sera finalement candidat FN à Marseille

Selon les informations de Marsactu, le sénateur-maire Front national des 13e et 14e arrondissements de Marseille Stéphane Ravier sera candidat aux législatives dans la 3e circonscription. 

14h31 : Selon « Le journal de Montreuil », la belle-fille de Macron se présenterait à Montreuil dans le Pas-de-Calais

Selon les informations du Journal de Montreuil, Thibaut Guilluy et Tiphaine Auzière représenteront la majorité présidentielle lors des élections législatives dans la quatième circonscription du Pas-de-Calais. Deux personnes qui n’ont pas fait leurs classes en politique. Mais cette double candidature risque de faire parler d’elle car Tiphaine Auzière, avocate de 32 ans est la belle-fille du nouveau président de la République.

14h27: On saura dans quelques minutes qui va se présenter pour La République en marche...

Seuls 14 noms sont pour l'instant connus et «environ 450» le seront jeudi après-midi, selon le président de la Commission d'investiture Jean-Paul Delevoye. 

«Nous avons reçu dans les dernières 48 heures plus de 1.600 candidatures que nous souhaitons traiter avec beaucoup de respect et de considération», a dit Jean-Paul Delevoye sur BFMTV.

A huit jours de la fin du dépôt légal des candidatures en préfecture, le 19 mai, le temps presse. Un afflux de CV est arrivé dans la foulée de l'élection d'Emmanuel Macron, dont celui de l'ancien Premier ministre socialiste Manuel Valls, qui a annoncé mardi son intention de briguer l'investiture de La République en marche dans son fief de l'Essonne.

14h22: Duflot annonce avec humour sa candidature... en postant une photo de robe

La députée écolo avait eu droit à des remarques sexistes et autres huées vêtue de cette robe à fleurs. Pour annoncer qu'elle se présente à nouveau lors des élections législatives de juin, Cécile Duflot a choisi l'humour en postant la photo de cette fameuse robe: «La voilà de retour... prête pour de nouvelles aventures à l'Assemblée nationale (réponse les 11 et 18 juin...) ou ailleurs ;)» écrit-elle sur Twitter. 

 

14h18: Retour sur la relations complexe entre Manuel Valls et Emmanuel Macron

Il veut rejoindre les rangs d'En Marche!, lui n'a pas l'air ravi... Ces derniers jours, on a franchi une nouvelle étape dans la relation orageuse qui lie ces deux bêtes politiques, concurrentes mais pas si différentes. Zoom sur une relation assez compliquée....

14h10: L’humoriste Gérald Dahan candidat pro-Mélenchon dans les Hauts-de-Seine

Gérald Dahan est candidat de La France insoumise dans la 10e circonscription des Hauts-de-Seine pour les législatives, a-t-on appris jeudi de sources concordantes.

L’animateur de radio et imitateur de 43 ans annonce sa candidature sur sa page Facebook, soulignant que « c’est une circonscription difficile à gagner pour La France insoumise » et « un vrai combat politique à mener ».

« Il souhaitait apporter sa pierre à l’édifice, nous l’avons investi », a-t-on confirmé au sein de La France insoumise.

12h59: Hollande prévoit une passation de pouvoir « simple, claire et amicale »

« Je suis pour la réussite de mon pays, je souhaite qu’Emmanuel Macron puisse réussir le mandat qui lui a été confié », a déclaré le président sortant dans un aparté avec des journalistes, lors d’une visite du chantier de sa fondation La France s’engage, dans le XIIIe arrondissement de Paris.

Alors qu’on lui demandait dans quel état d’esprit il serait au moment de transmettre les clés de l’Elysée à son ex-ministre, François Hollande a affirmé son intention de « tout faire pour que ce soit simple, clair et amical ». Et de souligner : « je ne passe pas le pouvoir à un opposant politique, c’est quand même plus simple ».

« Toutes les informations, y compris les plus sensibles, lui seront données pour qu’il puisse être directement en activité dès l’heure où je lui passerai mon mandat », a aussi assuré le chef de l’Etat sortant.

François Hollande, qui compte prendre quelques jours de vacances en France après son départ de l’Elysée, a par ailleurs affirmé qu’il n’avait pas « l’intention de commenter les premières décisions » d’Emmanuel Macron.

« Il faut laisser le président prendre ses décisions, assumer ses choix et ne pas apparaître comme un conseiller, un mentor ou, pire encore, la mouche du coche », a-t-il glissé.

12h48: Marion Maréchal-Le Pen pourrait partir travailler… en Afrique

Après l’annonce de son retrait de la vie politique, que va maintenant faire Marion Maréchal Le Pen ? D’après le Point, la jeune députée pourrait partir travailler pour son père, Samuel Maréchal, à la tête d’un cabinet de conseil basé à Abidjan et à Brazzaville.

