Yannick Jadot, porte-parole d'Eva Joly, claque la porte

POLITIQUE Il dit être «en désaccord avec la nouvelle ligne politique» de la candidate écologiste...

Enora Ollivier

— 

Yannick Jadot le 19 septembre 2011, lors du Conseil fédéral d'Europe Ecologie - Les Verts.

Yannick Jadot le 19 septembre 2011, lors du Conseil fédéral d'Europe Ecologie - Les Verts. — CHESNOT/ SIPA

Un message lapidaire. «En désaccord avec la nouvelle ligne politique d’Eva Joly, j’ai décidé de démissionner de ma fonction de porte-parole». C’est par un post sur Twitter que Yannick Jadot a annoncé sa démission, ce mercredi matin.

Le député européen n’était pas joignable dans l’immédiat pour commenter cette décision.

«Il a raison de démissionner», a réagi Daniel Cohn-Bendit sur France-Info, car «Eva Joly fait les mauvais choix politiques». Dominique Voynet, ex-candidate verte à présidentielle, a quant à elle critiqué le départ de Yannick Jadot. «Merci à toi :-( . Ça va trop aider. Faire campagne, c'est dur...», a-t-elle lancé au député européen sur Twitter, avant d'écrire: «Avec des amis comme Jadot et Cohn-Bendit,Eva Joly n'a pas besoin d'ennemis... Ca me rappelle la merveilleuse solidarité des "amis" en 2007 [année où elle-même était candidate]»

«Est-elle la candidate des Verts?» demande Ayrault

Cette démission intervient alors qu'Eva Joly est chahutée, après son absence remarquée lors des négociations avec le PS autour du nucléaire. Elle est enfin sortie de son silence mardi, pour critiquer ouvertement les socialistes.

Dans une interview au Monde, la candidate a attaqué son adversaire socialiste, estimant que «les amis de François Hollande se sont révélés archaïques face à la modernité de notre projet». Ce mercredi, elle a même refusé de dire si elle appelerait à voter pour François Hollande au second tour, avant de finalement préciser ses intentions dans la matinée

A la suite de ces cafouillages, Jean-Marc Ayrault, conseiller de François Hollande, a demandé à la numéro 1 d'EELV Cécile Duflot de préciser publiquement si «Eva Joly (était) la candidate des Verts», ou si «elle était devenue une candidate indépendante, qui vit sa vie toute seule». Martine Aubry, la première secrétaire du PS, a renchéri en demandant à son tour à Cécile Duflot de «clarifier la position» de sa candidate.

Selon un responsable d'EELV, cité par l'AFP avant la décision de Yannick Jadot, «tout le monde est énervé» à la direction du parti. «Eva Joly cède à une espèce de dérive solitaire, investie d'une mission de pureté», a indiqué une autre personnalité, soulignant qu'«elle reste sur le bord du chemin en se bouchant le nez».