Législatives: Revivez la journée politique du jeudi 14 juin

156 contributions
Publié le 14 juin 2012.
>> Ce live est désormais terminé. Pour retrouver une synthèse des événements de la journée, cliquez ici.


19h42: François Hollande refuse de répondre au sujet du tweet embarrassant de sa compagne
Lors d'une conférence de presse à Rome à l'issue d'un entretien avec le chef du gouvernement italien Mario Monti, il a indiqué: «Je ne répondrai pas ici et à ce sujet», en réponse à un journaliste.

19h39: «La République a besoin de Jack Lang», estime Peillon
«La gauche a besoin de Jack Lang, la République a besoin de Jack Lang: ne ratez pas cette occasion, renvoyez-le nous à l'Assemblée dimanche prochain», a insisté le ministre de l'Education devant des parents d'élèves de Saint-Dié. Jeudi après-midi, Jack Lang et Vincent Peillon se sont rendus au musée Jules Ferry, qui fut député de Saint-Dié et ministre de l'Education nationale. «Avant d'arriver dans les Vosges, Jules Ferry était député de la Seine», a rappelé la conservatrice du musée, faisant écho au parcours de Jack Lang, jusqu'alors député du Pas-de-Calais, mais qui récuse être «parachuté» au motif qu'il est né dans les Vosges il y a 72 ans.

19h11: Kosciusko-Morizet l'emporterait de peu dans l'Essonne, selon l'Ifop
La députée sortante UMP l'emporterait à 51,5% des suffrages contre son rival socialiste Olivier Thomas, qui totaliserait lui 48,5% des voix dans la 4ème circonscription de l'Essonne, selon un sondage Ifop pour Fiducial diffusé ce jeudi. Le duel entre l'ex-ministre de l'Ecologie et le candidat PS s'annonce toutefois serré, souligne l'institut de sondage.
En dépit de l'appel lancé par Marine Le Pen à faire battre Nathalie Kosciusko-Morizet, les électeurs de Brigitte Dupin (11,4%), candidate soutenue par le Front National, se reporteraient majoritairement sur Nathalie Kosciusko-Morizet au second tour. 53% d'entre eux voteraient en effet pour cette dernière, contre 18% qui se tourneraient vers Olivier Thomas.
Ce sondage a été réalisé du 12 au 13 juin auprès d'un échantillon de 604 personnes, représentatif de la 4e circonscription de l'Essonne, âgée de 18 ans et plus.

19h09: Les Français partagés sur le «ni-ni» de l'UMP au second tour
Interrogés sur le fait de savoir si cette prise de position «contribue à banaliser les idées du Front national», 48% des Français interrogés répondent oui, 45% non, et 7% ne se prononcent pas, selon un sondage CSA/L'Humanité publié ce jeudi. Les sympathisants de gauche sont 55% à dire oui, et 39% non. A l'UMP, ils sont 37% à répondre oui, et 55% non. Enfin 53% des sympathisants du Front national jugent que la position de l'UMP peut contribuer à banaliser les idées du FN, contre 43% qui disent non et 4% qui ne se prononcent pas.

19h: Le MoDem appelle à voter PS contre NKM dans l'Essonne
La candidate MoDem dans la 4e circonscription de l'Essonne, Brigitte Nguyen, a fait ce choix car «ces derniers jours, et c'est ce qui m'a décidé à prendre parti pour ce second tour, Nathalie Kosiuscko-Morizet, qui poursuit clairement une carrière personnelle, a franchi la ligne rouge en tentant de faire croire qu'Olivier Thomas était le candidat du Front National alors même que c'est l'UMP (comme aux présidentielles) partout dans le pays qui drague les voix du FN», écrit-elle dans un communiqué.


17h44: S'il est élu, Falorni ne sera «jamais» dans le groupe socialiste, prévient Aubry
La première secrétaire du PS, l'a affirmé ce jeudi: «En cas de victoire, il ne sera jamais dans le groupe de gauche à l'Assemblée nationale. (...) S'il est élu à La Rochelle dimanche soir, il le sera grâce aux voix de la droite et à celles du Front national», a-t-elle ajouté. Martine Aubry a aussi estimé que «les candidats soutenus par le Front national se moquent totalement des électeurs du Front national, ils ne veulent que leurs voix».