12h40: Petit café entre Jean-Louis Borloo et Jean-Paul Delevoye

Le président de la commission d’investiture de La République en marche, Jean-Paul Delevoye a rencontré Jean-Louis Borloo, dont le nom circule pour un poste de Premier ministre, ce jeudi matin dans un café proche du QG du mouvement d’Emmanuel Macron.

 

12h32: Piratage de la campagne de Macron « pilonnée » par « des forces conservatrices »
La campagne présidentielle d’Emmanuel Macron a été « pilonnée » par des « forces conservatrices », notamment russes ou américaines, a affirmé ce jeudi le directeur de la campagne numérique du président élu, Mounir Mahjoubi, en revenant sur les opérations de piratage qui l’ont visée.

« La campagne a été influencée, il y a eu des tentatives (de déstabilisation) depuis le début sur les réseaux sociaux », a déclaré Mounir Mahjoubi sur France Inter.

« Il y a eu des influenceurs, des médias nouveaux qui ont des liens directs avec des forces conservatrices parfois liés à des Etats, la Russie, mais aussi des forces conservatrices américaines, et aussi issues d’autres Etats européens, qui ont pilonné cette campagne en créant des articles très positifs vis-à-vis de Marine Le Pen et extrêmement négatifs vis-à-vis de notre campagne », a-t-il ajouté.

12h08: La pétition en ligne contre la loi Travail relancée pour mettre la pression sur Emmanuel Macron

Une pétition contre la loi Travail vient d’être relancée en ligne ce jeudi. La pétition demande au nouveau président de la République, Emmanuel Macron, qui souhaite réformer le Code du travail, de « renoncer à faire une 2e loi travail ». La première pétition, « Loi Travail : non merci », avait été lancée par Caroline de Haas au printemps 2016. Elle avait recueilli 1,3 million de signatures.

11h50: Pendant ce temps là, Manuel Valls tweete toujours...

 

11h44: Mais qui est le chef d'orchestre des investitures de REM?

On vous en dit plus sur Jean-Paul Delevoye  ici.

 

11h43: Tout doit être prêt pour le jour J...

 

11h36: Baroin en rajoute une couche sur le sort réservé par REM à Valls

« Je pense qu’il y a des règlements de comptes entre Macron et Valls qui sont d’une puissance… Et qui n’ont rien à voir avec la bienveillance qu’on nous a vendue pendant plusieurs semaines de campagne. Je n’ai jamais vu une telle violence ! », a-t-il déclaré sur France 2.

11h20: La brouille entre les communistes et La France insoumise est un « gâchis monumental » selon Ian Brossat

« C’est un gâchis monumental. Jean-Luc Mélenchon a réalisé une campagne magnifique. Nous nous retrouvons dans une situation où nous ne sommes pas foutus de nous présenter rassemblés aux élections législatives », a déclaré Ian Brossat, adjoint PCF à la mairie de Paris, sur l’échec des négociations entre le Parti communiste et La France insoumise pour les législatives.

 

11h06: Mélenchon va être reçu à Marseille par le maire LR Jean-Claude Gaudin

L’ancien candidat à la présidentielle « a demandé à être reçu par Jean Claude Gaudin, qui a accepté », indique à l’AFP l’entourage du maire.

Jean-Luc Mélenchon organise une conférence de presse à 16h30, avec les autres candidats marseillais de son mouvement.

11h00: Il n’y a « pas de pression » sur Macron concernant les déficits, dixit Moscovici

Le Commissaire européen aux Affaires économiques, Pierre Moscovici, s’est défendu jeudi de « tout message de pression » à l’adresse du nouveau président élu Emmanuel Macron, concernant les déficits publics français.

« Mon message n’est pas un message de pression, en aucun cas un message de sanction, c’est un message de confiance et de bienvenue », a dit le commissaire français, estimant que M. Macron « connaissait bien les règles européennes ».

10h51: Les raisons du choix de Marseille par Mélenchon

Le candidat de la France insoumise pour l’élection présidentielle Jean-Luc Mélenchon va donc se présenter aux élections législatives à Marseille. On vous explique son choix ici. 

 

10h49: Le Foll (PS) veut «participer à la réussite» du quinquennat de Macron

«J'ai voté Emmanuel Macron, donc le président qui a été élu, j'ai participé à son élection. Donc je vais participer à la réussite de son quinquennat. C'est pour Emmanuel Macron et c'est pour la France», a déclaré le porte-parole du gouvernement et ministre de l'Agriculture sur BFMTV et RMC.

