François Hollande à Hirson et Nicolas Saroky à Longjumeau en meeting le 24 avril.
François Hollande à Hirson et Nicolas Saroky à Longjumeau en meeting le 24 avril. - AFP

Alexandre Sulzer

L’un incarne davantage l’écoute, le rassemblement, l’autre la compétence, l’autorité. Les qualités attribuées à François Hollande et Nicolas Sarkozy restent extrêmement variables.

Globalement, l’image du candidat socialiste s’améliore plus nettement que son rival puisqu’il ne baisse sur aucune des qualités mesurées. Contrairement au président de la République.

C’est sur sa capacité à rassembler, un élément déterminant dans l’entre-deux-tours, que François Hollande progresse le plus (+10 points par rapport à fin mars). Inversement, c’est sur cette image que Nicolas Sarkozy recule le plus (-9 points).

Le fruit d’une campagne de plus en plus clivante

«On ne peut toutefois pas déduire les chiffres des intentions de vote au second tour de ces images comparées», souligne Jérôme Sainte-Marie de CSA. Le candidat UMP est en effet jugé meilleur que François Hollande sur davantage de critères, ce qui ne l’empêche pas d’être donné largement battu.  A l’UMP, on se réjouit malgré tout. « En période de crise, on attend une capacité à décider, de "l’incarnation". Dans la hiérarchie des compétences, c’est prioritaire.» Mais vraisemblablement pas suffisant.

>> Comparez les programmes des candidats

>> Quel candidat est proche de vos idées?

>> Suivez l’évolution des sondages

>> Tout savoir sur les candidats à la présidentielle