Christian Jacob, le patron des députés UMP, en course pour sa réélection, le 19 juin 2012 à Paris.
Christian Jacob, le patron des députés UMP, en course pour sa réélection, le 19 juin 2012 à Paris. - K. TRIBOUILLARD / AFP

Anne-Laëtitia Béraud

L’Assemblée nationale bruisse ce mercredi matin: Depuis 11h se tient l’élection du président du groupe UMP. Les 194 députés de cette formation votent à bulletin secret. Outre Christian Jacob, président sortant et appuyé par Jean-François Copé, sont candidats Xavier Bertrand, soutenu par François Fillon, et Hervé Gaymard. Après un temps d’hésitation, le radical Jean Leonetti a jeté l’éponge.

Les députés UMP éliront également ce matin les deux premiers vice-présidents du groupe, postes pour lesquels les deux sortants, Christian Kert et Bernard Deflesselles, sont candidats.

Election à l'automne du patron du parti

Mais cette élection pour la présidence du groupe à l’Assemblée semble surtout préfigurer celle qui se tiendra à l’automne, lors d’un grand congrès du parti, pour la présidence de l’UMP. Elle verra s’opposer l’actuel secrétaire général, Jean-François Copé à l’ancien Premier ministre François Fillon. Un choix entre deux hommes mais aussi et surtout entre deux stratégies pour l’avenir du parti: poursuivre la ligne sarkozyste de la «droitisation» avec le premier ou appuyer pour un «recentrage» du parti avec le second. 

Dans chaque camp, on fait une promotion plus ou moins discrète de son protégé et on compte les voix. Mardi sur Europe 1, Jean-François Copé a ainsi qualifié Christian Jacob de «combattant au sens le plus noble du terme, là ou à l'Assemblée il faudra être combatif face à des projets socialistes qui inquiètent la France». Xavier Bertrand, lui, a expliqué sur RTL vouloir incarner «une opposition combative, résolue» car «il y a aujourd’hui une nouvelle donne politique». Il s'est même prévalu de l'appui de Nicolas Sarkozy, que ce dernier, furieux, a fait démentir par ses proches.

Gaymard peut-il handicaper Bertrand?

Le sortant Christian Jacob apparaît favori tandis que Xavier Bertrand espère qu’Hervé Gaymard ne l’empêchera pas d’obtenir une courte majorité. Ce dernier aurait aimé compter sur la quarantaine de voix qu’il avait obtenu en 2010, lorsqu'il s’était présenté à la présidence de ce groupe, pour rafler la mise.

Mais élu ou battu, les candidats se retrouveront vite, une réunion du groupe UMP étant programmée ce mercredi après-midi.