François Hollande et Jean-Marc Ayrault le 15 mai 2012, jour de l'investiture du président de la République.
François Hollande et Jean-Marc Ayrault le 15 mai 2012, jour de l'investiture du président de la République. - PASCAL ROSSIGNOL / POOL / AFP

Alexandre Sulzer

Des préférences assez claires. Le dernier baromètre CSA pour 20 Minutes, BFM TV et RMC met en évidence que les Français attendent du gouvernement la mise en œuvre prioritaire de mesures économiques et sociales.

Ainsi, 51% d’entre eux citent le contrat de génération comme étant la première ou la seconde mesure que l’exécutif doit mettre en place. Une proposition qui semble faire consensus puisqu’elle est citée en priorité aussi bien par les électeurs de premier tour de François Hollande (47%) que de François Bayrou (61%), Nicolas Sarkozy (61%) et Marine Le Pen (54%). Un plébiscite pour une mesure pourtant technique.

La hausse du smic attendue

Autre mesure attendue rapidement: l’augmentation du smic, citée par 44% des sondés. Une hausse, mais une hausse modérée, puisque 57% des Français souhaitent que le salaire minimum soit «augmenté légèrement», contre 35% qui souhaitent une hausse forte. Seuls 7% aimeraient qu’il «ne soit pas augmenté».

«C’est tout bénéf pour le gouvernement qui ne subit pas de pression forte», souligne Jérôme Sainte-Marie, directeur Opinion de CSA. D’ailleurs, le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a indiqué il y a quelques jours que le coup de pouce n’excédera pas 5%. «Les Français sont réalistes en période de crise, réagit le député Bruno Le Roux, futur candidat à la présidence du groupe socialiste à l’Assemblée nationale. Ils veulent qu’un signe soit donné en matière de redistribution, mais savent que la compétitivité des entreprises doit être préservée.» Il reconnaît que les propositions sociétales, comme le vote des étrangers, sont moins prioritaires: «Elles demandent un travail de pédagogie avant leur mise en œuvre.»

 

Réalisé par téléphone les 5 et 6 juin sur un échantillon national représentatif de 1.003 personnes, dont 875 inscrites sur les listes électorales, selon la méthode des quotas.