Comment trouver le slogan qui fait mouche pour la présidentielle

58 contributions
Publié le 6 janvier 2012.

POLITIQUE - Marine Le Pen ou Nicolas Dupont-Aignan ont déjà annoncé le leur. Les autres candidats cherchent encore la «petite phrase» qui fera la différence...

«Le changement, c’est maintenant.» Enfin, plutôt dans quelques jours. En publiant, mardi 3 janvier, son «adresse aux Français», François Hollande a, malgré lui, dévoilé ce qui sera peut-être son slogan officiel de campagne. Pour perturber le candidat PS, l’UMP n’a pas hésité à se jeter sur le nom de domaine lechangementcestmaintenant.fr et à y publier un pastiche du message socialiste. A seize semaines du premier tour, les états-majors planchent tous sur la petite phrase qui pourrait faire la différence. «C’est un moment important, assure le publicitaire Jacques Séguéla, auteur de «La force tranquille» de François Mitterrand en 1981. C’est l’annonce du slogan qui marque officiellement l’entrée en campagne d’un candidat.»

>> Les slogans qui ont fait l'histoire de la présidentielle c'est en image, par ici

A ce titre, Marine Le Pen est en campagne depuis longtemps. Main de fer de son parti, elle a choisi un slogan de velours pour se différencier de son père : «La voix du peuple, l’esprit de la France». «On voulait trouver vite, assure Nicolas Bay, membre du bureau politique du parti. On a fait quelques réunions. Et au final, Marine a tranché. Cette formule permet de rassembler plus de monde autour de nos idées que celui de 2007 (Vive la vie, vive la République, vive la France)…» Pour le trouver, la présidente a fait appel à quelques «pros de la communication».

Bayrou choisira tout seul

Mais les «spin doctors» ne sont pas appelés au chevet de tous les partis. Surtout pas à celui du MoDem. «François [Bayrou] est un homme lettré, un amoureux des mots. Et il a une aversion pour les communicants, confie Jean-François Martin, l’un de ses conseillers. Ce sera donc lui qui choisira seul le slogan.» Si la petite phrase qui ornera les affiches du centriste est encore inconnue, elle devrait s’articuler autour des mots «Instruire, construire, produire» qui forment la colonne vertébrale de son programme. Nicolas Dupont-Aignan (Debout la République!) n’a pas, non plus, fait appel aux agences publicitaires. Tant pour des raisons d’indépendance que pour des «raisons financières», reconnaît Damien Lempereur, l’un de ses conseillers. Son slogan «Pour une France libre» sera donc dévoilé officiellement lors d’un meeting, fin janvier au théâtre du Gymnase à Paris.

Des listes de 200 à 300 slogans

Les autres partis qui planchent encore n’ont pour l’instant qu’un seul mot à la bouche: brainstorming. «C’est vraiment LA méthode, assure Jacques Séguéla. Les communicants bossent et proposent une liste de 200 à 300 slogans. Au final, le candidat est bien souvent perdu. C’est lui qui choisit, in fine. Mais c’est vraiment le communicant qui l’oriente.» Eva Joly (EELV) n’a pas encore tranché. «Ce sera pour fin-février, nous a confié mercredi Serge Coronado, l’un de ses proches. La réflexion est en cours. Il y a de très bons slogans qui ne veulent rien dire comme «Génération Mitterrand». De notre côté, nous voulons trouver un très bon slogan qui veut dire quelque chose.» Ils ne sont pas les seuls.

Vincent Vantighem et Maud Pierron
publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr