François Bayrou, candidat MoDem à la présidentielle, lors d'une conférence de presse à Paris, le 3 avril 2012.
François Bayrou, candidat MoDem à la présidentielle, lors d'une conférence de presse à Paris, le 3 avril 2012. - CHAMUSSY/SIPA

Anne-Laëtitia Béraud

Rassembler les centristes en vue des élections législatives. Voilà le souhait qu’a émis ce jeudi après-midi François Bayrou, le président du Mouvement démocrate (MoDem), appelant les centristes, aujourd’hui divisés en chapelles, à un «label» centriste «fédérateur». Ce «pôle» prendrait le nom de «Centre pour la France».

L’ancien candidat à la présidentielle, qui a totalisé 9,1% des voix au premier tour, a indiqué lors d’une conférence de presse au QG du parti que les centristes qui souhaiteraient rejoindre ce «pôle» devraient signer une «charte d’engagement» afin de rompre avec la tradition d’un centre considéré comme «toujours à droite».

Un label plutôt qu’un nouveau parti

François Bayrou souhaite ainsi représenter au Parlement une opposition constructive, loin «des sectarismes de tout bord», alors que «la crise vient, plus vite et plus dure» qu’on ne le pense.

«Il faut au Parlement un courant politique indépendant qui cherche non pas l'échec des gouvernants mais le succès de la France», a notamment déclaré François Bayrou. A propos du président élu, François Hollande, «qui n’est pas ressenti comme un homme d’affrontement», le responsable centriste a indiqué n’avoir eu avec lui «ni marchandage, ni contact personnel ou par le biais d’un émissaire» avant ou après la présidentielle.

François Bayrou s’est par ailleurs prononcé contre une entrée au gouvernement de responsables MoDem au gouvernement de François Hollande, estimant que cela créerait une «confusion».