Le Stade de France pour Sarkozy?...Dassault inquiet pour les riches...Nouvelle gaffe de Morano?...

JOURNAL DE LA PRÉSIDENTIELLE ui a dit quoi aujourd'hui? «20 Minutes» fait le point...

L.R. et A.-L.B.

— 

Le journal de la présidentielle.

Le journal de la présidentielle. — 20minutes.fr

Chaque jour, dans le cadre de la campagne présidentielle, retrouvez, sur 20 Minutes, l'actualité des hommes et femmes politiques. Annonces, déclarations, bons mots ou même propositions, vous ne raterez rien de ce qui se passe dans le microcosme politique en suivant le journal de la présidentielle.

Mercredi 8 février, J-73

Pas de Bercy mais un Stade de France pour Sarkozy?

L'UMP a démenti avoir réservé le Palais omnisports de Paris-Bercy (POPB) le 24 février prochain pour un premier meeting de campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy. Dans son édition de vendredi, l'hebdomadaire Challenges affirme que le Président a prévu d'entrer en campagne autour du 20 février «avec un mégameeting au Stade de France de 80.000 personnes, pour montrer qu'il ne joue pas dans la même catégorie que (le candidat socialiste François) Hollande». Aucune date sur une déclaration de candidature du chef de l'Etat n'a encore été avancée, mais l'UMP se tient prête.

Serge Dassault inquiet pour les riches si Hollande est élu
Le sénateur UMP Serge Dassault a estimé que les industriels qui n'avaient pas encore quitté la France à cause de l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF) le feraient bientôt à cause de François Hollande. Intervenant lors d'un colloque de l'UMP sur la lutte contre les délocalisations, le patron du groupe Dassault et propriétaire du Figaro a qualifié l'ISF de «catastrophe économique qui a fait partir des milliers d'industriels et qui vont encore essayer de partir maintenant parce qu'ils ont peur des socialistes». «Ceux qui restent vont partir à cause de Hollande», a-t-il ajouté, comme s'il prédisait la victoire du socialiste à l'élection présidentielle. «Qui va faire la croissance, qui va faire les emplois, c'est pas les pauvres. Alors les riches c'est bien, faut les garder», a-t-il déclaré.

Nouvelle gaffe par SMS de Nadine Morano?
Erreur d’aiguillage de message SMS pour Nadine Morano, relève le site Pure Medias, citant Le Canard Enchaîné. La ministre de l'Apprentissage se serait trompé de destinataire, en voulant avertir Christian Estrosi que le Premier ministre François Fillon lui avait «chié dans les bottes» lors d'une réunion. Elle aurait envoyé le SMS en question, non à Christian Estrosi, mais au Premier ministre… qui lui répond: «Tu pourrais parler avec un peu plus de respect du chef du gouvernement», …ce à quoi Nadine Morano aurait répondu: «Non, je le pense. Je t’ai trouvé très dur», avant que François Fillon lui écrive : «Nadine Morano aurait-elle quelques soucis à maîtriser son téléphone (ou sa «pensée»)»? Bref, l’entente règne entre les deux membres du gouvernement.

...démentie par Nadine Morano...
Dans un tweet, la ministre réfute le SMS envoyé par erreur à François Fillon (lire ci-dessus).

Un député apparenté PS fait sortir François Fillon de ses gonds
Hier à l'Assemblée nationale, le député apparenté socialiste de Martinique, Serge Letchimy, a provoqué la colère du Premier ministre en lui posant une question sur les propos du ministre de l'Intérieur. Claude Guant qui avait jugé que toutes les civilisations «ne se valent pas». Le député PS a comparé ces propos sur les civilisations aux idéologies qui ont mené aux camps de concentration du XXème siècle. Les membres du gouvernement ont aussitôt quitté l'hémicycle de l'Assemblée. Puis aussitôt après l'incident, François Fillon a publié un communiqué dans lequel il a demandé à l'opposition de condamner «une provocation indécente» à l'encontre du ministre de l'Intérieur.

François Hollande ne veut pas s'excuser
Le candidat PS à la présidentielle a refusé de présenter les excuses réclamées par la majorité après les propos du député, hier soir au JT de France 2. «Moi ce que je réprouve, c'est cette polémique inutile», a-t-il déploré. Au PS, d'autres ténors ont pris la parole: Arnaud Montebourg a affirmé sur BFMTV qu'on ne pouvait pas reprocher à «Serge Letchimy, député de la Martinique, très proche de feu Aimé Césaire (...) d'avoir dit ce qu'il avait sur le coeur». Ségolène Royal a rappelé lors d'une conférence de presse à Marseille que «la parole est libre à l'assemblée».

