Jean-Marie Le Pen à Paris, le 11 janvier 2012.
Jean-Marie Le Pen à Paris, le 11 janvier 2012. - ORBAN-POOL/SIPA

Matthieu Goar

Dans les boîtes mails des rédactions est arrivé ce mardi à 10h46 un message de jean-marie.lepen@frontnationalcom: «Torture en Algérie, je dois la vérité aux français», commence le texte qui semble être écrit par l’ancien président du FN qui invite les journalistes à une conférence de presse à 15h. «Oui j'ai torturé en Algérie, pendant cette période noire que l'on a appelé la "bataille d'Alger"», indique ce mail. Le Pen aurait-il décidé de tout déballer à 12 jours du premier tour de la présidentielle? L’ancien candidat a été régulièrement accusé d’avoir pratiqué la torture en Algérie, notamment par des articles de presse de Libération et du Monde (contre lequel Le Pen avait porté plainte). Un couteau à ses initiales aurait ainsi été retrouvé à Alger et l'historien Hamid Bousselham avait publié un livre Torturés par Le Pen où des témoins évoquaient le rôle de Jean-Marie Le Pen dans des séances de torture. Le Pen a toujours nié.

Capture d'écran du mail



Victime d’un piratage ?

Aussitôt, un démenti parvient aux journalistes. «Un communiqué diffusé dans différentes rédactions aujourd'hui, annonce une conférence de presse de Jean-Marie Le Pen cet après-midi. Ce message est un faux», explique Alain Vizier, directeur du service de presse du Front, dans ce mail. Jean Marie le Pen a-t-il été victime d’un piratage? «Nous ne savons pas encore ce qu’il s’est passé, par contre nous allons porter plainte par l’intermédiaire de notre avocat», confie à 20 Minutes Alain Vizier qui explique que ce format d’adresse sert pour les échanges internes entre membres du front. Il existe en effet un marine.lepen@frontnational.com ou un alain.vizier@frontnational.com, que l'on peut trouver sur internet. «Par contre nous ne les utilisons jamais ces adresses dans nos échanges avec les journalistes.»