Valérie Trierweiler, la compagne de François Hollande.
Valérie Trierweiler, la compagne de François Hollande. - WITT/SIPA

Matthieu Goar

«L’affaire» du soutien de Valérie Trierweiler à Olivier Falorni n’aura sans doute aucune conséquence dans les urnes, dimanche. Mais l’initiative est jugée sévèrement par l’opinion. Selon le sondage CSA pour 20 Minutes, BFMTV et RMC, 48% des personnes interrogées désapprouvent cette initiative et 66% trouvent «injustifié» que la compagne du président de la République prenne des positions publiques dans la vie politique. «Les sondés semblent très attachés à une séparation stricte entre les sphères publique et privée. Finalement, pour les Français, le statut de la compagne semble tout à fait clair», résume Jérôme Sainte-Marie, de l’institut CSA.

Les sympathisants PS plus sévères

Comme les dirigeants socialistes, Martine Aubry ou Jean-Marc Ayrault demandant «plus de réserve» de la part de Trierweiler, les partisans du Président sont d’ailleurs particulièrement sévères: 55% des sympathisants PS désapprouvent son intervention dans la «bataille» de La Rochelle. «Pour le moment, l’affaire, surtout si elle se calme, n’aura pas d’immenses conséquences politiques. Elle pourrait commencer à en avoir si les Français estiment que le Président n’arrive pas à mettre de l’ordre dans tout ça. L’image du pouvoir pourrait alors en pâtir», conclut Sainte-Marie.