Ça suffit !, dit Aubry
La polémique rebondit ce mercredi matin. Interrogée sur Canal , à propos de la question au gouvernement qui a enflammé l'Assemblée nationale, Martine Aubry, la première secrétaire du Parti socilaiste, explique : «M. Letchimy a été profondément touché, et on peut le comprendre, par ces propos» Selon elle, rapporte leparisien.fr le député «a répondu du fond du coeur». «Que M. Guéant fasse son travail» avance-t-elle. «Qu'on parle des problèmes des Français». Dernière salve : «La droite ne cesse de diviser», «d'envoyer des diatribes».

Baroin veut tourner la page
Claude Guéant a-t-il raison de dire que «toutes les civilisations ne se valent pas», demande-t-on au ministre de l'Economie et des Finances sur RTL. La réponse de François Baroin est reprise par leparisien.fr : «Toutes ces polémiques, honnêtement...», soupire François Baroin. «Ça fait trois jours qu'on est là-dessus». «Chacun ses mots et chacun sa pensée». «Ce qui s'est passé hier est déplorable, avance tout de même le ministre. Il est temps de tourner la page.»

Gollnish approuve Guéant
Les civilisations ne se valent-elles pas ? demande-t-on au chef de file du Front national en Rhône-Alpes sur France Info,ce matin. «Oui, c'est une évidence» répond le rival de Marine Le Pen dans la désignation du président du parti.  Pour lui, «tous les hommes sont égaux en dignité, mais leurs actes ne se valent pas tous». Il rajoute: «Je pense qu'il y a eu des civilisations plus brillantes que les nôtres...» et dénonce le «politiquement correct» qui a pour but d'«empêcher tout jugement de valeur». Pour Bruno Gollnish, l'intervention de Serge Letchimy à l'Assemblée est "absurde", et Claude Guéant a tenté une "opération de récupération".

Hortefeux défend Guéant
«Qu'a dit Claude Guéant ? entame Brice Hortefeux, invité de la matinale de Patrick Cohen sur France Inter ce matin. «Il existe des systèmes, des régimes, des sociétés dans lesquels on pratique la tyrannie, on discrimine (...) et il y en a d'autres dans lesquels on favrise les libertés (...). Ce qu'a dit Claude Guéant, c'est presque une évidence.» En revanche, ajoute Brice Hortefeux, «c'est vrai qu'il y a une polémique. Et ce qu'a dit ce député est inacceptable. C'est une outrance à mes yeux.»

Laurent  Wauquiez contre les donneurs de leçons
Le ministre de l'Enseignement supérieur a lui aussi donné son avis sur la sortie du député apparenté PS et les propos de Claude Guéant sur les civilisations. Interviewé ce matin sur Public Sénat-Radio Classique, il a déclaré: « C'est le visage d'une gauche drapée dans sa bien-pensance et qui donne des leçons à tout le monde».

«Ne soyons pas sévères avec Nadine Morano», dit Valérie Pécresse
Interrogée sur Europe 1 sur les propos de la ministre de l'Apprentissage et de la Formation professionnelle Nadine Morano dans Le Parisien, dans lequel elle tacle Eva Joly, Valérie Pécresse, la ministre du Budget et porte-parole du gouvernement défend sa collègue, indiquant qu'elle ne participerait pas au «Morano Bashing» (bashing = dénigrement). «On est extrêmement sévères avec Nadine Morano», a ajouté Valérie Pécresse.

François Hollande aurait mieux fait de se désolidariser des propos de Letchimy
Valérie Pécresse, la porte-parole du gouvernement, a estimé ce matin sur Europe 1 que François Hollande «se serait grandi» en se désolidarisant des propos du député (apparenté PS) Serge Letchimy sur le «régime nazi». Selon elle, ses propos «salissent» le débat politique. «Je crois que François Hollande se serait grandi hier en se désolidarisant des propos de Serge Letchimy», a ajouté la ministre, demandant une nouvelle fois les excuses du PS.

