18h00: Le leader du Front de gauche, Jean-Luc Mélenchon, a affirmé mardi lors du défilé syndical parisien que «le 1er mai est rouge depuis toujours», a affirmé Jean-Luc Mélenchon, qui a accusé la droite et l'extrême droite d'être des «usurpateurs». «Le 1er mai est rouge depuis toujours», «ceux qui sont attroupés avec l'à moitié folle là-bas devant la statue de Jeanne d'Arc ou avec Nicolas Sarkozy n'ont jamais rien fait d'autre que de nous combattre», a-t-il déclaré.
17h47: Rachida Dati n'a pas apprécié l'interview de Gérard Longuet à l'hebdomadaire d'extrême droite Minute. Elle s'est dite «choquée» par ses propos, quand il considère que Marine Le Pen est «un interlocuteur» possible, à la différence de son père. «Je suis choquée, je n'adhère absolument pas au fait qu'on puisse dire que Mme Le Pen est un interlocuteur (...) De même que je suis pour l'intégration des immigrés venus légalement en France et non pas pour le tri entre 'bons' et 'mauvais' immigrés», a-t-elle déclaré.
17h45: Philippe Poutou a jugé mardi à Bordeaux, auprès de l'AFP, que le «bulletin de vote Hollande» était un «outil pour dégager Sarkozy» au second tour de la présidentielle. «Le mot d'ordre, c'est de dégager Sarkozy. L'outil, c'est Hollande», a-t-il ajouté.
17h40: 48.000 personnes dans le défilé du 1er mai contre 12.000 l'an dernier selon la police
17h00: Dans la Nièvre où il rendait hommage à Pierre Bérégovoy, François Hollande a déclaré mardi n’avoir pas de préparation particulière pour le débat de jeudi soir. Ce n’est pas «un match de boxe», dit-il. Si ce débat est important, il ne sera pas décisif, a-t-il assuré. «Je n'ai pas d'entraîneur, je n'ai que moi-même. Ce n'est pas un match de boxe, ce n'est pas un match de lutte», a-t-il dit. «Il y a un enjeu mais je ne suis pas dans ce type de comportement. Ça lui ressemble, pas à moi».
16h05:Départ du cortège syndical parisien
Le cortège syndical parisien, à l'appel de la  CGT, de la CFDT, de l'Unsa, de la FSU et de Solidaires a démarré vers 15H15 de  la Place Denfert-Rochereau derrière une longue banderole tenue par les  principaux responsables syndicaux, à l'exception de FO ayant choisi de  manifester à Tunis.
15h35: Au Trocadéro, Sarkozy parle du travail et des syndicats
L'UMP annonce le chiffre un peu gonflé de 200.000 participants au rassemblement UMP du 1er Mai au Trocadéro, où Nicolas Sarkozy a pris la parole.
>> Suivez son discours en direct par ici

14h51: Sarkozy bientôt poursuivi pour «provocation à la haine raciale»?
Après avoir déclaré qu'il y avait «trop» d'immigrés en France, Nicolas Sarkozy se voit menacé de poursuites pour «provocation à la haine raciale». Rodolphe Nettier, président de l'association de défense des sans papiers, estime que «l'irresponsabilité pénale du chef de l'état est presque totale», mais que «les propos tenus ce matin (...) ne l'ont pas été en tant que président, mais en tant que candidat et peuvent donc faire l'objet de poursuites un mois après la cessation de ses fonctions».

14h37: Après l’interview de Gérard Longuet à l’hebdomadaire d’extrême droite Minute, «l’UMP n’en finit plus de sombrer dans une dérive pathétique pour récupérer les voix du Front National», tacle le PS. «Tous les éléments de langage buissonniens typiques sont développés», juge le PS dans un communiqué de presse.Et de conclure: «La droite républicaine, si elle veut conserver son honneur et demeurer fidèle aux valeurs qui, du Général de Gaulle à Jacques Chirac, l’ont placée au cœur de la démocratie française, doit cesser ce numéro de racolage désespéré».

14h29: Déjà première dame Valérie Treirweiler?