Présidentielle: Comment les candidats veulent séduire les entrepreneurs

5 contributions
Publié le 2 février 2012.

PRESIDENTIELLE - Les candidats venus au Salon des entrepreneurs ont exposé leurs idées en faveur des PME...

Un des grands rendez-vous des candidats à la présidentielle, ces mercredi et jeudi à Paris, était le salon des entrepreneurs. Du chef de l’Etat, candidat pas encore déclaré, à Marine Le Pen (FN) en passant par François Bayrou (MoDem), ils étaient plusieurs à s’aligner devant les stands au Palais des Congrès. Le but? Séduire ces chefs d'entreprise, vus comme une solution dans ce contexte de difficultés économiques et financières.

Le premier à célébrer les qualités des entrepreneurs était le chef de l’Etat, mercredi. S’il n’est pas officiellement candidat, Nicolas Sarkozy est revenu sur des mesures phares de son quinquennat, même les plus récentes.

Louant les «moyens démultipliés pour Oséo», la banque des PME, à hauteur de «30 milliards d’euros de prêts en 2010», il s’est félicité de la prochaine mise en place d’une banque de l’industrie «dotée d’un milliard d’euros de fonds propres pour financer les PME et les entreprises individuelles de taille intermédiaire».

Favoriser le soutien financier

Nicolas Sarkozy s’est en outre réjoui que «500.000 personnes (aient) créé leur auto-entreprise en 2011 (…) grâce à «ce statut spécial (de l’auto-entrepreneur, ndlr) aux formalités simplifiées». Regardant l’avenir, il a promu les accords compétitivité-emploi: ceux-ci donneront la possibilité, pour les entreprises, de négocier des réductions du temps de travail et des baisses de salaires, sans besoin de l’accord individuel des salariés.

C’est aussi de la banque Oséo dont a parlé jeudi matin Dominique de Villepin. Le candidat de République solidaire a souhaité notamment que cette banque, le fonds stratégique d’investissement et la Caisse des dépôts et consignations soient «regroupés et décentralisés». Autre mesure annoncée, l'affectation de 1% des encours des assurances-vie en faveur du développement des PME, et une allocation du crédit impôt recherche plus favorable. 

Protectionnisme pour favoriser les PME

Objectif financement pour François Bayrou (MoDem) qui avait dévoilé, mercredi, son programme économique: le centriste souhaite, entre autres, accorder un avantage fiscal pour une grande entreprise qui crée ou participe à une structure d’investissement en faveur de petites entreprises; créer une ou plusieurs banques d’économie mixte décentralisées de soutien aux PME, associant les collectivités locales à son action; créer un «crédit impôt innovation» sur le modèle du crédit impôt recherche; supprimer les charges pendant deux ans à toute entreprise de moins de 50 salariés pour un CDI en faveur d’un chômeur ou d’un jeune.

Quant à La candidate Marine Le Pen (FN), qui souhaite notamment la sortie de l’euro, l’instauration d’un protectionnisme par des droits de douane à l’importation ou encore la préférence de l’emploi aux Français, elle a réclamé «15% du résultat des entreprises du CAC 40» à mettre dans un fond de réserve pour financer les PME, sans avoir à dévaloriser les capitalisations boursières des grandes entreprises françaises.

Crédits pour la recherche

La «petite» candidate Corinne Lepage, de Cap21, était aussi présente au salon. Celle qui se définit comme «écologiste du centre» promeut notamment «une fiscalité des revenus de l’épargne et des banques ensuite éco-modulée en fonction des activités économiques financées: le barème privilégiera le financement des PME et les investissements écologiques et de long terme.»

Absents de ce salon, le candidat socialiste François Hollande - qui s’est fait représenter par Alain Rousset-, mais aussi Eva Joly (EELV), et Jean-Luc Mélenchon (Front de Gauche), «pour des raisons d’agenda», a-t-on indiqué à 20 Minutes.

Anne-Laëtitia Béraud
publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr