Présidentielle: Nicolas Sarkozy s'apprête à redevenir «un Français parmi les Français»

60 contributions
Publié le 7 mai 2012.

DISCOURS - Nicolas Sarkozy, vaincu, remercie son camp et les Français qui ont voté pour lui...

Devant un parterre de partisans réunis à la Mutualité à Paris, Nicolas Sarkozy, vaincu par son adversaire socialiste François Hollande à l’élection présidentielle, a réalisé un court discours en forme d’adieu.

>> Retrouvez tous les résultats près de chez vous avec notre carte interactive par ici

Il a d’abord remercié son camp et les Français qui ont voté pour lui: «Je veux remercier tous les Français pour l’honneur qu’ils m’ont fait, de m’avoir choisi pour présider notre pays pendant cinq ans. Jamais je n’oublierai cet honneur. Dans la vie d’un homme, présider aux destinées de la France, c’est quelque chose que je ne pourrais jamais oublier, c’est un honneur immense.»

«Je porte toute la responsabilité de cette défaite»

Il a ensuite retracé son mandat: «J’ai consacré toute mon énergie, de la première à la dernière seconde. J’ai essayé de faire de mon mieux, pour protéger les Français des crises sans précédents qui pendant cinq années ont ébranlé le monde, et pour que la France en sorte plus forte.»

«J’ai tout fait pour faire gagner les idées qui nous rassemblent, je n’ai pas ménagé ma peine, je me suis engagé totalement, pleinement. Je n’ai pas réussi à convaincre une majorité de Français (…). Ensemble nous avons fait une campagne inoubliable contre toutes les forces, et Dieu qu’elles étaient nombreuses, coalisées contre nous. Mais je n’ai pas réussi à faire gagner nos valeurs», a-t-il confié à ses partisans. 

«Dans cette nouvelle époque, je resterai l’un des vôtres»

Nicolas Sarkozy a ensuite évoqué la défaite: «Je porte toute la responsabilité de cette défaite. (…) Il me faut en tirer toutes les conséquences. ( …) Une autre époque s’ouvre. Dans cette nouvelle époque, je resterai l’un des vôtres. (…) Vous pourrez compter sur moi pour défendre ces idées, ces convictions, mais ma place ne pourra plus être la même. (…) Mon engagement dans la vie de mon pays sera désormais différent. (…) Au moment où je m’apprête à redevenir un Français parmi les Français, plus que jamais j’ai l’amour de notre pays, inscrit au plus profond de mon cœur».

Visiblement ému, le président sortant a déclaré: «Jamais, mes chers compatriotes, je ne pourrai vous rendre ce que vous m’avez donné, vous m’avez tellement donné (…) Je vous aime.»

>> Les réactions par ici

>> Portrait: Nicolas Sarkozy, un président-candidat prisonnier de ses propres frontières

Anne-Laëtitia Béraud
publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr