Législatives: Un scénario tout en rose

41 contributions
Publié le 14 mai 2012.

ANALYSE - Après les législatives, la gauche pourrait avoir tous les pouvoirs...

François Hollande ayant emporté la présidentielle, la gauche pourrait en profiter pour sortir victorieuse des législatives de juin. Et ainsi détenir tous les pouvoirs. Une première pour la Ve République, puisque sous François Mitterrand, le Sénat était resté à droite. Après la bascule du Sénat à gauche en septembre 2011 et la victoire du PS aux régionales de 2010 – à l’exception de l’Alsace –, l’Assemblée nationale serait donc l’ultime prise socialiste. Et donnerait «une marge de manoeuvre inédite à la gauche», confirme Jean Garrigues, président du Comité d’histoire parlementaire et politique.

Pas de VIe République en vue

Hollande pourrait mettre en place son projet de «nouvelle République», à travers une série de réformes. «Elles se feront en début de mandat, à l’automne, mais rien n’est arrêté, précise André Vallini, en charge des institutions au sein de l’équipe de campagne.» La gauche pourrait modifier la Constitution, y inscrire le droit de vote des étrangers aux élections locales et la loi de 1905 sur la laïcité ou supprimer la Cour de justice de la République et l’immunité pénale du chef de l’Etat. Condition sine qua non: atteindre le quorum de 3/5e des membres du Congrès.

Le constitutionnaliste Guy Carcassonne a sorti sa calculette: «Sur les 925 parlementaires, il en faudrait 555 de gauche. Comme il y a déjà 176 sénateurs de gauche, il faudrait ainsi que 370 députés de gauche soient élus en juin (sur 577), ce qui semble beaucoup.»

«Les différences se verront dans la manière d’être président»

Le PS aura donc à négocier avec des députés de la gauche de la gauche, «des centristes ou même des élus de droite qui partagent les mêmes valeurs», concède Vallini. En revanche, pour d’autres réformes structurelles comme le non-cumul des mandats, pas besoin d’atteindre le quorum, une majorité suffirait.

Mais d’autres problèmes, politiques sont possibles. «A l’intérieur de cette majorité, des rapports de force s’exerceront», explique Rémi Lefebvre, historien du PS. Pas de VIe République en vue: «Plus qu’une question de numéro, nous allons démocratiser cette république. Les fondamentaux vont rester, mais les différences se verront dans la manière d’être président», conclut André Vallini.

Lucie Romano

Des précédents assez récents

En cas de victoire aux législatives, ce serait la première fois que la gauche dominerait autant les échelons de l’Etat, mais cela est arrivé à la droite. Entre 1995 et 1997, la plupart des régions, des départements ainsi que l’Elysée, les deux assemblées étaient sous son contrôle. Même scénario entre 2002 et 2004 avant la défaite de l’UMP aux élections régionales.

Contributions : La sélection de 20 Minutes

Chargement des contributions en cours

publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr