Anonymat des parrainages: Le Conseil constitutionnel rend sa décision aujourd'hui

8 contributions
Publié le 21 février 2012.

POLITIQUE- Saisi par le FN, le Conseil d'Etat avait jugé légitime de poser une question prioritaire de constitutionnalité...

Le Conseil constitutionnel rend, ce mardi à 17h, une décision très attendue: Il va dire si la règle imposant de rendre publics les 500 parrainages d'élus nécessaires pour concourir à la présidentielle est toujours valable...

>> Le parrainage pour la présidentielle, mode d'emploi, c'est à lire par ici

Le verdict du Conseil, présidé par le chiraquien Jean-Louis Debré, est particulièrement attendu par le Front national et sa candidate Marine Le Pen: C'est parce que les maires ne peuvent pas donner leur signature dans l'anonymat qu'elle risque de ne pas pouvoir réunir suffisamment de parrainages, fait-elle valoir.

Corinne Lepage se joint à la réclamation du FN

La présidente du FN affirme disposer d'environ 400 promesses de signatures, sur 42.000 élus habilités à parrainer. Christine Boutin - elle-même retirée de la course présidentielle - et Corinne Lepage se sont jointes à la réclamation du FN.

Tout en se démarquant plus ou moins vigoureusement, selon les cas, des idées du parti d'extrême droite, la plupart des candidats ont souhaité que sa représentante puisse briguer les suffrages des Français. Marine Le Pen recueille de 15 à 17% des intentions de vote dans les derniers sondages.

Le Conseil d'Etat, saisi par le FN, avait jugé légitime de poser une question prioritaire de constitutionnalité (QPC), car depuis une réforme de 2008, l'article 4 de la Constitution proclame explicitement que «la loi garantit les expressions pluralistes des opinions et la participation équitable des partis» à la démocratie.

Décision à 17h

A l'audience jeudi dernier, le représentant du gouvernement avait affirmé que les «élus d(evaient) assumer pleinement et publiquement la responsabilité qui leur est donnée», surtout à l'heure où «les citoyens sont de plus en plus soucieux de transparence». Pour Louis Aliot, vice-président du FN, qui a plaidé pour son parti devant le Conseil constitutionnel, «si des pressions et des menaces existent» sur les maires, «alors il n'y a aucune transparence possible».

La décision du Conseil constitutionnel sera rendue publique sur son site Internet à partir de 17h.

>> Où en sont les candidats dans leur course aux parrainages?

 

Avec AFP
Newsletter
La MATINALE

Recevez chaque matin
l'actualité du jour

publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr