Meeting de Marine Lepen, candidate à la présidentielle 2012. A Strasbourg, le 12 février.
Meeting de Marine Lepen, candidate à la présidentielle 2012. A Strasbourg, le 12 février. - GILLES VARELA/20 MINUTES

N. Bu.

La contre-attaque. Mis en cause mercredi matin par Arnaud Montebourg, au lendemain de l'agression dont le député socialiste et la journaliste Audrey Pulvar ont été victimes mardi soir, le Front national a décidé, mercredi en fin d'après-midi, de porter plainte pour diffamation. Le député de Saône-et-Loire avait notamment déclaré, à l'AFP, que cette agression était le reflet «d'un climat de libération d'une parole raciste et à connotation fascisante dans le parti de Mme (Marine) Le Pen».

«Les déclarations de M. Montebourg sont d’une mauvaise foi insigne», explique le communiqué du FN. «M. Montebourg ne possède aucune preuve de ses calomnies. Lui et ses amis exploitent éhontément l'incident dont il se plaint, poursuit le texte. Cela dans le but de tenter de contrer la très grande popularité de Marine Le Pen, popularité qui à l'évidence gêne un candidat socialiste terne et transparent».