Pour Joly, Letchimy «a eu raison»
Pour la candidate EELV à la présidentielle, invitée sur BFM-TV ce matin, Claude Guéant «pense réellement qu'il y a des civilisations supérieures à d'autres». «Moi, je me demande si Claude Guéant est «entré dans l'histoire»» a-t-elle ajouté, faisant allusion au discours prononcé par Nicolas Sarkozy à Dakar. Selon Eva Joly, Serge Letchimy «a peut-être été emporté par l'émotion, mais il a eu raison de souligner le danger de cette position qui est celle des néo-conservateurs américains». Doit-il présenter des excuses? «Non, je ne pense pas». Mais «Claude Guéant a semé le vent, et quand on sème le vent, on récolte la tempête.»

Marine Le Pen est bien coincée à La Réunion
L'envoyé spécial de 20 Minutes à La Réunion nous confirme que Marine Le Pen restera bien une journée de plus dans l'île. Une grève à Air France oblige la candidate à la présidentielle à prendre un vol retour que mercredi. Pas sûr qu'elle profite de cette journée 'bonus' pour aller se promener sur un marché. Huées, manifestations et même échauffourées ont éclaté à son passage lors de son premier jour de voyage. La présidente du Front national a aussitôt accusé l'Etat de ne pas assurer sa sécurité.

Hollande et Sarkozy vont se croiser ce soir au dîner du CRIF
Nicolas Sarkozy est l'invité d'honneur du dîner du Conseil représentatif des institutions juives de France. C'est le rendez-vous annuel de la communauté juive et c'est ce soir. Y participera également François Hollande, lui aussi convive. Le dîner se tient dans le pavillon d'Armenonville, au bois de Boulogne. Il y aura là le gratin du monde artistique et plusieurs élus de haut rang. Dans le contexte de la présidentielle, ce rendez-vous politico-mondain a une tournure très politique puisque les deux candidats se croiseront.

Hulot sort du silence
Nicolas Hulot était resté silencieux depuis son échec à la primaire écologiste en juillet dernier. Dans un entretien au Monde, à lire sur lemonde.fr,  il explique qu'il est revenu à la tête de la Fondation qui porte son nom et qu'il est peu probable qu'il replonge en politique. Il revient sur ses erreurs commises lors de la campagne face à Eva Joly, et notamment sa manière d'avoir «baissé la tête» au moment de la polémique qui a suivi «l"hypothèse de travailler avec Jean-Louis Borloo».

Bayrou s'inspire d'Obama pour son site de campagne
Du nouveau dans la campagne Web de François Bayrou. Son équipe a lancé hier une toute nouvelle plateforme Internet, rapporte Francetv.fr.  Le candidat veut rompre avec les codes des sites de campagnes traditionnels. Pour le sien, son équipe mise sur le gaming (jeu en ligne), les réseaux sociaux et un graphisme design, tout comme l'avait fait Barack Obama en 2008. Résultat : une plateforme qui ressemble à un QG virtuel.

Parrainages: Collard dénonce un «rapt démocratique»
Gilbert Collard, soutien de Marine Le Pen, était l'invité de l'émission «Les 4 vérités» de France 2 ce matin. Il est monté au créneau sur les difficultés qu'éprouve la candidate du FN à récolter ses 500 signatures: c'est un «rapt démocratique destiné à avoir la mainmise sur les mécanismes démocratiques», dénonce-t-il. «Si Marine Le Pen n'a pas ses signatures, c'est la faute de Nicolas Sarkozy et secondairement de François Hollande, parce qu'ils veulent se retrouver face à face, a déclaré l'avocat.

Hollande et Hallyday ont dîné ensemble
La rencontre a eu lieu le 23 janvier mais l'information n'a filtré que ce midi. Elle figure sur le site Internet de l'Express. Au lendemain du meeting du Bourget, François Hollande et Johnny Hallyday ont dîné ensemble chez une connaissance, à Paris. Le candidat socialiste était accompagné de sa compagne, Valérie Trierweiler, et d'une petite dizaine de personnes. Selon l'Express.fr, il n'a pas été question de politique mais de musique, et François Hollande a promis qu'il irait écouter le rockeur lors de sa tournée française. Johnny Hallyday est un ami du chef de l'Etat.

Marine Le Pen «empêchée» de déposer sa candidature
La candidate du Front national, qui peine à rassembler les 500 parrainages d'élus nécessaires pour se présenter à l'élection présidentielle, a estimé aujourd'hui qu'il y avait «clairement une volonté» de l'empêcher de se lancer dans la course à l'Élysée. Propos tenus depuis la Réunion, au cours d'un déplacement pour présenter ses propositions pour l'outre-mer et rapportés par l'agence de presse Reuters. La prétendante à l'Elysée confie qu'il devrait s'agir de son seul voyage dans les Antilles, puisque selon elle, les banques se montrent réticentes à lui prêter de l'argent en raison de l'incertitude sur sa candidature.

