François Bayrou et François Hollande, le 4 juin 2012, à l'Elysée.
François Bayrou et François Hollande, le 4 juin 2012, à l'Elysée. - P.WOJAZER / REUTERS

M. Go.

Le soir de sa défaite aux législatives, François Bayrou avait décidé de ne plus s’exprimer. Un mois plus tard, le président du MoDem se confie à nouveau. «Le silence est utile» confie-t-il, à Europe 1 avant de revenir sur le contexte de son printemps difficile. «Quand vous allez au bout de vos idées, vous avez parfois des moments difficiles. D'autres ont vécu ça», détaille Bayrou en citant Lionel Jospin «devenu Premier ministre quelques années après avoir été battu aux législatives.»

Hollande «apaise»

En chute dans les sondages d’opinion (52% d’opinion positive en baisse de 8 points dans le baromètre Ifop pour Paris Match) le 5e homme de la présidentielle 2012 ne regrette pas d’avoir voté François Hollande. L'ancien député trouve ainsi que le chef de l'Etat «apaise», contrairement à Nicolas Sarkozy. «Le président a bien réussi sa séquence européenne et son sommet social», estime François Bayrou qui se dit préoccupé par deux sujets du début de quinquennat: l'Europe et l'emploi.

Avec des finances en berne et un seul député (Jean Lassalle), le parti centriste de Bayrou traverse une période difficile. Il se réunira lors d’une université d’été en septembre.