17h38: Ayrault veut tourner la page du «conservatisme» dans la Sarthe
Le Premier ministre a souligné la possibilité de tourner «la page d'une certaine forme de conservatisme» dans ce département qui pourrait connaître une vague rose dimanche. Même si la 5e circonscription est difficile pour le PS, les quatre autres sont susceptibles de revenir à la gauche dimanche. «Je dois dire que je suis heureux du score de la gauche dans la Sarthe», a déclaré Jean-Marc Ayrault à Coulaines. «Dimanche prochain, j'ai confiance dans le vote des habitants de ce département qui tournent peu à peu la page d'une certaine forme de conservatisme et qui se disent que le changement qui est engagé à l'échelle nationale, ils souhaitent y participer pleinement», a-t-il ajouté. Il a encore souligné qu'il y avait dans la Sarthe «des circonscriptions qui peuvent venir renforcer le changement en marche», avant de se rendre en Mayenne puis dans le Maine-et-Loire pour soutenir d'autres candidats socialistes.

17h30: Copé veut «des candidats de la nouvelle génération qui s'engagent»
Le secrétaire général de l'UMP s'est rendu dans les XVIIIe, XIIe et XIIIe arrondissements ce jeudi pour apporter son soutien aux candidats Pierre-Yves Bournazel, Benjamin Lancar, Charles Beigbeder, Nathalie Fanfant, Jacques-Yves Bohbot, Jean-Pierre Lecoq et Chenva Tieu. Lors d'une halte dans une brasserie de la place Dausmenil, il a notamment loué les qualités de Nathalie Fanfant -«qui incarne le renouvellement des générations et le profil de la reconquête de l'est parisien»- et de son ami Charles Beigbeder, «une valeur d'avenir» qui a «fait le choix de venir dans une circonscription qui a vu beaucoup trop de passagers». «Charles, il est là aujourd'hui (...) et quel que soit le résultat de dimanche», «il sera là lundi, mardi et ensuite... Je m'en porte personnellement garant», a lancé Jean-François Copé. «Si je vous dis ça, c'est parce que le nomadisme électoral à Paris, c'est fini!», a-t-il asséné, sans préciser qui il visait. «Moi je veux maintenant des candidats de la nouvelle génération qui s'engagent.»

17h10: Mélenchon demande à ses partisans d'oublier leur «rancune»
Jean-Luc Mélenchon a apportéun soutien «franc et massif» au candidat socialiste Philippe Kemel, opposé à Marine Le Pen dimanche au second tour des élections législatives dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais.
Le leader du Front de gauche, qui participait à une conférence de presse à Hénin-Beaumont en compagnie de Philippe Kemel et de la candidate écologiste Marine Tondelier, a déclaré en direction des électeurs de sa circonscription: «Je les adjure de ne pas s'abandonner à la rancune, à la rancoeur, il faut être mobilisé, être présent le jour du vote.»

16h25: Thierry Solère, candidat dissident à Boulogne-Billancourt, va porter plainte contre Claude Guéant
«Les documents de la campagne de Guéant évoquent maintenant la déportation de mon grand père à Buchenwald.  J'ai demandé à mon avocat de déposer plainte. La campagne n'autorise pas tout», écrit-il sur Twitter.
En cause, un communiqué diffusé ce jeudi matin dans lequel un conseiller municipal de Boulogne écrivait «en janvier dernier (Thierry Solère) n’a pas hésité à diffuser la photo de son grand-père, déporté au camp de Buchenwald, pour justifier sa candidature contre Claude Guéant».
 

 16h20: Mélenchon est «un cas psychiatrique» selon le FN
L'équipe de campagne de Marine Le Pen a qualifié ce jeudi Jean-Luc Mélenchon de «cas psychiatrique», après son soutien affiché au candidat socialiste Philippe Kemel dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais. «Triste destin que celui de Mélenchon, que l'orgueil a conduit ici et que seules ses névroses poussent à rester. Il est l'illustration du moment où le politique bascule dans la psychiatrie», déclare le FN Nord/Pas-de-Calais, dans un communiqué.

16h: Loire-Atlantique: Après avoir reçu le soutien du FN,  Philippe Boënnec dit bénéficier de celui  de cadres de l'UMP
Le candidat UMP Philippe Boënnec, qui a reçu mardi le soutien de la frontiste  Marguerite Lussaud dans la 9e circonscription de Loire-Atlantique, se dit également soutenu par des cadres de l’ex-majorité, indique-t-il dans un communiqué.
François Fillon, Xavier Bertrand, Patrick Ollier, Bernard Accoyer, Christian Jacob et André Trillard (sénateur de Loire-Atlantique) «apportent tout leur soutien à Philippe Boënnec dans le cadre des élections législatives 2012», est-il écrit. «Député de terrain, actif à l’Assemblée Nationale, il porte les valeurs d’union de la Droite et du Centre, humanistes et républicaines», poursuit le texte.
 

15h44: La candidate UMP à Hénin-Beaumont en 2002 appelle à voter Marine Le Pen
Le Front national a diffusé un communiqué dans lequel Muriel Bury-Crombez, candidate UMP à Hénin-Beaumont en 2002 appelle à voter «sans réserve» pour Marine Le Pen au second tour des législatives.
«Il est du devoir des patriotes et de ceux qui défendent une moralisation de la vie politique de faire battre M. Kemel [le candidat PS] qui représente la perpétuation d’un système socialiste délétère», écrit-elle.  «Notre  département et notre région ont un besoin vital d’un contre-pouvoir et Marine Le Pen sera celui-là», conclut-elle. 
 

14h35: Harlem Désir: «l'UMP est dans une dérive indigne et dangereuse avec le FN

Le numéro 2 du Parti socialiste Harlem Désir a affirmé ce jeudi que l'UMP était dans une «dérive indigne et dangereuse» avec le Front national, contrairement à ce qu'affirme son secrétaire général Jean-François Copé. Jeudi matin, Jean-Frnaçois Copé avait affirmé: «Notre marque de fabrique, c'est de ne jamais avoir fait d'alliance électorale avec les dirigeants du Front National» (lire post de 9h25). «La marque de fabrique de l'UMP aujourd'hui, c'est la dérive sur les valeurs, l'ambiguité sur les accords locaux de ses candidats avec le FN dans plusieurs départements et le manque de courage sur la République face à l'extrême droite», a répliqué Harlem Désir dans une déclaration à l'AFP.
 

14h23: Marine Le Pen dénonce les «histoires de slip de la présidence»
«Au moment où la zone euro est en voie d'effondrement et qu'il y a des choix fondamentaux à faire pour notre pays, cette élection législative est prise en otage par les histoires de slips de la présidence et les scènes de ménage», a commenté lLa présidente du Front national. «Je pense qu'elle est peut-être la première dame, mais qu'elle n'est pas une grande dame. J'ai trouvé cela pitoyable. Très rapidement, nous allons subir le sarkozysme de gauche», a-t-elle ajouté.

14h03: La majorité absolue pour le PS et ses alliés, selon une projection Ifop
Le PS et ses alliés, sans Europe Ecologie-Les Verts ni le Front de gauche, disposeraient de la majorité absolue à l'Assemblée nationale avec un nombre de sièges compris entre 297 et 332, selon une projection de l'institut Ifop publiée ce jeudi. De son côté, grâce à l'accord conclu avec le PS, Europe Ecologie-Les Verts obtiendrait entre 13 et 20 sièges et serait en mesure de constituer un groupe parlementaire. En revanche, le Front de gauche n'est pas sûr d'être dans ce cas de figure avec une fourchette comprise entre 8 et 10 sièges alors qu'actuellement il faut 15 sièges pour constituer un groupe.
A droite, l'UMP et ses alliés (apparentés, Nouveau centre, Parti radical) remporteraient de 210 à 277 sièges. Le Front national pourrait faire son retour à l'Assemblée, obtenant de 0 à 3 sièges. Le MoDem en aurait 1 ou 2. Deux à cinq sièges reviendraient à d'autres députés.

13h55: Le FN retire des tracts appelant à voter PS contre NKM
Le Front National va cesser de distribuer des tracts appelant à voter PS pour faire battre l'ex-ministre UMP Nathalie Kosciusko-Morizet dans la quatrième circonscription de l'Essonne, qui avaient commencé à circuler, a indiqué le parti.
Ce document «ne sera plus diffusé, à la demande du parti», selon Brigitte Dupin, candidate du Rassemblement Bleu Marine (Front national et alliés) éliminée avec 11,39% des voix au premier tour.
Le document, distribué mercredi à 30 exemplaires et titré «Faites barrage à NKM, votez PS avec le Front national», porte le logo du parti. «Ce tract est une initiative personnelle de Mme Dupin. Nous lui avons demandé de ne pas le distribuer», a précisé à l'AFP Wallerand de Saint-Just, directeur adjoint de la campagne législative.