 

10h35: Le député LR de la Drôme Hervé Mariton passe la main

Le député Les Républicains de la Drôme Hervé Mariton a annoncé jeudi sur Rmc qu’il ne se représentait pas aux législatives, préférant garder son mandat de maire de Crest et ne voulant pas « tomber dans la routine ».

 

10h31: Jadot (EELV) annonce qu’il rejoint le mouvement lancé par Hamon

Yannick Jadot (EELV) a annoncé sur LCI jeudi qu’il rejoint le mouvement transpartisan lancé par le socialiste Benoît Hamon, tout en appelant à la « convergence » de « toutes les initiatives », notamment entre ce mouvement et celui d’Anne Hidalgo et Martine Aubry « Dès demain ».

 

10h18: Anne Hidalgo est lassée par les discours pessimistes sur le PS

 

10h13: La liste des candidats investis par REM dévoilée à 14h30

Une conférence de presse aura lieu.

10h08: Une manière originale de faire campagne

Bernard Martin, candidat EELV dans la 5e circonscription d'Ille-et-Vilaine va sillonner les communes de Bretagne pour échanger avec les habitants. Voyageant à pied, il espère pouvoir dormir chez certains d'entre eux. On vous raconte son histoire ici. 

 

10h05: Le retrait de Marion Maréchal-Le Pen de la vie politique inspire les dessinateurs…

 

10h: La levée du suspens c'est pour aujourd'hui...

 

9h54: Baroin fait la promo des candidats LR sur Twitter

 

9h50: Mennucci montre les crocs

Sur Facebook, il a été encore plus clair.

 

9h46: L’attitude du PS envers Valls est « une honte » selon Didier Guillaume

« Par rapport à ce qu’il est comme homme politique (…) ce qu’il a donné à la gauche, ce qu’il a fait pour la gauche (…) ce qu’il prend aujourd’hui sur la figure est une honte », a déclaré Le président du groupe PS au Sénat, Didier Guillaume, sur Radio Classique/Paris première.

9h29: Dix candidats soutenus par La France insoumise : « Merci Monseigneur », ironise Pierre Laurent

« Merci Monseigneur » : le secrétaire national du Parti communiste Pierre Laurent a ironisé jeudi sur le soutien par le mouvement de Jean-Luc Mélenchon de dix candidats communistes pour les législatives de juin.

« J’ai entendu Jean-Luc Mélenchon présenter ça comme un geste magnifique, merci Monseigneur », a raillé Pierre Laurent sur France Inter.

Mercredi, alors que Pierre Laurent avait dit « regretter profondément » l’échec des discussions en vue d’un accord pour les législatives avec La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon avait rappelé que plus de dix candidats communistes avaient été investis par LFI, dont leur ancienne secrétaire nationale, Marie-George Buffet.

« Non, il y a une place du Parti communiste qui est un peu plus importante sur le terrain », a argué Pierre Laurent, qui a pour autant relativisé l’échec des négociations.

9h25: Carvounas enjoint Valls à revenir « dans la maison des socialistes »

« Je regrette son choix et moi tout ce que je veux, c’est que demain Manuel Valls rejoigne les bancs du groupe socialiste », a déclaré Luc Carvounas, sénateur-maire d’Alfortville (Val-de-Marne) sur Sud radio/Public Sénat.

« Manuel tu es mon ami et ta place elle est à nos côtés dans la maison des socialistes », a-t-il continué.

« On a le droit de se tromper », a-t-il ajouté, se disant peu favorable aux mesures d’exclusion de l’ancien Premier ministre, dont il était l’un des très proches, mais avec qui il a « une divergence profonde » depuis sa décision de demander l’étiquette du mouvement d’Emmanuel Macron pour les législatives de juin.

Il a aussi estimé qu’il y avait « beaucoup de mépris » dans l’attitude du parti du président élu envers Manuel Valls, dont la candidature n’a pas été validée.

9h21: Selon Accoyer, aucun candidat des Républicains aux législatives de juin n’a répondu aux « appels du pied » de la République en marche

« J’ai eu des remontées (mercredi) me disant "j’ai été appelé pour me proposer de devenir candidat En Marche !" », a déclaré Bernard Accoyer, le secrétaire général des Républicains, Bernard Accoyer sur RFI, ajoutant « qu’hier encore », le président de la Commission d’investiture d’En Marche ! Jean-Paul Delevoye « et son entourage appelaient des élus LR et UDI pour proposer des débauchages individuels ».

« Il n’y a pas de candidat aux législatives des Républicains qui ait cédé à ces appels du pied », a-t-il assuré. Selon le député LR, le renouvellement promis par Emmanuel Macron « est un renouvellement qui en a le nom, mais méritera d’être regardé de plus près ».