Nicolas Sarkozy, le 24 avril 2012, à Paris, lors de la cérémonie du 97e anniversaire du génocide arménien.
Nicolas Sarkozy, le 24 avril 2012, à Paris, lors de la cérémonie du 97e anniversaire du génocide arménien. - REUTERS/POOL New

Cette page est actualisée en temps réel : cliquez ici pour mettre à jour.


14h20: Le meeting de Nicolas Sarkozy se termine
Le président sortant appelle ses électeurs, le 6 mai, à vivre «la plus formidable épopée de la vie poitique récente».


14h15: «Si nous n'avons pas le courage d'assumer nos racines, nous envoyons un message désastreux» à ceux qui ont voté à l'extrême droite et s'inquiètent «de ce nouveau monde».
«La frontière n'est pas une barrière entre les hommes» mais elle ×protège» et détermine «la propriété», «l'espace vital». «On ne veut pas que la France disparaisse».


14h12: «Je pense que nous avons fait une erreur quand nous n'avons pas inscrit dans la constitution européenne les racines chrétiennes de l'Europe». «Nous ne sommes pas les héritiers d'une page blanche». «Cette histoire, nous voulons l'assumer».


14h11: «Je souhaite une société plus juste, plus égalitariste, plus humaine», des «Français qui soient encore plus fiers de leur pays».


14h10: Sarkozy pointe «la différence» entre «la solidarité et l'assistanat»


14h07: «Je ne remettrai pas en cause le concordat» en Alsace
«Je souhaite que le système de faillite civile soit étendue à toute la France»


Sarkozy commet à son tour un petit lapsus:

Le Nouvel Observateur a isolé la séquence:



14h03: Hollande veut «augmenter les cotisations retraite» et les «charges salariales». «C'est comme ça qu'il veut défendre le pouvoir d'achat?»

14h:  «Nous avons 1.700 milliards de dette, merci les 35h, merci la retraite à 60 ans»
«Qui peut être contre l'idée de la règle d'or?» s'interroge-t-il, suolignant que «tous les pays d'Europe se sont engagés à le d'adopter». S'il est élu et que le Sénat (à majorité de gauche) ne vote pas l'inscription de cette règle d'or dans la loi, Sarkozy «proposera un référendum».
Il fustige la gauche qui «a l'habitude de dépenser l'argent qu'elle n'a pas».


13h56: Après le thème du travail, voilà celui de la famille
Si «la forme de la famille a changé», le «besoin d'amour de la famille» est le même. C'est pour ça que «je n'accepterai jamais qu'on remette en cause le quotient familial».



13h55: «La France qui travaille quand elle souffre, elle ne manifeste pas».

13h51: «J'ai apprécié le soutien des ouvriers de Fessenheim honteusement vendus par M. Hollande».


13h50: Sarkozy dit faire preuve de «bon sens» quand il évoque des thèmes comme le travail.


13h47: Sarkozy s'en prend à la politique migratoire de Hollande
D'après le chef de l'Etat, les «régularisations au cas par cas, ce n'est rien d'autre que la régularisation générale».
Pour lui, «si les électeurs du FN avaient voulu des régularisations au cas par cas, ils n'auraient pas voté FN».


13h45: Il n'y a pas «de terres du Front national», assure Sarkozy
«Qu'est ce que cela voudrait dire? Qu'il y a des endroits où on ne peut pas aller? J'affirme que je peux me rendre partout sur le territoire français».


13h44: «Les millions de Français qui ont voté pour moi ne m'appartiennent pas»
«Restez libres, restez Français, restez indomptables!»

13h40: «Toute ma vie, j'ai combattu le Front national»
«Je suis la cible du FN» affirme Sarkozy. «Sans le FN, Mitterrand n'aurait jamais fait deux septennats». «Il est extravagant que la République autorise des candidats à se présenter et qu'au lieu de dire "je vais entendre ce qu'ont dit les électeurs"», certains «les méprisent».
«Si je dis à ces Français "vous avez eu tort, vous êtes des mauvais citoyens", la prochaine fois, ils feront plus».

13h35: Nicolas Sarkozy répète ce qu'il a déjà dit mardi à Longjumeau, en pointant les «leçons de morale» de la gauche qui habite dans les beaux quartiers où «il n'y a pas de problèmes».


13h37: «Je ne suis l'otage de personne»
«Je ne suis pas l'otage de Mme Joly ou de M. Mélenchon», martèle Sarkozy.


13h35: Nicolas Sarkozy cite Martine Aubry: «Quand c'est  flou, il y a un loup». Il estime qu'il doit «y en avoir plusieurs» pour que François Hollande «refuse de  débattre».


13h34: Sarkozy ironise: «J'ai pensé que le débat serait plus utile avant le 6 mai qu'après». Il rappelle que Hollande a accepté de «débattre à trois reprises avec ses camarades socialistes».
«Voilà la vérité sur les socialistes», assène-t-il. «Ce qui est bon pour les socialistes n'est pas bon pour les Français».


13h30: «La seule question qui compte, c'est où vous voulez aller». Pour ça, «vous devez connaître la personnalité» des candidats, et leurs «projets».
Nicolas Sarkozy rappelle qu'il a accepté l'offre des quatre radios généralistes qui ont proposé mardi un débat avec Hollande - «question de respect», note-t-il.


13h30: «Vous êtes indécourageables, vous êtes le peuple de France!» lance Sarkozy


13h25: Le discours de Sarkozy commence


13h25: Le lapsus de Copé:

13h24: Copé demande au CSA de comptabiliser les déclarations de la CGT dans le temps de parole de François Hollande.
Mardin, la CGT a appelé à «battre» Nicolas Sarkozy.


13h17: Au tour de Jean-François Copé de parler


13h15: «La citoyenneté ne se découpe pas en tranches»
François Fillon se dit «hostile» au vote des étrangers car «la citoyenneté ne se découpe pas en tranches». «La France n'est pas une mosaïque», affirme Fillon, qui estime que les «traditions et les coutumes» de groupes «communautaires» ne doivent pas  passer avant «les traditions de la République».


13h11: François Fillon se lance dans un discours sur la République
«La République, elle se forge dans les familles (...), elle se façonne à l'école», car on y apprend que «le respect des autres s'ancre dans le respect de la Nation». Pour le Premier ministre, la sécurité est une «priorité» dans une République, tout comme la «solidarité». Mais, cette solidarité «a un prix»: «ceux qui fraudent, ceux qui abusent du système vont à l'encontre de la République».


13h05: François Fillon prend la parole à Cernay
«Non, M. Hollande, non M. Mélenchon, non Mme Le Pen, la France n'est pas à genou», lance-t-il.


Le meeting de Nicolas Sarkozy est à suivre en vidéo ici:

(Images fournies par l'équipe de Nicolas Sarkozy)


Nicolas Sarkozy poursuit son opération séduction en direction de l’électorat du Front national. Le président-candidat se rend ce mercredi à Cernay, dans le Haut-Rhin, où Marine Le Pen est arrivée en tête au premier tour, avec 26,50% des voix, le battant de justesse -Nicolas Sarkozy a recueilli 26,33% des voix. Accompagné par François Fillon, qui s’exprimera à 13h, le président sortant tiendra un meeting à 13h20 dans cette petite ville alsacienne de 11.000 habitants. Son discours est à suivre en direct sur 20minutes.fr.


Mots-clés :