Nicolas Sarkozy a reçu Gilad Shalit et ses parents à l'Elysée
Le soldat franco-israélien Gilad Shalit, retenu en otage pendant plus de cinq ans par le Hamas avant d'être libéré en octobre dernier, a été reçu en fin de matinée avec ses parents par Nicolas Sarkozy à l'Elysée. Ses parents, Noam et Aviva Shalit, assisteront ce soir au dîner annuel du Crif, le Conseil représentatif des institutions juives de France, mais pas leur fils. «Son état de santé ne le permet pas», précisent-ils.

Nicolas Dupont-Aignan n'est pas loin des 500 signatures
C'est ce que le candidat de Debout la République affirme à francesoir.fr dans un article paru ce midi. «Nous y sommes presque, mais cela se jouera à une signature près. Nous sommes confiants, mais prudents.», précise-t-il, avant de se pencher sur le cas de Marine Le Pen: « Je souhaite que Marine le Pen ait ses signatures. Ce serait un cataclysme pour notre démocratie qu'elle ne les obtienne pas. Mais je suis persuadé qu'elle va y parvenir.»

Nadine Morano persiste et signe sur son blog à propos du physique d'Eva Joly ...
«Maintenant ça suffit ! Je dis aux journalistes qui déforment nos propos et cherchent la polémique, que ce sport national devient insupportable pour les responsables politiques comme pour nos concitoyens. Cette déformation de paroles que je n'ai jamais validées est indigne.» Voilà les premières lignes du court article posté aujourd'hui par Nadine Morano sur son site personnel. Elle s'y défendait une nouvelle fois d'avoir porté un jugement sur Eva Joly (qu'elle avait décrit en ces termes: «Le problème d'image d'Eva Joly ne vient pas que de son accent, c'est aussi physique. On sent du coup qu'il n'y a pas de communiquant derrière. Contrairement à Ségolène Royal, qui en 2007 est allée jusqu'à la médecine esthétique et la correction dentaire».) Sur son blog, la ministre écrit à propos d'Eva Joly: «C'est une adversaire politique que je respecte et dont j'ai simplement évoqué le naturel et la liberté d'allure qui ne la rendent pas otage de la construction d'une image voulue par des communicants qui impose souvent aux femmes, du brushing impeccable aux chaussures à talons, un véritable diktat.»

....et s'en explique dans les médias...
Nadine Morano a expliqué ne pas comprendre la polémique suscitée par ses propos sur le physique d'Eva Joly tenus dans Le Parisien daté du jour. C'est ce qu'elle a réaffirmé au quotidien. Elle a aussi déclaré  n'avoir «pas du tout attaqué sa personne». «Je n'ai rien contre Eva Joly que je respecte en tant qu'adversaire politique. Quand je parle de son physique, je veux dire l'aspect physique, sa façon de se présenter face aux photographes, aux caméras», a-t-elle ajouté, avant de préciser: «En tant que femme on est scrutée du matin au soir. Il faut faire attention à ses chaussures, à son brushing, à l'image qu'on renvoie, à l'aspect vestimentaire. On sent qu'il n'y a pas de communicant derrière elle, c'est tout ce que j'ai dit».

...Le Front de gauche appelle à la démission de Nadine Morano
Dans un communiqué, Eric Coquerel, conseiller spécial de Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de gauche, appelle Nadine Morano à la démission. «Nadine Morano s’en prend maintenant à la fois à l’accent et au physique d’Eva Joly. Tout cela sent le rance et le renfermé. Ca suffit, ces propos indignes de la République. Que ces gens-là donnent leur signature d’élus à Marine le Pen ce sera plus clair. Mais surtout qu’ils démissionnent du gouvernement!», écrit-il notamment.

La Licra interpelle les candidats
La ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra) va remettre à plusieurs candidats à l'élection présidentielle 50 propositions pour une France «plus fraternelle», un thème selon elle absent de la campagne. L'association demande notamment la suppression du mot «race» de la Constitution et la dépénalisation du séjour irrégulier des étrangers. Plusieurs candidats seront invités a se prononcer sur ces demandes.