13h45: Le socialiste Gilles Catoire porte plainte contre Patrick Balkany
La plainte du maire socialiste de Clichy-la-Garenne vise des faits de «menaces et violences par une personne dépositaire de l'autorité publique sur une personne dépositaire de l'autorité publique». Mercredi soir, Patrick Balkany a «tenté de l'agripper en tenant des propos incompréhensibles», a raconté son entourage. Selon la femme de son rival UMP aux législatives dans la 5e circonscription des Hauts-de-Seine, «il y a eu zéro incident. Patrick a voulu dire à Gilles Catoire d'arrêter les attaques personnelles et de faire de la politique. M. Catoire s'est mis à courir et là il l'a attrapé par la capuche de sa parka pour essayer de lui parler. Rien de plus».
A l'origine de cet énervement, le contenu de la profession de foi du candidat socialiste, dans laquelle Patrick Balkany s'estime victime d'attaques personnelles. «Gilles Catoire n'a pas voulu répondre et des personnes présentes sont tout de suite intervenues pour maîtriser Patrick Balkany, et empêcher celui-ci d'agresser physiquement Gilles Catoire», selon l'entourage du candidat socialiste.

 13h05: Olivier Falorni: «Mme Royal est en train de perdre les pédales»
Le candidat socialiste dissident dans la 1ère circonscription de Charente-Maritime, dénonce au micro de France info les «attaques odieuses» et les «injures» de Ségolène Royal. Cette dernière a estimé mercredi soir que «Falorni = Sarkozy» et que son maintien constituait «une forme de trahison politique qui s'apparente à celle d'Eric Besson en 2007».
«Mme Royal est en train de perdre ses nerfs, de perdre son contrôle, de perdre les pédales», déclare Olivier Falorni, qui assure: «Moi, je ne tomberai pas dans ce genre d'insulte qui décrédibilise son auteur». «J'invite Mme Royal à cesser ses injures et à retrouver un peu de dignité», conclut-il.

 

 12h35: Gilles Catoire, l'adversaire PS de Patrick Balkany dans les Hauts-de-Seine, dit avoir «fait l'objet d'une tentative d'agression»

«Je vais te casser la gueule», aurait lancé Patrick Balkany à Gilles Catoire, en l'attrapant par le col, selon un blog de Mediapart.

 12h05: Claude Bartolone n'exclut pas de briguer la présidence de l'Assemblée

Claude Bartolone, député socialiste sortant de Seine-Saint-Denis, n'a pas exclu ce jeudi sur Europe 1 la possibilité qu'il présente sa candidature à la présidence de l'Assemblée nationale - que devrait briguer Ségolène Royal, si elle était élue à La Rochelle. Interrogé à ce sujet, le député a commencé par déclarer qu'il fallait «d'abord respecter les électeurs et les candidats qui se battent sur le terrain». Lui-même est en ballottage très favorable pour le deuxième tour, dimanche prochain.
 

 11h45: L'hommage de François Hollande aux soldats tués

 10h24: François Hollande est en train de rendre hommage aux soldats tués en Afghanistan
Le chef de l'Etat prononce un discours aux Invalides, en hommage aux quatre soldats tués samedi en Afghanistan, en présence - notamment - de Nicolas Sarkozy. Ces hommes «sont morts pour des valeurs justes et hautes: la paix, la démocratie, la souveraineté des peuples», souligne François Hollande.

10h14: Raffarin: «Il ne faut pas banaliser l’extrême droite»
L’ex-Premier ministre a estimé sur France Inter ce matin qu’il ne fallait pas «banaliser l’extrême droite». «Et tous ceux qui sont tentés par un accord avec l’extrême droite, je pense que l’UMP doit les condamner», a-t-il ajouter, citant précédemment le cas de Roland Chassain  qui a retiré sa candidature dans la 16e circonscription des Bouches-du-Rhône, au profit du Front national. «Le FN n'a pas changé», a par ailleurs souligné Jean-Pierre Raffarin, qui a reconnu que l'UMP avait fait «un certain nombre d'erreurs en focalisant des débats sur la droite». «Tout ceci peut avoir un certain nombre de conséquences, mais les Français ont tranché, et c'est M. Hollande qui est président».



10h Gard: La suppléante de l’UMP Etienne Mourrut agressée
Eline Enriquez-Bouzanquet, la suppléante du candidat UMP Etienne Mourrut, qui a décidé de se maintenir dans la 2e circonscription du Gard où le FN Gilbert Collard est arrivé en tête, a été agressée mercredi soir, selon France bleu Gard-Lozère. La femme a été notamment frappée au visage par un inconnu qui lui aurait dit «Vous soutenez les arabes, la prochaine ce sera au tour d'Etienne Mourrut». Elle a été hospitalisée. La candidate PS Katy Guyot a condamné cette agression dans un communiqué. «Je suis scandalisée par cette agression et souhaite à Eline Enriquez-Bouzanquet un bon rétablissement», écrit-elle, jugeant que «Le débat démocratique nécessite sérieux et sérénité, il ne saurait sombrer dans la virulence, la violence ou la haine». 

 9h50: «Tu vas voir ce dont je suis capable» aurait dit Trierweiler à Hollande
Selon la journaliste du Point Anna Cabana, Valérie Trierweiler, mécontente, aurait appelé François Hollande mardi matin, après avoir appris qu'il avait écrit un mot de soutien à Ségolène Royal sur sa profession de foi. «Tu vas voir ce dont je suis capable», lui aurait-elle dit. Un peu plus d'une heure plus tard, Valérie Trierweiler publie son tweet de soutien à Olivier Falorni.

Voir le récit de la journaliste, sur BFMTV (à 1'20) 

 9h45: L'affaire Trierweiler, «c'est fini», estime Claude Bartolone
Le président du conseil général de Seine-Saint-Denis a déclaré sur Europe 1 que «tout ce qui devait être dit sur cette affaire a été dit». «Maintenant, tous les socialistes et toute la gauche doivent être aux côtés de nos candidats qui représentent la gauche».



9h25: Jean-François Copé: «Nous devons dire à ceux qui votent FN qu’on entend leur message 5 sur 5»
Le secrétaire général de l’UMP a assuré ce mardi sur BFMTV que «notre marque de fabrique (à l’UMP), c’est de ne jamais avoir fait d’alliances électorales avec les dirigeants du Front National», estimant que «la contrepartie c’est que nous ne devons avoir aucun tabou sur les grands sujets qui engagent les Français». «Regardez comment Mme Le Pen désigne des gens qu’elle met sur liste noire. Elle a mis des gens de la valeur et de la qualité de Nathalie Kosciusko-Morizet sur une liste noire», a continué Jean-François Copé. «Nous ne devons pas faire d’alliances avec les dirigeants du Front National mais nous devons dire à ceux qui votent FN que leur message, on l’entend 5 sur 5», a-t-il insisté. 
 

9h05: Trierweiler doit être «plus discrète», estime Aubry
Martine Aubry, première secrétaire du PS, a jugé ce jeudi que Valérie Trierweile devait être «plus discrète». Pressée de questions par RTL sur le tweet polémique de la Première dame et ses répercussions, la maire de Lille a dit: «Je pense qu'il faut qu'elle soit plus discrète. Jean-Marc Ayrault l'a dit et il a raison». 



 8h55: Royal évoque «un coup violent» après le tweet de Trierweiler, et compare Falorni à Besson
«Je n'ai pas voulu volontairement réagir hier (mardi) car le coup était trop violent, ça ne veut pas dire que je ne suis pas meurtrie, je ne suis pas un robot...», a déclaré Ségolène Royal lors d'une réunion électorale à La Rochelle. «Je demande le respect par rapport à une mère de famille dont les enfants entendent ce qui se dit...», a ajouté l'ancienne candidate à la présidentielle. Dans un entretien à Libération ce jeudi, elle estime que le maintien de la candidature d'Olivier Falorni face à la sienne est «une forme de trahison politique qui s'apparente à celle d'Eric Besson en 2007».
>> Le détail par ici

 Bonjour, et bienvenue à tous. Nous allons suivre ensemble l'actualité des légisaltives, à trois jours du second tour.

E.O.
publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr